P. Mangematin (Seyna) : "L'obtention de l'agrément de l'ACPR était notre principal objectif"

Lancée en 2018, Seyna est la deuxième assurtech à obtenir l’agrément de l’ACPR pour des activités d’assurance-dommages. Philippe Mangematin, son co-fondateur, revient sur la création et les ambitions de cette nouvelle compagnie d’assurance.
Philippe Mangematin, co-fondateur de Seyna

Lancée en 2018, Seyna est la deuxième assurtech à obtenir l’agrément de l’ACPR pour des activités d’assurance-dommages. Philippe Mangematin, son co-fondateur, revient sur la création et les ambitions de cette nouvelle compagnie d’assurance.

Décideurs. Quelle est la genèse de Seyna ?

Philippe Mangematin. Seyna est née de la volonté de trois professionnels de l’assurance : Guillaume d’Audiffret, Jean Nicolini et moi-même. Au cours de nos carrières respectives, nous avons fait un constat sur l’évolution des usages et les modes de consommation. Aujourd’hui, l’économie de partage se développe davantage et les achats sur internet sont plus fréquents. De nouveaux modes de déplacement sont prisés à l’instar des trottinettes électriques. Ces usages font naître des nouveaux besoins d’assurance avec un mode d’interaction qui inclut la participation des clients tournés désormais vers le numérique. L’idée est donc née d’un constat de marché avec la volonté d’y apporter des solutions directes, innovantes et simples d’utilisation. Et pour ce faire, l’idéal était de devenir assureur.

Le marché de l’assurtech est désormais atomisé. La concurrence est rude. De quelles armes disposez-vous pour y faire face ?

La majorité des assurtech s’organise en plateformes de courtage. En tant que compagnie d’assurance, nous sommes positionnés à leur égard comme des partenaires et non comme des concurrents. Le développement de ce marché constitue donc une source d’opportunités pour nous car tout courtier a besoin d’un assureur pour fournir ses prestations.

Vous vous positionnez sur l’assurance-dommage. En quoi votre offre se distingue- t-elle de celles des assureurs traditionnels ?

Le marché de l’assurance est très vaste, notamment celui de l’assurance-dommage. De façon générale, les assureurs traditionnels sont positionnés sur les principaux besoins en la matière. À l’inverse, nous développons des produits spécifiques et sur-mesure pour couvrir des risques émergents nés des nouveaux usages. Par exemple, nous proposons une offre d’assurance de caution locative pour les étudiants qui n’ont pas de garantie parentale. De plus, nos produits sont vendus en marque blanche en B2B par le biais des réseaux tiers de distributeurs ou en B2C directement au client final.

Vous êtes passé d’assurtech à compagnie d’assurance au bout d’un an d’activité. Comment expliquez-vous cette ascension ?

L’obtention de ce précieux sésame n’est pas un fait anodin. C’était le but principal que nous nous sommes fixés à la création de Seyna. L’équipe fondatrice a été structurée autour de cet objectif notamment avec Jean Nicolini, un ancien membre de l’ACPR et expert de la réglementation des activités assurantielles. Ensuite, nous avons rapidement pris contact avec le régulateur. Il s’en est suivi des échanges réguliers sur ses attentes et ses exigences afin de lui soumettre au moment opportun un dossier solide. C’est cette démarche stratégique qui nous a permis de devenir une compagnie d’assurance si rapidement.

Quelle est la prochaine étape de votre développement ?

La phase post-agrément est pleine de défis. Aujourd’hui, notre offre s’articule autour de cinq produits : l’assurance billetterie, la couverture contre le retard d’avion, la garantie de caution locative, la perte financière sur les dommages de véhicules en leasing et l’assurance de smartphone. À court terme, nous envisageons le lancement de nouveaux produits aussi émergents et le renforcement de notre effectif. Nous sommes actuellement une équipe de douze personnes et nous visons le seuil des quinze collaborateurs d’ici à la fin de l’année. Enfin, la prochaine étape est d’asseoir notre crédibilité en tant que compagnie d’assurance.

Propos recueillis par Yannick Tayoro

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Risk Management & Assurance 2020

Retrouvez notre dossier issu du Guide-annuaire Risk Management & Assurance 2020
Sommaire
E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte