L'État dégaine un plan de 8 milliards d'euros pour l'automobile

Mardi 26 mai, Emmanuel Macron détaillait le dispositif. Celui-ci mêle mesures d'urgence et plan ambitieux à plus long terme de production plus verte en France. Les constructeurs commencent déjà à annoncer leurs intentions et adaptations.

Mardi 26 mai, Emmanuel Macron détaillait le dispositif. Celui-ci mêle mesures d'urgence et plan ambitieux à plus long terme de production plus verte en France. Les constructeurs commencent déjà à annoncer leurs intentions et adaptations.

Quelques heures à peine après l’annonce du plan de soutien à l’automobile par le gouvernement, l’industrie en question distillait déjà ses premières mesures d’adaptation à la nouvelle donne économique. Ce mercredi 27 mai, Renault publiait un communiqué de presse intitulé : « L’Alliance adopte un nouveau busines model de coopération afin d’améliorer la compétitivité et la rentabilité de trois de ses entreprises membres. » En clair : le constructeur se réorganise face à la crise. Une décision qui fait suite à des informations parues la veille dans Le Figaro, qui indiquait que Renault s’apprêtait à supprimer 5 000 postes en France.

Sur le plan organisationnel, les membres de l’Alliance vont adopter un système "leader-follower" pour les projets véhicules sur lesquels ils vont coopérer, avec une standardisation renforcée et dans chaque segment de produits. Ainsi, dès 2025, près de 50 % des modèles de l’Alliance devraient être développés et produits sous ce système. Ce qui permettrait de « réduire les coûts et les dépenses d’investissements par modèle jusqu’à 40 % ».

Les annonces se multiplient sur le terrain économique puisque mardi 26 mai, le président de la République, Emmanuel Macron lui-même présentait un plan de soutien de 8 milliards d’euros à destination de la filière automobile. Une enveloppe qui comprend notamment un prêt garanti par l’État (PGE) de 5 milliards d’euros promis à Renault. Ce montant reste toutefois conditionné à l’issue d’une table ronde entre le constructeur, les syndicats et les élus concernés par l’avenir des sites du groupe au losange.

"Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d’engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée en France"

Urgence et long terme

Le dispositif s’articule autour de plusieurs aides. Tout d’abord, la prime à la conversion, mécanisme d’aide au remplacement d’un véhicule ancien par un véhicule moins polluant, sera désormais accessible à l’ensemble des ménages dont le revenu est inférieur à 18 000 euros par an, soit aux trois quarts des Français. Cette prime exceptionnelle restera cumulable avec le bonus écologique. Celle-ci est fixée à 3 000 euros pour un véhicule thermique et 5 000 euros pour un véhicule électrique. Disponible à partir du 1er juin, elle concernera les 200 000 achats à venir. Concernant le bonus écologique accordé pour l’achat d’un véhicule électrique, son montant sera porté à 7 000 euros, contre 6 000 euros précédemment pour les particuliers et à 5 000 euros contre 3 000 pour les entreprises. Par ailleurs, un bonus de 2 000 euros est mis en place pour les véhicules hybrides rechargeables (VHR).

Valeo a réagi dans le sillage des annonces. Le groupe « accompagnera le plan de relance automobile en localisant en France de nouvelles technologies comme le 48V », indique Jacques Aschenbroich, PDG de l’équipementier automobile.

Sur le long terme, le gouvernement vise une production plus verte et plus propre. « Les constructeurs ont pris en contrepartie une série d’engagements forts qui consistent à relocaliser la production à valeur ajoutée en France et à consolider et maintenir la production industrielle sur nos sites », précise Emmanuel Macron. La filière s’est engagée à produire au moins un million de véhicules électriques dans l’Hexagone d’ici cinq ans.  Cette transition va notamment être permise par l’installation de bornes de recharge ou encore par la création d’un fonds d’investissement abondé à hauteur de 400 millions d’euros par l’État, Bpifrance ainsi que PSA et Renault (100 millions d’euros chacun). Des annonces sont attendues dans les prochains jours pour d'autres secteurs, que ce soit au niveau français ou européen. Les questions de souveraineté productive, de numérique et d'écologie devraient rester centrales.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Come back de l'économie : les plans de relance, un défi collectif

Prévisions - acteurs de la relance - secteurs
Sommaire La relance post-Covid sera verte ou ne sera pas La dépression guette les loyers de l’immobilier d’entreprise Plan de relance : Bruxelles met 750 milliards d'euros sur la table Aéronautique : l’État débloque 15 milliards d’euros BTP : un plan de façade ? Politique commerciale : l’Europe lance une réflexion approfondie K. Courboin (J.P. Morgan) "Les petites entreprises n'ont généralement pas assez de trésorerie pour résister à un recul fort de l Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils
Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Philanthropie : la France à la recherche de son modèle

Le tissu philanthropique français accélère sa mue. L’objectif ? Favoriser les projets d’intérêt général et faciliter les démarches des généreux donate...

Edito. Échec et maths

Edito. Échec et maths

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

La lutte anticorruption de Bernard Cazeneuve : objectif terre

Ses différents mandats ministériels ont mis en valeur son goût pour le combat politique. Dorénavant avocat et uniquement avocat, Bernard Cazeneuve n’a...

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écologique"

P. Ollier : "La Métropole du Grand Paris joue pleinement son rôle d’opérateur de la transition écolo...

Près de cinq ans après sa création, la Métropole du Grand Paris a entrepris de nombreuses actions. Patrick Ollier et ses dirigeants ne comptent pas s’...

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

S.Matelly (Iris) : "Joe Biden est la bonne personne pour éviter l’embrasement"

Entre accusations de victoire volée et divisions exacerbées, beaucoup prédisent un début de mandat difficile à Joe Biden. Sylvie Matelly, directrice a...

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

Politique : les "petites phrases" les plus polémiques de 2020

L’année qui s’achève a été riche en petites phrases politiques. Si certaines peuvent porter à sourire par leur maladresse ou leur amateurisme, d’autre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte