L’élite de la gestion d’actifs se retrouve à l’Élysée

En rassemblant huit des plus importantes sociétés de gestion au monde, Emmanuel Macron amplifie, après le One Planet Summit de décembre 2017, son initiative d’associer les géants de la gestion d’actifs à la prise en compte de la lutte contre le changement climatique.

En rassemblant huit des plus importantes sociétés de gestion au monde, Emmanuel Macron amplifie, après le One Planet Summit de décembre 2017, son initiative d’associer les géants de la gestion d’actifs à la prise en compte de la lutte contre le changement climatique.

Réunis ce mercredi 10 juillet, BlackRock, Goldman Sachs, BNP Paribas, HSBC, Natixis, Amundi, State Street et Northern Trust ont lancé officiellement le groupe de travail « One Planet Sovereign Wealth Fund Asset Manager ». Marqué notamment par la présence de Larry Fink, le dirigeant emblématique de BlackRock, leader mondial de la gestion d’actifs avec plus de 6 500 milliards de dollars d’actifs, ou encore celle des directeurs des fonds souverains koweïtien, saoudien et norvégien, ce rendez-vous regroupant au total 18 000 milliards de dollars sous gestion a permis d’aborder la nécessité d’une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux dans la stratégie des sociétés de gestion et des fonds souverains.

Dans les logiques d’investissements, le manque de standards communs et d’indicateurs reconnus représentent un frein au développement d’une gestion d’actifs plus verte. Si la démocratisation des critères ESG est  un premier pas, la volonté de ce groupement d’experts réunis à l’Élysée n’est pas de les remettre en question mais plutôt de les compléter. Un chantier important et de long terme est donc à prévoir. Les résultats et conclusions de la fiabilité de tels indices ne pouvant se mesurer qu’à un horizon de cinq ou dix ans. Lancé depuis peu, l’Acte II du quinquennat Macron, qui se veut résolument écologiste, entend associer le maximum d’acteurs possible, y compris les mastodontes de la gestion d’actifs.

Théo Maurin-Dior

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

A. Latrive (Astoria Finance) : "Nous n’avons pas de raison d’arrêter nos acquisitions"

A. Latrive (Astoria Finance) : "Nous n’avons pas de raison d’arrêter nos acquisitions"

En multipliant les opérations de croissance externe, Astoria Finance s’impose comme un acteur majeur de la gestion de patrimoine. Antoine Latrive, Pré...

Libra : la Banque de France et le G7 réclament la fin des incertitudes

Libra : la Banque de France et le G7 réclament la fin des incertitudes

À l’occasion du sommet regroupant les ministres des finances des sept plus importantes économies mondiales, le gouverneur de la Banque de France Franç...

C.Barbe (Transavia France) : "Air France-KLM fait figure de précurseur en matière de norme IFRS 16"

C.Barbe (Transavia France) : "Air France-KLM fait figure de précurseur en matière de norme IFRS 16"

Alors que les pilotes ont récemment accepté de renégocier l’accord plafonnant à 40 le nombre d’appareils de Transavia, ouvrant ainsi la voie à la croi...

Henri Assila rejoint Neuflize OBC

Henri Assila rejoint Neuflize OBC

Doctorant en histoire à la Sorbonne, diplômé d’un Master of Science en relations internationales à la London School of Economics ainsi que d’un DU en...

Deux mouvements chez Natixis Wealth Management

Deux mouvements chez Natixis Wealth Management

Audrey Koenig et Philippe Guénet, deux historiques du groupe Natixis, viennent d’être nommés aux postes de directrice générale déléguée et directeur g...

Bernard Arnault devient la seconde fortune mondiale

Bernard Arnault devient la seconde fortune mondiale

Notre-Dame, femme, salaire... Voici l'essentiel à savoir sur Bernard Arnault . A la tête de LVMH, il est désormais la seconde fortune mondiale. Retour...

E.Jozan (Allianz France) : "Le marché s’approche d’une fin de cycle"

E.Jozan (Allianz France) : "Le marché s’approche d’une fin de cycle"

Pour Edouard Jozan, chief investment manager chez Allianz France, le marché s'approche d'une fin de cycle économique avec un atterrissage en douceur....

Dans la tourmente, EuropaCorp délaisse Pathé pour Vine

Dans la tourmente, EuropaCorp délaisse Pathé pour Vine

Sous pression face au remboursement de sa dette, Luc Besson privilégie l’offre du fonds américain Vine Alternative Investments aux dépens du groupe Pa...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message