La BEI émet 100 millions d'euros de dettes sur la blockchain Ethereum

En s’appuyant sur le réseau de la deuxième plus grande cryptomonnaie, Ethereum, la Banque européenne d’investissement lance la toute première émission d’obligations digitales. Une nouveauté qui s’inscrit dans le cadre du projet de monnaie centrale numérique mené par la Banque de France.

En s’appuyant sur le réseau de la deuxième plus grande cryptomonnaie, Ethereum, la Banque européenne d’investissement lance la toute première émission d’obligations digitales. Une nouveauté qui s’inscrit dans le cadre du projet de monnaie centrale numérique mené par la Banque de France.

La blockchain séduit de plus en plus d’institutionnels. Le 16 avril, Axa Suisse annonçait à ses clients la possibilité de payer les primes de tous les produits non-vie en bitcoins. Deux semaines plus tard c’est au tour des institutionnels publics d’emboîter le pas au géant mondial de l’assurance : une émission obligataire de 100 millions d’euros de la BEI en partenariat avec la Banque de France reposant sur des titres numériques. Des petites révolutions qui confirment la confiance croissante de l’ensemble des acteurs dans les cryptomonnaies, la technologie de traçage indélébile de la blockchain. " C'est la même évolution qui a eu lieu quand nous avons cessé de nous envoyer des lettres pour passer aux e-mails ", a déclaré au Figaro Jean-Marc Stenger, dirigeant de Forge, la filiale de la Société générale dédiée aux cryptomonnaies. Un parcours qui n’est pas sans rappeler celui de la "monnaie papier", devenue une monnaie à part entière malgré l’absence de la valeur intrinsèque des billets. Pour s’élever à ce rang, il a fallu que l’ensemble des agents économiques reconnaissent que la signature des banques centrales sur des bouts de papiers était digne de confiance. L’histoire se répétera peut-être pour les cryptomonnaies.
 

Un test grandeur nature

L’émission de titres entièrement numériques n’en est qu’à ces balbutiements. En volume, les 100 millions d’euros émis semblent en effet assez faibles si on les rapporte à l’ensemble du programme d’investissement de la BEI qui atteint 60 milliards d’euros pour 2021. La portée de l’opération de la Banque européenne d’investissement est avant tout historique. La mise en place d’un tel processus était en effet jusqu’ici cantonnée aux expérimentations en interne effectuées par différente banques. " L’innovation à la BEI va au-delà des projets que nous soutenons. Ces obligations numériques joueront un rôle en donnant à la Banque un accès plus rapide et plus rationalisé à d'autres sources de financement afin de stimuler le financement de projets à travers le monde. " explique Mourinho Félix, vice-président de la BEI.

Pour mener à bien cette opération inédite, Société générale, Santander et Goldman Sachs ont agi en qualité de joint lead managers. De son côté, la Banque de France profite de l’opération pour avancer ses pions dans son projet d’ "euro numérique", prévu pour 2025, en fournissant une monnaie numérique de banque centrale expérimentale (MNBC). L’ensemble des transactions pourront être suivies sur le réseau de la blockchain Ethereum. Les souscripteurs de ces obligations à maturité courte (2 ans) se verront remboursés en cash.

Sandy Andrianabiby


Conseils juridiques :

  • Allen & Overy a conseillé Société générale, Santander et Goldman Sachs (joint lead managers) ainsi que Société Générale – Forge (joint structuring manager)
     
  • Linklaters a conseillé la BEI (émetteur)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicolas Faguer quitte Paul Hastings pour McDermott

Nicolas Faguer quitte Paul Hastings pour McDermott

Nicolas Faguer rejoint le département contentieux de McDermott Will & Emery.

Clyde & Co ouvre trois bureaux de plus aux États-Unis

Clyde & Co ouvre trois bureaux de plus aux États-Unis

La firme spécialiste du droit des assurances installe sa marque dans le sud-ouest des États-Unis grâce à la création de bureaux à Phoenix, Denver et L...

Mise à jour des conditions d’utilisation de WhatsApp : à quoi s’attendre ?

Mise à jour des conditions d’utilisation de WhatsApp : à quoi s’attendre ?

Après une première tentative controversée de changement de sa politique de confidentialité en février dernier, l’application de messagerie instantanée...

Dix nouveaux counsels chez Clifford Chance

Dix nouveaux counsels chez Clifford Chance

Catherine Naroz, Jehanne Talha, Guillaume Massole, Maroussia Cuny, Sophie Levy, Karolina Rozycka, Philippe Cazello, Marie Crumière, Pierre Goyat et Di...

Simon Associés lance un département sciences de la vie

Simon Associés lance un département sciences de la vie

Michèle Anahory intègre le cabinet d’avocats d’affaires pour diriger un nouveau pôle consacré aux biosciences. Dans ce mouvement, elle est accompagnée...

Reboul & Associés renforce sa pratique fiscale

Reboul & Associés renforce sa pratique fiscale

Éric Bérengier rejoint le cabinet parisien en qualité d’associé et sera chargé du pôle de droit fiscal.

Stéphane Brabant poursuit sa carrière chez Trinity International

Stéphane Brabant poursuit sa carrière chez Trinity International

Stéphane Brabant quitte Herbert Smith Freehills avec son associé Lucien Bou Chaaya pour rejoindre Trinity International, renforçant ainsi les ambition...

Un cabinet brésilien s’installe à Paris

Un cabinet brésilien s’installe à Paris

Grâce à l’arrivée de l’avocat Rodrigo Loureiro en provenance de Jones Day, la firme originaire de São Paulo, Briganti Advogados, crée un bureau à Pari...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte