L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chances. Ses coprésidents Laëtitia Helouet et Boris Janicek évoquent pour Décideurs les lignes fortes de leur mandat.

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chances. Ses coprésidents Laëtitia Helouet et Boris Janicek évoquent pour Décideurs les lignes fortes de leur mandat.

Décideurs Magazine. Pourquoi avoir fait le choix d’une coprésidence? 

Laëtitia Helouet. Cette présidence « augmentée » représente, en effet, une première dans l’histoire du Club. Mais, par-delà son caractère inédit, le binôme que nous formons Boris et moi délivre un message fort. Parcours professionnels, expériences de vie, genres … : nous sommes la preuve même que des horizons différents ne rétrécissent pas nécessairement le champ des convictions communes. Mieux, notre parfaite complémentarité porte en elle la promesse d’une mobilisation collective sur les sujets liés à la diversité, ce qui nous semble particulièrement important à l’heure où les discours de rejet s’expriment en toute décontraction…  

Votre mandat vise-t-il justement à déconstruire ce type de discours ? 

Boris Janicek. Nous souhaitons en tout cas inverser la tendance qui consiste, encore trop souvent, à appréhender l’égalité des chances comme un problème. Nous avons devant nous deux ans pour insuffler une vision positive de la diversité socioculturelle en montrant combien elle constitue une chance pour tous. 

Laëtitia Helouet. Pour cela, nous croyons beaucoup dans le faire. Sur la question de la diversité, de nombreux discours existent mais ils ne sauraient suffire s’ils ne sont pas prolongés par des actes concrets. Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme. 

"Nous cherchons à agir autant sur les parcours individuels que sur les trajectoires collectives".

Concrètement, quelles actions accompagnez-vous ?

Boris Janicek. Le Club XXIe siècle aime à se décrire comme la Station F de la diversité car sa raison d’être intègre plusieurs axes. Un programme comme Revel@Her propose ainsi aux femmes actives issues de la diversité un dispositif de mentoring sur mesure pour les aider à briser le double plafond de verre qui freine leur promotion en entreprise. Les Entretiens de l’excellence font rencontrer à des collégiens et lycéens des professionnels aux parcours exemplaires. Mais, nous cherchons à agir autant sur les parcours individuels que sur les trajectoires collectives au travers notamment de deux nouvelles initiatives. Le pacte d’engagement cherche, d’une part, à indiquer aux acteurs politiques et économiques quels sont les leviers les plus impactants pour accélérer la mise en place des politiques en faveur de la diversité et de l’égalité des chances au sein de chaque entreprise. Notre annuaire des experts médias œuvre, d’autre part, à bousculer les représentations collectives.

Comment précisément mesurer que les imaginaires s’ouvrent ? 

Laëtitia Helouet. Le débat autour des statistiques ethniques est toujours très vif en France, où s’affrontent souhait de mesurer les discriminations et volonté de préserver la culture universaliste si chère à notre pays. Or, ce qui ne se mesure pas ne compte pas, le premier pas vers la reconnaissance et l’élargissement des mentalités consistant précisément à mesurer. Cependant, rien dans la loi n’interdit la collecte de données se fondant sur le nom, l’origine géographique ou la nationalité antérieure à la nationalité française. Des outils comme notre Baromètre, qui vise à apprécier la place de la diversité socioculturelle au sein des instances de direction du CAC 40, permettent ainsi de mettre cette question à l’agenda des décideurs.

Boris Janicek. Mais les chiffres ne signifient rien s’ils ne sont pas incarnés. C’est pourquoi nous accordons une grande importance aux role models qui possèdent le pouvoir d’inspirer, d’emmener les individus et le collectif vers quelque chose qui les dépasse tout en restant accessibles puisque ancrés dans la "vraie vie". 

La difficulté ? "S’assurer que la force de l’exemple ne relève pas de l’exception"

Mais ces role models ne relèvent-ils pas davantage du symbolique que du pragmatisme? 

Laëtitia Helouet. C’est bien là que réside toute la difficulté : s’assurer que la force de l’exemple ne soit pas perçue comme une exception et transforme, ce faisant, le modèle d’inspiration en motif d’intimidation. D’où toute l’importance de constituer un vivier suffisamment large de membres souhaitant partager leurs expériences.

Boris Janicek. Si nous voulons accompagner le processus d’égalité des chances, il faut élargir les modèles et non pas limiter le succès des personnes issues de la diversité dans le monde professionnel à des modèles prédéfinis. En somme, il est de la responsabilité d’un Club comme le nôtre de rendre possible l’émergence et la visibilité d’un grand nombre de role models inspirants, singuliers et pluriels. 

Propos recueillis par M.-H. Brissot, R. Croisier, M. Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entrepri...

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bie...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir u...

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

Acteur majeur du e-commerce, Cdiscount est une entreprise en mouvement. Entretien sur fond de transformation et mobilité avec Nathalie Estrada, la d...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Marie Ekeland, cap sur 2050

Marie Ekeland, cap sur 2050

La cofondatrice de France Digitale et du fonds de capital-investissement Daphni lance 2050. Une nouvelle structure qui a pour mission de mettre l’arge...

Catherine MacGregor, l'énergie au sens propre

Catherine MacGregor, l'énergie au sens propre

Directrice générale d’Engie depuis janvier, Catherine MacGregor a effectué la majeure partie de sa carrière dans le secteur parapétrolier. Pour autant...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte