L.Pruvost (In'Tech Medical) : "Les fonds ont parfois mauvaise presse mais ont été salutaires"

Faire entrer des fonds d’investissement au capital pour accompagner sa croissance, préserver son indépendance et devenir un groupe international, c’est le choix qu’a fait le fabricant nordiste d’implants et d’instruments chirurgicaux orthopédiques In’Tech Medical. Des choix commentés par son président, Laurent Pruvost.

Faire entrer des fonds d’investissement au capital pour accompagner sa croissance, préserver son indépendance et devenir un groupe international, c’est le choix qu’a fait le fabricant nordiste d’implants et d’instruments chirurgicaux orthopédiques In’Tech Medical. Des choix commentés par son président, Laurent Pruvost.

Décideurs. Comment avez-vous financé votre première phase de croissance ?

Laurent Pruvost. Depuis sa création, le développement d’In’tech était passé par de la croissance organique financée sur fonds propres. En 2012, nous atteignions les limites de l’exercice alors que notre marché était en phase de consolidation. Pour préserver notre indépendance et pour croître, nous devions réaliser des acquisitions structurantes, notamment sur le marché américain. Nous ne pouvions financer seuls cette croissance externe si bien que nous avons fait appel à TCR Capital. En 2014, nous avons ainsi pu réaliser une première acquisition, avec l’américaine Turner Medical –la première étape de notre internationalisation – suivie, en 2016, par une autre, plus modeste en Malaisie, par laquelle nous mettions un pied sur le marché asiatique.

En 2017, Eurazeo PME entre au capital d’In’Tech. Pourquoi ce choix ?

Après ces acquisitions, qui nous avaient permis d’être présents sur les trois marchés qui comptent en orthopédie, nous arrivions aux limites de l’accompagnement proposé par TCR. Or nous avions encore de nombreux projets de croissance, à la fois organiques – avec des investissements dans chacune de nos usines – et externes. Nous sommes partis en quête d’un nouveau fonds en suivant trois critères. Premièrement, qu’il soit français ou européen. Parmi les dix leaders mondiaux fabricants d’implants orthopédiques, In’Tech est la seule société à ne pas être américaine et je souhaitais conserver notre ancrage européen. Ensuite, nous cherchions un fonds qui dispose d’un véritable engagement auprès de l’industrie et des PME françaises. Enfin, il devait pouvoir mettre suffisamment de capital sur la table tout en limitant notre endettement, pour ne pas freiner nos investissements. Eurazeo PME répondait à tous ces critères.

Que vous a permis l’arrivée d’Eurazeo PME ?

En moins d’un an, nous avons réalisé deux acquisitions. En novembre 2017, nous avons acheté Pyxidis, un spécialiste français des boîtes de stérilisation, puis, en mai 2018, la société américaine Bradshaw Medical, qui propose des manches en silicone destinés à la chirurgie orthopédique. Ces opérations nous ont permis de renforcer notre position sur le marché, de gagner en visibilité mais aussi en crédibilité auprès des grands groupes comme Johnson & Johnson que nous pouvons désormais accompagner sur trois continents et sur différents types de services.

"Le private equity est probablement la meilleure réponse à une entreprise comme la nôtre"

Quels sont vos projets pour In’Tech et comment allez-vous les financer ?

Nous allons poursuivre notre croissance organique et externe, en particulier en Asie, un marché à fort potentiel sur lequel nous ne réalisons encore que 3 millions de dollars de chiffre d’affaires. Eurazeo va nous accompagner pendant les trois ou quatre prochaines années. Ensuite, deux grandes options s’offrent à nous. Nous pouvons continuer avec un fonds d’investissement disposant de capacités de financement plus importantes, par exemple pour nous diversifier au-delà de l’orthopédie. Nous pouvons aussi nous rapprocher d’un industriel dont les activités sont complémentaires des nôtres pour bâtir un grand groupe de l’orthopédie. Les deux solutions nous donneront les moyens de nos ambitions mais je dois dire que la première solution a pour l’instant ma préférence. Le private equity est probablement une meilleure réponse à une croissance comme celle d’Intech. Les fonds d’investissement ont parfois mauvaise presse mais ils ont été salutaires pour l’entreprise en nous permettant de rester indépendants, de conquérir une envergure internationale, de passer de 250 à plus de 800 salariés et de faire passer notre chiffre d’affaires de 25 à 100 millions d’euros. C’est une formidable histoire.

Propos recueillis par Cécile Chevré

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Comment accélérer sa croissance ?

Private equity, dette, crowdfunding, auto-financement... Entrepreneurs et fonds reviennent sur les meilleurs moyens d'accélérer le développement de sa société.
Sommaire T.Khris (OnOff) : "Il faut garder le contrôle de son entreprise" F.Zocchetto (PayFit) : "Très vite, nous avons pu présenter de bons KPI aux fonds" J.F Faure (AuCoffre.com) : "Le crowdfunding nous a permis de lever 600 000 euros" P.Marol (Alstef) : "Le soutien d'un fonds permet de gagner en crédibilité" P. Poletti (Ardian) : « Ardian est le premier acteur européen et le cinquième mondial » X.Gaillard (SILAB) : "Nous finançons l'innovation en étant indépendants" Y du Rusquec : "Nous avons plusieurs licornes potentielles en portefeuille" H.Marcoux (Tikehau) : "Nous ne voulons pas casser la belle dynamique de Sofidy"
Cleaveland nomme un nouveau président

Cleaveland nomme un nouveau président

Société de gestion en investissements immobiliers créée en 2005 et cédée à 100 % à Edmond de Rothschild en 2016, Cleaveland vient d’annoncer la nomina...

Un nouveau CEO chez Schroders Personal Wealth

Un nouveau CEO chez Schroders Personal Wealth

Précédemment directeur d’IG Group, une société financière d’exécution d’ordres sur CFD, Peter Hetherington rejoint Schroders Personal Wealth, la joint...

A.Chlagou (Letus Private Office) : "Un intérêt croissant de la clientèle UHNWI pour l’immobilier"

A.Chlagou (Letus Private Office) : "Un intérêt croissant de la clientèle UHNWI pour l’immobilier"

Lancé en 2016, Letus Private Office s’est imposé comme un multi important de la place parisienne. Anice Chlagou, fondateur et directeur général, tire...

V. Donnadieu (Aspim) : "On espère une stabilisation du taux de distribution sur valeur de marché en 2019"

V. Donnadieu (Aspim) : "On espère une stabilisation du taux de distribution sur valeur de marché en...

L’appétit des épargnants pour les SCPI pose questions. Comment les sociétés de gestion gèrent-elles l’important flux de collecte ? Ont-elles travaillé...

Esther Duflo, prix Nobel d'économie

Esther Duflo, prix Nobel d'économie

Barack Obama, Bill Gates ou Klaus Schwab ont recours aux services de cette économiste qui accueille les meilleurs chercheurs du monde dans son laborat...

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

La gouvernance est un sujet dont l’importance est trop souvent minimisée par les entreprises. Pourtant, une gouvernance efficace est indispensable pou...

Fundraising : Blackstone lève 26 MD$ et éclipse le record d’Apollo

Fundraising : Blackstone lève 26 MD$ et éclipse le record d’Apollo

Le closing du fonds de buy-out de huitième génération doit encore être officialisé mais il semblerait que la société d’investissement américaine ait r...

J. Thibault-Liger (Lazard Frères Gestion) : "En France, la générosité est beaucoup plus discrète"

J. Thibault-Liger (Lazard Frères Gestion) : "En France, la générosité est beaucoup plus discrète"

Les équipes de la banque privée Lazard Frères Gestion accompagnent leurs clients dans leurs projets philanthropiques et de mécénat sur plusieurs génér...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message