L’indice Big Mac pointe une sous-évaluation massive

D’après la dernière étude de The Economist, 31 des 34 devises analysées sont sous-évaluées par rapport au dollar américain. Un constat en demi-teinte pour l’économie internationale.

D’après la dernière étude de The Economist, 31 des 34 devises analysées sont sous-évaluées par rapport au dollar américain. Un constat en demi-teinte pour l’économie internationale.

Si la guerre des monnaies portée par le protectionnisme ambient ne bat pas encore son plein, force est de constater que de nombreuses monnaies sont déjà sous-évaluées face au billet vert. D’après les dernières données de l’indice Big Mac, 31 des 34 devises surveillées (91 %) par l’hebdomadaire britannique apparaissent sous-évaluées par rapport au dollar américain. La valeur du dollar atteignait en janvier dernier un pic pour le XIXème siècle. Depuis, un rabais de 5 % en un semestre a réduit les écarts avec les autres devises mondiales.

L’euro sous-évalué de 16 %

Le prix d’un Big Mac en Europe est en moyenne de 3,91 euros, contre 5,30 dollars aux États-Unis, soit une sous-évaluation à hauteur de 16 %. Le peso mexicain est quant à lui sous-évalué de 48 %. Un taux relativement correct bien qu’excessif compte tenu du fait qu’il atteignait 56 % en janvier dernier. La faible probabilité que le président américain aille au bout de ses promesses en matière de politique commerciale avec son voisin de l’ALENA a restauré la confiance dans la monnaie mexicaine sur les marchés des changes. Le franc suisse et les couronnes danoise et norvégienne sont les seules monnaies surévaluées des quarante-huit pays analysés. Si cette « puissance » de change provient de la solidité de leurs finances nationales, la prudence doit être de mise dans l’observation des résultats dans d’autres pays. D’après une étude de CNN, par exemple, un argentin n’a besoin que d’une heure de travail pour acheter un Big Mac, contre 5,6 heures au Mexique. Mais en 2012, The Economist avait accusé le gouvernement argentin de manipuler les prix du produit phare de McDonald’s pour amoindrir facticement le niveau d’inflation dans le pays.

A.R.

Méthodologie :

Créé en 1986 par la revue spécialisée The Economist pour déterminer grossièrement si les devises étaient correctement évaluées, l’indice Big Mac se base sur la théorie de la parité de pouvoir d’achat (PPA) qui stipule que les taux de change doivent lentement converger vers des valeurs égalisant les prix du même panier de biens et services (représenté ici par un hamburger). Le biais de cet indicateur est qu’il ne prend pas en compte le positionnement prix de la marque dans les différents pays étudiés.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience collaborateur

Obsession Client : une expérience client d’exception passe avant tout par une bonne expérience colla...

En adoptant l’Obsession Client, une entreprise qui investit dans l’expérience client ne doit pas négliger l’expérience collaborateur, au risque de pas...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte