L. Knights et A. Angel : "Kwerk veut lancer une offre à destination des grands comptes"

Kwerk se différencie dans l’univers des bureaux partagés avec son approche centrée sur le Wellworking. Lawrence Knights et Albert Angel, les cofondateurs, nous dévoilent leur concept et leurs ambitions.
Lawrence Knights (à gauche) et Albert Angel (©Kwerk)

Kwerk se différencie dans l’univers des bureaux partagés avec son approche centrée sur le Wellworking. Lawrence Knights et Albert Angel, les cofondateurs, nous dévoilent leur concept et leurs ambitions.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter Kwerk ?

Lawrence Knights. Kwerk est la transcription phonétique d’un mot anglais qui signifie « décalé ». Albert et moi-même avons créé cette marque en février 2015 pour proposer une nouvelle façon de vivre au travail. Notre business model repose sur deux métiers : les bureaux partagés, qui représentent 80 % de notre activité et les salles de séminaires à la journée. Nous sommes locataires des lieux opérés. Nous en comptons aujourd’hui quatre en activité à Boulogne-Billancourt, dans le 8e arrondissement de Paris et dans la tour First à La Défense. Un cinquième de 6 500 m² est en cours de développement rue de Courcelles. Il ouvrira ses portes dans un an.

Albert Angel. Nous souhaitons affirmer notre différence en mettant l’accent sur le Wellworking au travers de ses cinq piliers. Le design constitue le premier. En tant qu’architecte designer, j’ai pensé les espaces autour des cinq sens et pour une expérience immersive. Je veux inspirer, faciliter les discussions et les rencontres. Nous avons développé des postes de travail thérapeutiques et différents types d’assise pour permettre à nos membres de se sentir bien. Troisième pilier, nous avons concocté un programme de cours collectifs avec du yoga, du cardio, du Pilates et de la méditation pour inciter nos membres à entretenir leur santé physique mais aussi mentale. Nous avons également aménagé des espaces dédiés à ces activités et travaillé l’offre de restauration dans la même logique. Tout est internalisé chez Kwerk pour répondre le plus rapidement possible aux besoins de nos membres, ce qui constitue le quatrième pilier du Wellworking. Enfin, nous cherchons à mettre en relation les petites structures et les grands groupes pour créer un véritable écosystème.

Quelles sont les grandes lignes de votre stratégie de développement ?

L. K. Nous voulons développer une offre à destination des grands comptes. Ces derniers cherchent de plus en plus à s’implanter dans les espaces de coworking et nous devons être capables de leur proposer un niveau de personnalisation élevé en plus d’une expérience différente. Nous nous concentrerons dans un premier temps sur le quartier central des affaires parisien car Kwerk est identifié comme un opérateur référent dans ce secteur et de nombreuses entreprises cherchent à y grandir. En parallèle, nous voulons dépoussiérer l’activité des séminaires et être considérés comme la marque la plus innovante du marché grâce à notre valeur ajoutée en matière de design, de bien-être et de capacité à inspirer.

Quelles sont vos ambitions à moyen terme ?

A. A. Nous souhaitons passer de 17 000 m² en signés-développés à 30 000 m². Néanmoins, nous ne sommes pas dans une course à la taille. Nous sommes obsédés par la qualité du service rendu et par la satisfaction de nos clients. Nous avons également l’intention de nous développer en Europe. Notre produit répond parfaitement aux attentes des entreprises implantées dans les global cities du continent et nous y voyageons régulièrement pour prospecter. Enfin, nous pourrions aussi nous développer dans les grandes métropoles régionales sous une autre marque pour coller aux besoins spécifiques des travailleurs dans ces territoires.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Cette interview est extraite du hors-série contenant les entretiens réalisés par Décideurs lors du Mipim 2019.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Mipim 2019 : une industrie en mouvement

Contrairement à ce que son nom laisserait penser, l’immobilier est une industrie en plein développement. Et ce à tous les niveaux de la chaîne de valeur, de l’aménageur à l’organisateur de salon en passant par les développeurs, les foncières, les investisseurs, les conseils, les utilisateurs ou les financeurs. Le Mipim 2019 a été une nouvelle fois l’occasion de s’en rendre compte.
Sommaire K. Habra : "Ivanhoé Cambridge ambitionne de doubler la taille de sa plateforme européenne" Christel Zordan : "Nuveen Real Estate souhaite constituer un portefeuille très équilibré" J. Schenk et C. Luithlen : "Real I.S. espère atteindre le seuil du milliard d’euros d’actifs sous gestion en France cette année" B. Cappelle (Savills France) : "Nous réfléchissons à des opérations de croissance externe" G. Deforge, W. Morelli et O. de Molliens : "Nous ne cherchons pas à être les leaders du marché, mais les meilleurs pour nos clie Caroline Lamaud et Joachim Dupont : "Anaxago entame une nouvelle phase de développement" V. Carreau : "Comet Meetings veut devenir le leader de la réunion et du séminaire non résidentiel" Retour sur les temps forts du Mipim 2019 Ronan Vaspart : "Le Mipim n’est plus seulement un animateur de la communauté immobilière"
P. Zivkovic (WO2 – Woodeum) : "Le projet Arboretum est le prototype même du produit post-Covid"

P. Zivkovic (WO2 – Woodeum) : "Le projet Arboretum est le prototype même du produit post-Covid"

Figure de l’industrie immobilière, Philippe Zivkovic, cofondateur et codirigeant avec Guillaume Poitrinal du groupe WO2 – Woodeum, partage ses réflexi...

La veille urbaine du 25 mai 2020

La veille urbaine du 25 mai 2020

Capelli qui cède 911 logements à CDC Habitat pour 183,5 M€, Virtuo qui va développer 70 000 m² sur le port de Marseille Fos, Unofi qui acquiert le fut...

La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise

La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise

La crise sanitaire va impacter pendant plusieurs mois les fondamentaux qui servent à fixer les loyers des bureaux, des commerces et de la logistique....

La veille urbaine du 22 mai 2020

La veille urbaine du 22 mai 2020

Les déménagements et visites immobilières désormais autorisés en dehors de son département et à plus de 100km de sa résidence, Damien Nerkowski nommé...

La veille urbaine du 20 mai 2020

La veille urbaine du 20 mai 2020

Les AG de copropriété qui pourront se tenir de manière dématérialisée, l'usage du vélo en forte hausse, le lancement du fonds M Capital en France, Mey...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entreprise"

G. Allard (ADI) : "La crise replace la direction de l’immobilier au cœur de la stratégie de l’entrep...

Alors que les rapports entre les bailleurs et les locataires sont au cœur de l’attention, Gilles Allard, président de l’Association des directeurs imm...

La veille urbaine du 19 mai 2020

La veille urbaine du 19 mai 2020

Le CNCC, Procos et l’Alliance du commerce qui demandent la réouverture des centres de plus de 40 000 m², Beaugrenelle autorisé à ouvrir, Panhard qui r...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message