L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois.

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois.

Dans la guerre commerciale et technologique que se livrent les États-Unis et la Chine depuis plusieurs années – conflit exacerbé par la pandémie –, l’Europe est sur le banc de touche, tentant de rattraper un retard que de nombreux observateurs jugent aujourd’hui trop important. En avril dernier, le PDG d’Ericsson, géant suédois des télécommunications, Börje Ekholm, déclarait dans la presse qu’il faudrait deux ans à l’Europe pour rattraper son retard sur le terrain de la 5G face aux leaders que sont la Chine mais aussi l’Australie, la Corée du Sud, les États-Unis et même le Moyen-Orient, en avance sur le Vieux Continent qui n’a jamais aussi bien porté son nom.

"La guerre technologique est lancée et l’Europe doit se défendre. Le différend technologique entre les États-Unis et la Chine est un défi pour notre continent", a déclaré de son côté Reinhard Ploss, PDG du fabricant de puces allemand Infineon Technologies, lors du salon virtuel Electronica 2020. Si l’actuelle Commission européenne d’Ursula von der Leyen œuvre avec dynamisme pour renverser les rapports de force et permettre à l’Europe d’assurer sa souveraineté technologique et, de fait, tenter de réduire sa trop grande dépendance vis-à-vis de la Chine et des États-Unis, force est de constater que les leaders européens sont à la fois très rares et bien plus petits que leurs homologues mondiaux.

Retard à l'allumage

Dès 2019, le cofondateur de Doctissimo, Laurent Alexandre, mettait en garde les Européens, pointant des "budgets minuscules" en matière de recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle, conduisant fatalement à creuser le fossé numérique, devenu aujourd’hui abyssal.

Autre frein, le contexte actuel marqué par la pandémie pousse l’Europe à envisager des stratégies protectionnistes, telles que l’interventionnisme étatique ou encore la fermeture des frontières. Des mesures que beaucoup d’observateurs estiment contreproductives. Google a d’ailleurs plaidé auprès de l’administration Biden en faveur d’un conseil technologique entre les États-Unis et l’Europe, considérant qu’une "explosion des politiques nationales européennes représenterait une menace plus grande que le différend commercial entre la Chine et les États-Unis".

"La guerre technologique est lancée et l’Europe doit se défendre"

Dans un rapport intitulé "Artificial intelligence, Blockchain and the Future of Europe", publié le 1er juin par la Banque européenne d’investissement (BEI), on apprend que l’UE n’est à l’origine que de 7% des investissements annuels globaux réalisés autour de l’IA et la blockchain, alors que la Chine et les États-Unis représentent 80 % de ces deux marchés qui se montent à 25 milliards d’euros d’investissements annuels. Le déficit de l’Europe dans ces deux secteurs s’élève ainsi à 10 milliards d’euros. L’étude montre que la majorité des PME impliquées dans l’IA et la blockchain se trouvent aux États-Unis (2 995), puis en Chine (1 418) et enfin dans l’Union européenne (1 232). Le Royaume-Uni à lui seul compte 495 entreprises spécialisées dans les deux technologies. Au sein de l’UE, l’Allemagne et l’Autriche en comportent le plus, suivies des États de l’Europe du Sud puis de la France.

Des raisons d'espérer

Cette étude menée par la BEI laisse néanmoins entrevoir des raisons d’espérer des lendemains plus cléments si l’Europe s’en donne les moyens. En effet, tout comme les États-Unis ou la Chine, l’Union européenne possède un important vivier de spécialistes. Mieux, les 27  États membres comptent plus de chercheurs spécialisés dans la blockchain et l’IA que la Chine ou les États-Unis. 43 064 chercheurs en IA ont été recensés en Europe – dont 7 998 au Royaume-Uni–, 28 539 aux États-Unis et 18 232 en Chine.

L’écosystème technologique du Vieux Continent va dans le bon sens et la pandémie a renforcé ce constat. Selon le rapport "Titans of Tech 2021", l’Europe héberge désormais 166 licornes qui représentent une valorisation cumulée de 801 milliards de dollars, un chiffre qui a quasiment doublé en l’espace d’un an. La crise sanitaire ayant dopé les usages autour du numérique, la plupart des scale-up européennes ont vu leur valorisation flamber dès mars 2020. 52 nouvelles licornes sont ainsi apparues en seulement un an dans les domaines du SaaS (21), de la fintech (13), des marketplaces (7) ou encore du commerce en ligne (6).

Europe cherche Titans

Mais, si ces licornes se multiplient, les "Titans" technologiques, ces champions valorisés à plus de 50  milliards de dollars, restent rares. Citons notamment la fintech néerlandaise Adyen, plateforme de paiement valorisée à plus de 61,5 milliards de dollars au 12 mai 2021. En juin 2020, la valorisation du géant suédois de musique en streaming Spotify, a flirté brièvement avec les 50  milliards de dollars, avant de redescendre à 43,1 milliards un an plus tard…

La valorisation des licornes européennes a quasiment doublé en un an

Autre exemple de success story : Klarna, spécialiste du paiement en ligne, qui a levé un montant record d’un milliard de dollars sur les marchés privés en mars 2021, portant sa valorisation à plus de 46,5 milliards de dollars avant une éventuelle introduction en Bourse. Le Royaume-Uni reste en tête concernant le nombre de licornes hébergées avec 37 sociétés, devant Israël (32) et l’Allemagne (23). Ce pays leader s’est distingué en juillet dernier avec la levée de 800  millions d’euros de Revolut, la néobanque britannique, réalisée auprès du géant japonais Softbank et du fonds d’investissement américain Tiger Capital. Sa valorisation atteint désormais 33  milliards de dollars.

Plafond de verre tricolore

En France, les belles start-up se heurtent encore souvent à un plafond de verre qui les empêche de devenir des grandes. En septembre 2019, Emmanuel Macron avait placé la barre plus haut pour la French Tech : atteindre 25 licornes d’ici à 2025. Un objectif réalisable au regard des années 2020 et 2021 qui auront été de bons crus. Avec le tour de table historique de 500 millions de dollars de Contentsquare, la levée de 380 millions de dollars de Ledger ou encore les 355 millions de dollars de ManoMano, les pépites made in France ont multiplié les récoltes en 2021. Ainsi, au mois de juin, donc en seulement six mois, 4,7 milliards d’euros ont été levés, soit presque autant que sur toute l’année 2020. Si la France veut devenir une économie de rupture technologique, elle devra faire des choix et définir des secteurs prioritaires sur lesquels focaliser les investissements.

Anne-Sophie David

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies financières et fiscales 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégies financières et fiscales 2021
Sommaire

retrouvez l'intégralité du dossier Face aux Gafam et BATX, l'Europe technologique : quelle contre-attaque ?

Dans la guerre sans merci que se livrent les entreprises de la tech, les États-Unis et la Chine creusent l’écart. Mais l’Europe n’a pas dit son dernier mot.
Sommaire Gafam - BATX. Le marché des empereurs La Tech européenne en infographie Y. du Rusquec (Eurazeo) : "Le marché européen du financement de la tech n’est pas encore arrivé à maturité" Klarna, le suédois qui se paie les États-Unis Adyen, la mondialisation réussie ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM Mirakl, la révolution du e-commerce Infineon, sauts de puces ManoMano lève 355 millions de dollars
V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise avec les projets du salarié"

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise a...

Présidente du jury du prix du DRH numérique 2020, Valérie Decaux, DRH du Groupe La Poste envisage la transformation digitale à la fois comme complémen...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un a...

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte