L'importance du surendettement dû à la crise du Covid-19

Très éprouvante sur le plan sanitaire et social, la pandémie de coronavirus qui sévit actuellement engendre également de graves difficultés économiques. Parmi les faits les plus marquants, on observe une hausse importante de la dette des ménages et des entreprises.

Très éprouvante sur le plan sanitaire et social, la pandémie de coronavirus qui sévit actuellement engendre également de graves difficultés économiques. Parmi les faits les plus marquants, on observe une hausse importante de la dette des ménages et des entreprises.

Des chiffres qui témoignent de l'impact de la crise sanitaire sur l'endettement

Alors que depuis 2014, le nombre de dossiers ayant pour objet le surendettement connaissait une décrue constante, l'épidémie actuelle de Covid-19 risque d'inverser la tendance. Ainsi, d'après les données publiées par la Banque de France, plus de 10 000 dossiers de surendettement ont été déposés en septembre 2020. En seulement un mois, le nombre de cas a dépassé le millier puisqu'il était de 8885 en août 2020. Toujours d'après les chiffres de la Banque de France relatifs à la situation financière des ménages français, les flux nets de crédits bancaires ont connu une progression estimée à 8,9 GEUR en septembre 2020. Cette moyenne excède celle de la période antérieure à la crise sanitaire. De janvier 2017 à février 2020, elle s'élevait en effet à 6,2 GEUR

Quelles sont les personnes concernées par le surendettement ?

Le phénomène de surendettement induit par la crise sanitaire semble toucher un public qui jusque là était peu concerné par le problème. Le journal Le Monde cite par exemple le témoignage d'un agent de recouvrement prénommé Pascal qui s'était toujours tenu "de l’autre côté de la barrière" et n'aurait jamais pensé être surendetté. Aujourd'hui "du côté des débiteurs", il ne faisait pourtant pas partie, avec "4000 euros de revenus pour la famille", de la catégorie des gens dits précaires. Ce cas n'est pas isolé comme le signale l'association Crésus qui œuvre pour la prévention du surendettement. Cette dernière s'est également donné pour mission d'écouter et de venir en aide aux personnes qui croulent sous les dettes. L'association Crésus de Strasbourg mentionne notamment le cas d'un musicien dénommé Martin. Privé de revenus durant le premier confinement du mois de mars 2020, il a perdu pied d'un point de vue financier. Sa dette s'élève actuellement à près de 9000 euros et le contraint à déposer un dossier pour surendettement à la Banque de France.

 

Les raisons de l'accroissement de la dette des ménages français

Les bouleversements de l'activité économique provoqués par la pandémie de coronavirus, ainsi que les mesures sanitaires instaurées pour la combattre, sont les principaux facteurs à l'origine du surendettement des ménages français. Dans ce contexte, nombre d'entre eux ont souscrit des crédits à la consommation. En juin, le montant total des prêts distribués s'élevait à trois milliards d'euros selon les chiffres de France Info. Il s'agit d'un record inédit en France depuis celui de l'année 2012. Plusieurs membres de l'association UFC Que-choisir, dont Matthieu Robin, pointent notamment du doigt l'attitude des publicitaires qui auraient incité les ménages à s'endetter à l'approche des fêtes de fin d'année. UFC Que-choisir dénonce également la politique de plusieurs organismes bancaires, dont BNP Paribas et la Société Générale. Selon l'association, les critères d'attribution des crédits décrétés par les deux banques ne seraient pas assez contraignants. Le résultat de ces offres "incohérentes avec du crédit responsable", selon les mots de Matthieu Robin, est sans appel. Ainsi, pas moins de 2,7 % des emprunteurs se trouveraient dans l'incapacité de rembourser leurs emprunts. La situation risque en outre de s'aggraver avec la vague massive de licenciements qui pourrait survenir suite aux difficultés financières de plusieurs entreprises. D'après France Info, le surendettement serait susceptible d'atteindre les 12 milliards d'euros au cours de l'année 2021.

Une vague de surendettement due à la crise sanitaire est-elle une inéluctable ?

D'après un article paru dans le journal La Croix, le nombre total de dossiers de surendettement déposés en France au 31 octobre 2020 s'élevait à 88 000. Comparé à l'année précédente, on observe une baisse de 34 000 dossiers. Cela peu sembler paradoxale au vu du contexte actuel qui a plongé beaucoup de personnes dans une situation économique difficile. Toutefois, comme le prédit le directeur de l'éducation financière de la Banque de France, Marc Béguery, le nombre de ménages surendettés devrait certainement augmenter au cours des mois à venir. Afin d'anticiper un probable déferlement des dossiers de surendettement, plusieurs solutions sont préconisées par des économistes et des membres du gouvernement. Ainsi, le député Philippe Chassaing propose entre autres un accès facilité aux moratoires pour certains emprunts. Il souhaiterait également que soit instauré un "microcrédit personnel". Proposé par des associations telles que Crésus, il se caractériserait notamment par de faibles mensualités de remboursement. Parmi les autres propositions avancées, citons le fonds de solidarité à destination des particuliers dont le financement serait assuré par les collectivités locales ainsi que par l'État.

Accentué par la crise du coronavirus ainsi que par la hausse des crédits à la consommation, le surendettement des ménages français touche toutes les catégories sociales. Pour tenter de prévenir une vague trop importante, diverses actions sont envisagées par le gouvernement.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte