L’UE veut renforcer sa stratégie industrielle

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, et Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, tenaient le 15 février une conférence de presse lors de laquelle ils ont abordé la question de la politique industrielle. Le locataire de Bercy doit échanger avec son homologue allemand afin de pousser des axes d’amélioration au niveau de l’UE dans les mois à venir.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, et Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, tenaient le 15 février une conférence de presse lors de laquelle ils ont abordé la question de la politique industrielle. Le locataire de Bercy doit échanger avec son homologue allemand afin de pousser des axes d’amélioration au niveau de l’UE dans les mois à venir.

Branle-bas de combat. Il y a quelques jours, la presse se faisait l’écho de la pénurie de composants électroniques qui paralyse l’industrie automobile. Les constructeurs de cette filière industrielle, stratégique pour l’économie européenne, sont en manque de semi-conducteurs. Résultat : des usines à l’arrêt ou qui voient leur activité réduite, comme celles de Stellantis, nouvel ensemble issu de la fusion entre PSA et FCA, pourvoyeur d’emplois en France comme en Italie. En cause ? L’épidémie de Covid-19 provoquerait une augmentation des besoins en puces électroniques. Les ventes d’ordinateurs, de téléviseurs ou encore de petit électroménager ayant été dopées par les confinements et l’accroissement de la pratique du télétravail.

Si l’État français monte au créneau sur le sujet, la bataille s’engage également sur le Vieux Continent. Nous devons "tirer toutes les leçons de la crise que nous connaissons depuis plusieurs mois, qui a montré, au niveau national comme européen, des lacunes industrielles inacceptables", déclarait le 15 février Bruno Le Maire lors d’une conférence de presse commune avec Thierry Breton, commissaire européen chargé de la politique industrielle. Son propos vise aussi bien les composants électroniques que d’autres thèmes majeurs comme celui de la santé.

Un sujet loin d’être épuisé

La problématique n’est pas nouvelle. En février 2019, Bruno Le Maire et son homologue allemand, Peter Altmaier, publiaient un manifeste destiné à soutenir le poids des industries européennes. Pour ce faire, les États voisins misent sur trois piliers. Les pays souhaitent renforcer la dynamique d'innovation des entreprises, et vise en particulier à améliorer l'action européenne ; permettre l'émergence de champions en prenant mieux en compte la concurrence internationale et défendre le multilatéralisme tout en confortant notre capacité à protéger nos intérêts stratégiques.

Le 10 mars dernier, Bruxelles présentait ses ambitions en matière de politique industrielle

Le 10 mars dernier, Bruxelles présentait ses ambitions en matière de politique industrielle afin de peser face à une concurrence chinoise et américaine de plus en plus menaçante pour la souveraineté de l’UE. Hasard du calendrier : le lendemain de cette communication, l’OMS estimait que la Covid-19 pouvait être qualifiée de pandémie. La suite, on la connaît : le coronavirus a révélé le manque de stratégie européenne et française dans certains domaines, comme en matière de santé avec l’exemple flagrant des difficultés pour les pays du Vieux Continent à s’approvisionner en masques.

Coordination et ambition

D’où l’intervention de Bruno Le Maire ce lundi sur le sujet : "Il nous paraît indispensable de renforcer la stratégie industrielle européenne avec comme objectif de maintenir les capacités industrielles de l’Europe, de les développer dans un avenir proche et de garantir l’indépendance stratégique européenne." Un point sur lequel le ministre échangera mardi 16 février avec Peter Altmaier pour présenter de nouvelles propositions en la matière, qui seront soumises à la Commission et aux pays de l’Union. Bruno Le Maire souhaite gagner en souveraineté dans les domaines tels que l’hydrogène, le calcul quantique, l’intelligence artificielle ou encore les composants électroniques.

Sur ce dernier volet, l’UE pourrait adopter dès cette année un nouveau projet d’intérêt européen commun (Piec). L’hôte de Bercy précise que la France a identifié 18 projets susceptibles d’être éligibles. Si des filières ont vocation à être bâties, le ministre ajoute que le gouvernement "sera très vigilant" quant à leur indépendance, souhaitant éviter les rachats ultérieurs par des concurrents étrangers.

De son côté, Thierry Breton n’entend pas modifier la stratégie présentée en mars 2020, jugeant celle-ci suffisamment ambitieuse, mais il souhaite avancer. "Dans les années qui viennent nous allons assister à un certain nombre de tensions, notamment d’un point de vue géopolitique, il faut nous redonner les moyens de notre autonomie, avec de l’ambition", insiste-t-il notamment à propos des semi-conducteurs. Le ton est donné. Place à l’action.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Guillaume Lacroix (PRG) : "L’approche intersectionnelle fait courir un danger à la gauche"

Intransigeant sur la laïcité et l’universalisme, le parti radical de gauche tente de préserver sa ligne au sein des partis de gauche. Selon son présid...

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

Procès Fillon : un an de prison ferme requis en appel

En appel, le parquet général a requis cinq ans d’emprisonnement dont quatre avec sursis, 375 000 euros d’amende et une peine de dix ans d’inéligibilit...

Avec son magazine 2022, Robert Laffont se lance dans la présidentielle

Avec son magazine 2022, Robert Laffont se lance dans la présidentielle

La maison d’édition publie un magazine éphémère composé de quatre numéros. Objectif, couvrir la reine des élections faisant la part belle à l’analyse....

Jean-Luc Mélenchon, le Gourou insoumis

Jean-Luc Mélenchon, le Gourou insoumis

Si LFI se présente comme un mouvement gazeux, c’est en réalité un instrument au service d’un seul homme dont l’attitude a fait partir de nombreux inte...

Alain Rousset (président de la Région Nouvelle-Aquitaine) : "Décentraliser pour relever les défis des territoires"

Alain Rousset (président de la Région Nouvelle-Aquitaine) : "Décentraliser pour relever les défis de...

Élu sans discontinuer à la tête de la Région Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine depuis 1998, Alain Rousset nous dévoile sa vision du rôle que peuvent j...

Hack à la contrefaçon : Unifab & CNCPI s’allient pour sensibiliser les jeunes

Hack à la contrefaçon : Unifab & CNCPI s’allient pour sensibiliser les jeunes

Les 18 et 19 novembre 2021, l’Union des fabricants (Unifab) et la Compagnie nationale des conseils en propriété industrielle (CNCPI) s’unissent autour...

Candidats à la présidentielle, ils sont ignorés des sondages

Candidats à la présidentielle, ils sont ignorés des sondages

Certains petits candidats ne sont pas pris en compte par les sondages. Ce qui freinerait leur quête de parrainage et leur exposition médiatique. Dans...

David Lisnard, nouveau président de l’Association des maires de France

David Lisnard, nouveau président de l’Association des maires de France

Le maire LR de Cannes David Lisnard succède à François Baroin à la tête de l’Association des maires de France (AMF). Cet appareil influent reste à dro...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte