Artumès : L’esprit chasse au cœur des villes

L'entreprise familiale Artumès entend importer les codes de la chasse dans nos vestiaires urbains, sans se départir d’un chic typiquement français. Nous avons rencontré Nicolas Drach, cofondateur et responsable communication et marketing.
Nicolas Drach, cofondateur

L'entreprise familiale Artumès entend importer les codes de la chasse dans nos vestiaires urbains, sans se départir d’un chic typiquement français. Nous avons rencontré Nicolas Drach, cofondateur et responsable communication et marketing.

Décideurs. Pour ceux qui ne connaissent pas le concept d'Artumès, qu’est-ce qui vous différencie des autres labels inspirés par le monde de la chasse ?

Nicolas Drach. Notre univers « country lifestyle » s’inspire du cadre rural, façon XIXe siècle, en empruntant aux traditions vestimentaires masculines et féminines anglaises, allemandes, argentines et françaises. Mais l’idée, c’est de pouvoir porter ces pièces aussi bien à la ville qu’à la campagne. Nos vêtements sont résistants, confortables, et ils s’associent parfaitement à un jean le week-end. Nous avons, par ailleurs créé tout un univers, visible dans notre boutique de la rue du faubourg Saint-Honoré à Paris, qui mêle accessoires, décoration ainsi qu'une galerie d’exposition permanente.

Artumès est une entreprise familiale… Quel est le rôle de chacun ?

Nous avons lancé Artumès & Co, mon père Alain, mon frère Thomas et moi-même à l’automne 2012. Mon père, qui a dirigé pendant dix ans la marque de luxe anglaise Holland & Holland, tient le rôle de conseiller. Mon frère Thomas a occupé pendant cinq ans le poste de responsable communication et marketing, tandis que je gérais les achats et la direction des collections. Nous venons d’inverser nos rôles pour garder l’énergie et l’excitation des débuts. C’est paraît-il monnaie courante chez les fratries de notre univers, à l’instar de la maison Loro Piana.

Si l’on ne devait citer qu’une pièce phare ?

Sans aucun doute la veste Teba, une veste homme déstructurée avec un col en pointe et des poches plaquées. Elle nous vient d’une longue tradition. Le roi d’Espagne, Alphonse XIII avait demandé à son tailleur une veste de chasse confortable, reprenant les codes d’un cardigan à col châle. Il en offrit une au comte de Teba, qui en fit un classique du chic espagnol. C’est une veste aussi élégante et chic que décontractée.

Qui sont vos clients ?

Ils ont entre 34 et 50 ans en moyenne. Si nous avons une clientèle française fidèle, ce sont les clients étrangers qui nous ont permis d’éclore et de perdurer. Nos créations inspirées des univers anglais et espagnols séduisent ces deux marchés. Nous pensions ne pas les intéresser. Bien au contraire ! Notre manière de travailler les tissus les a convaincus. Par la suite, nous avons constaté que les premiers acheteurs, sur cette « niche », orientée sur la chasse, ont été rejoints par un marché plus large. Nous avions également remarqué que les femmes sont leaders en termes d’achats. Ce sont elles qui achètent pour leurs maris, leurs pères.

Quelles sont vos perspectives pour la ­saison 2018-2019 ?

Nous entendons justement renforcer notre présence à l’étranger. D’ailleurs, nous avons commencé notre implantation au Japon via trois grands distributeurs locaux. C’est notre priorité pour les deux à trois ans à venir, en parallèle avec l’installation ­d’Artumès dans les grands magasins en France, en Angleterre et en Espagne.

Guillaume Tesson

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message