L'entreprise travaille au bonheur de ses juristes

Être juriste d’entreprise recouvre une telle variété de situations qu’il est difficile de dépeindre cette profession de façon uniforme. Cependant, une constante se détache : la difficulté des missions et le stress au travail sont globalement ­compensés par des conditions d’exercice adaptées à un équilibre de vie.

Être juriste d’entreprise recouvre une telle variété de situations qu’il est difficile de dépeindre cette profession de façon uniforme. Cependant, une constante se détache : la difficulté des missions et le stress au travail sont globalement ­compensés par des conditions d’exercice adaptées à un équilibre de vie.

Depuis longtemps déjà, le juriste est devenu un maillon indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise. Au service de la direction générale, les directions juridiques doivent assurer le respect des réglementations et des législations, s’adapter à leurs évolutions tout en gérant la stratégie de la société. Si la charge de travail de ces spécialistes du droit et le niveau de pression qui pèse sur leurs épaules équivalent à ceux des avocats, les conditions d’exercice de leur métier changent par rapport à celles de leurs confrères indépendants.

Une forte implication

Presque 80 % des juristes ayant répondu à l’enquête sont des femmes. Cette féminisation de la profession n’est pas un hasard, le métier offrant beaucoup d’avantages, notamment celui de pouvoir s’organiser facilement, c’est-à-dire se reposer sur des horaires déterminés et ainsi s’assurer un équilibre entre vie privée et vie professionnelle, ce qui n’est pas le cas pour les professions libérales. Cela se traduit par des horaires de travail jugés dans l’ensemble satisfaisants : 35,9 % des répondants les qualifient de bons, 28,2 % de convenables et 24,4 % d’excellents. Seuls 11,5 % de juristes les jugent mauvais. Mais, à la question « Pensez-vous que vous travaillez trop ? », 43,6 % des juristes répondent par l’affirmative. Bien plus que les 11,5 % qui se plaignent des horaires de travail. Cela s’explique certainement par le très haut niveau d’implication qu’ils démontrent à leur entreprise. Le juriste en effet travaille aussi en dehors des heures de bureau.

Pression relative

Si presque la moitié des juristes considèrent travailler trop, ils semblent plutôt bien supporter la pression qui pèse sur leurs épaules : elle serait supportable pour 56,4 % d’entre eux, forte pour 20,5 % et trop forte pour 15,4 %. Enfin, 7,7 % répondent ne pas avoir d’avis sur la question, ayant peut-être du mal à établir une comparaison. Ces chiffres prouvent tout de même que le monde de l’entreprise reste moins oppressant pour les juristes que celui des cabinets d’avocats. L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée semble plus aisé à atteindre pour les juristes : parmi les individus interrogés, 51,3 % considèrent l’avoir trouvé. Presque 27 % d’entre eux estiment ne pas y être encore parvenus et les 21,8 % restants disent ne pas y parvenir. Ce chiffre global plutôt positif explique peut-être pourquoi 52,6 % des répondants sont prêts à rester dans l’entreprise où ils travaillent actuellement. Une donnée à relativiser puisque les plus jeunes juristes semblent davantage disposés à changer d’entreprise tandis que les juristes plus âgés restent attachés à la stabilité de leur fonction.

Souplesse organisationnelle, pression relative… Les avantages de la profession de juriste sont appréciables mais une ombre au tableau demeure, et pas des moindres : le salaire. Presque 38 % des juristes interrogés le placent en tête des points à améliorer dans leur entreprise, devant le management (18,2 %), les possibilités d’évolution (16,9 %), la répartition des tâches (13 %), l’ambiance (9,1 %) et les locaux (5,2 %). Malgré ce point négatif, ils sont 60,3 % à s’estimer heureux au travail. En réalité, il faut s’attacher au niveau d’expérience pour analyser le niveau de leur bien-être au travail : c’est à partir de 35 ans qu’ils se disent particulièrement heureux dans leur exercice professionnel (83,4 % des 35-45 ans et 66,7 % des 45-55 ans). Autre paramètre faisant évoluer la façon dont ils évaluent leurs conditions de travail : le type d’entreprise. Les juristes des grandes entreprises sont 57,1 % à avoir atteint un équilibre de vie là où ils ne sont que 42,8 % dans les ETI. Sans doute parce que les premiers bénéficient des avantages sociaux des grandes structures…

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Le droit fait-il le bonheur ?

Bien-être au travail et professions juridiques : où fait-il bon travailler ? Avocats, notaires, juristes d'entreprise : découvrez notre baromètre exclusif et les champions du bonheur au travail.
Sommaire L’œil du cyclone Bonheur d’exercer, joie de se démener Le cabinet songe au bonheur de ses avocats L'étude préserve le bonheur de ses notaires
L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

Le document-cadre sur les programmes de conformité vient d’être mis à jour par l’Autorité de la concurrence. Le texte fournit aux entreprises et aux a...

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

En 2021, l’Autorité des marchés financiers a connu une forte hausse des valorisations et des entrées en Bourse et noté la montée en puissance de l’act...

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Le cabinet, spécialiste des sujets de conseil et contentieux des entreprises, élargit son offre de services avec l’arrivée d’une nouvelle associée. Ma...

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Quentin Renaud s’associe au sein du cabinet Squair. Habitué des dossiers de propriété littéraire et artistique, droit des marques et dessins et modèle...

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

La 67e édition de la Brussels Art Fair (Brafa), l’une des plus anciennes et prestigieuses foires d’art d’Europe, rassemblera 115 galeries du 19 au 26...

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Fahima Gasmi est nommée associée du cabinet Alerion. Elle y pilotera la pratique droit de l’environnement.

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

Charles-Antoine Joly, nouvel associé de DS Avocats, vient étoffer l’offre propriété intellectuelle, technologies numériques et data du cabinet.

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

Dans son rapport d’activité 2021 tout juste publié, l’Agence française anticorruption revient sur les chiffres clés à retenir pour la préparation du p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message