L’Observatoire de l’impact positif : l’instrument digital de l’engagement sociétal des entreprises

Fondé par le cabinet Occurrence et l’agence Big Youth du groupe Makheia, l’Observatoire de l’impact positif se propose d’évaluer la façon dont les marques élaborent leur engagement sociétal. Avec une nouvelle approche, cet indicateur entend devenir un marqueur de l’engagement RSE des marques sur leur site.

Fondé par le cabinet Occurrence et l’agence Big Youth du groupe Makheia, l’Observatoire de l’impact positif se propose d’évaluer la façon dont les marques élaborent leur engagement sociétal. Avec une nouvelle approche, cet indicateur entend devenir un marqueur de l’engagement RSE des marques sur leur site.

L’agence Big Youth met en place le premier Observatoire de l’impact positif des entreprises. L’agence qui accompagne depuis 2004 ses clients dans des secteurs tels que le design, la production d’interfaces et le conseil, propose, depuis quelques mois, un Internet ouvert, inclusif et plus vertueux. L’enjeu est de porter un nouveau regard sur l’impact digital de vingt-neuf marques françaises dans six secteurs d’activité : l’automobile, la beauté, la distribution spécialisée, la grande distribution, le luxe et les télécoms. Pour ce faire, elle analyse en profondeur les données chiffrées afin de mesurer leur niveau de responsabilité sociale. Ainsi, en se concentrant sur les engagements sociétaux des marques, l’observatoire veut rendre visibles les efforts déployés par les entreprises en matière de RSE, d’éthique et d’actions concrètes. Selon l’Observatoire de l’impact positif : " Évaluer l’impact des marques permet de comprendre la réalité des annonceurs aujourd’hui, qui recherchent le meilleur équilibre entre leurs objectifs d’image ou de business, et la prise en compte croissante des préoccupations de la société. "

Une méthodologie d’analyse fondée sur quatre critères

L’impact digital positif est un objectif à atteindre sur le long terme pour les marques qui cherchent à améliorer leur image de manière durable. Un ensemble de critères basé sur 45 indicateurs factuels mesurables amenant à une note finale sur 100 aura pour vocation de sensibiliser l’opinion globale et les marques. Autant de paramètres destinés à les encourager à entreprendre leur transition digitale et sociétale. L’observatoire a donc choisi d’analyser les moyens de communication de vingt-neuf entreprises françaises, notamment leur site Internet, en les évaluant sur 4 grands critères, dont :

L’utilisabilité, qui sera fondée sur deux grilles d’analyse de référence de l’expérience utilisateur (UX ou User eXperience) réajustées à savoir « Jakob Nielsen » et « Bastien et Scapin », en évaluant l’efficacité des parcours utilisateurs et leur adéquation avec leurs besoins. L’agence appréciera notamment la lisibilité, la simplicité de l’interface ainsi que l’architecture générale du site Internet de l’entreprise.

L’écoconception examinera, quant à elle, l’empreinte carbone de chaque site Internet en analysant leurs performances environnementales avec Eco-Index, un outil d’évaluation des performances ainsi que la vérification d’items à fort impact.

L’accessibilité numérique, à savoir la capacité du site à s’adapter à des publics en situation de handicap, sera aussi prise en compte dans la notation. L’extension WAVE disponible sur Google Chrome pourra informer l’utilisateur sur les problèmes d’affichage et d’accessibilité du site. Les éléments pris en compte seront donc les tests WAVE et Lighthouse, lequel est automatisé et disponible grâce à l’extension Google Chrome Lighthouse, ainsi que les démarches d’accessibilité déclarées.

Enfin, l’efficacité SEO mesurera la performance des contenus des marques en analysant tout particulièrement les caractéristiques du site Web, la qualité du contenu interne et du nommage du site. Pour cela, de nombreux outils seront utilisés dont Google PageSpeed ou Dareboost.

Avec un indice moyen de 67 parmi l’ensemble des entreprises françaises, les grands vainqueurs sont les sites de la distribution spécialisée et le luxe. Louis Vuitton entre en tête du classement avec un indice de 88 suivi par Leroy Merlin et Carrefour avec respectivement 85 et 81. L’étude complète est disponible directement sur le site de Makheia : https://www.makheia.com/actu/premier-observatoire-de-limpact-positif/

Jean-Louis Bore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

Comment le digital peut-il répondre aux enjeux climatiques et, par exemple, participer à la protection de l’eau ? C’est le pari ambitieux du projet me...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte