La Bourse de Shanghai suspend l’IPO historique d’Ant Group

La Bourse de Shanghai suspend l’IPO historique d’Ant Group

La fintech Ant Group, bras financier du géant Alibaba, a vu la Bourse de Shanghai annuler son opération mardi soir en Chine, moins de 48 heures avant le début de l’IPO. Cette nouvelle entraîne une lourde chute du cours du groupe chinois.

Cela devait être la plus importante IPO jamais réalisée. Cette double opération, attendue sur les places de Shanghai et Hongkong, aurait permis au géant chinois de la finance de lever plus de 34 milliards de dollars. Un pari risqué dès l’annonce d’Ant Group.

La Bourse de Shanghai en a donc décidé autrement ce mardi 2 novembre, choisissant de repousser l’opération alors que la fintech fait face à une pression accrue des régulateurs chinois. Elle avance dans un communiqué, qu’Ant Group "risque d’échouer à respecter les conditions d’émission et d’enregistrement ou les exigences (des régulateurs) en matière d’information" et ajoute que le groupe lui-même "fait état de problèmes majeurs tels que des changements dans la supervision de la fintech".

Des risques financiers mis en lumière

Un rebondissement qui survient à la suite d’une réunion, inhabituelle pour ce type d’opération, entre Jack Ma, l’actionnaire principal et fondateur du groupe Alibaba, des dirigeants d’Ant Group, dont son président Eric Jing, son directeur général Simon Hu et les régulateurs chinois. Sans donner plus de détails, la bourse chinoise avance simplement qu’Ant Group ne respecterait pas certaines exigences. L’objet de la réunion ferait écho aux mises en garde récemment formulées quant aux risques présentés par l’activité de prêts en ligne de la fintech.

Le développement de telles activités, en dehors du secteur bancaire, est de nature à inquiéter les régulateurs chinois. La Bourse de Shanghai annonçait dès mardi soir qu’Ant Group lui-même avait "signalé des problèmes majeurs tels que des changements dans l’environnement de supervision de la FinTech", la poussant à reporter l’opération.

Une chute du cours d’Alibaba

Ce report a eu l’effet d’un coup de tonnerre sur le cours du groupe Alibaba qui s’effondre de 8,13 % à Wall Street dès mardi. Au lendemain de l’annonce, le phénomène se reproduit sur la place de Hongkong, où la fintech avait réalisé la première partie de son opération une semaine auparavant, et le cours des actions chute alors de 9 % lors des premiers échanges.

De son côté, Jack Ma semble accuser les régulateurs de chercher à freiner l’innovation des fintechs en Chine. Le Financial News, contrôlé par le pouvoir chinois, s’interrogeait sur la croissance exponentielle des géants de l’Internet tels qu’Ant Group, redoutant qu’ils ne deviennent trop importants et évoquant une "grave contagion des risques". Un bras de fer, qui semble autant politique que financier, s’engage donc entre les régulateurs chinois et la fintech dans le cadre de cette double IPO historique. Pour l’heure, la Bourse de Hongkong s’est refusée à commenter la décision de la Bourse de Shanghai et les inévitables conséquences sur la cotation d’Alibaba à Hongkong.

David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message