L’effondrement des multiples met en lumière les gagnants et les perdants de la crise

Les chiffres de Refinitiv, relayés par les Échos, mettent en avant l’évolution des valorisations moyenne des entreprises dans le monde en fonction de leur secteur d’activité. Une manière objective de distinguer les gagnants et les perdants de la crise économique actuelle.

Les chiffres de Refinitiv, relayés par les Échos, mettent en avant l’évolution des valorisations moyenne des entreprises dans le monde en fonction de leur secteur d’activité. Une manière objective de distinguer les gagnants et les perdants de la crise économique actuelle.

Partout dans le monde les valorisations s’effondrent, mais logiquement, les entreprises des pays développés, plus touchés par la crise du Covid-19, connaissent les plus fortes baisses de valorisation. Les multiples médians d’Ebitda, à partir desquels les entreprises américaines sont évaluées, sont descendus à 10,5, soit en dessous des 10,7 au niveau mondial. Pire encore, ceux des sociétés européennes sont tombés à 8,8. La part de rachats d’entreprises valorisées à plus de 15 fois l’Ebitda est, elle, retombée à seulement 12 % des opérations ces trois derniers mois. Des chiffres qui confirment les craintes des gouvernements du Vieux Continent de voir les moteurs de leur croissance rachetés, à prix cassés, par des acteurs étrangers. 

Santé, high-tech et plateformes B2C, socle de la résilience 

L’étude de Refinitiv détaille également ces multiples en fonction des secteurs d’activité, distinguant ainsi les gagnants et les perdants de la crise. En Europe, sans surprise, les entreprises des domaines de la santé, de la haute technologie et des biens de consommations sont désormais valorisées à plus de 18 fois leur Ebitda. A contrario, les sociétés des secteurs des matériaux et de la finance sont valorisées à des multiples inférieurs à 7, et les commerces demeurent les plus impactés par la crise avec un coefficient de seulement 1,7. Facteur d’explication directe : le confinement, prolongé à plusieurs reprises dans la plupart des pays européens, a bien sûr gelé les nombreux métiers reposant sur l’exercice d’une activité physique, “en dur” (construire des immeubles, opérer un point de vente physique, etc.). 

Les entreprises en danger face à leur rachat

Les opportunités de rachats risquent de s’accumuler. L’objectif pour nos dirigeants est donc de préserver les écosystèmes qui ne seraient affectés que de manière passagère. Pour les entreprises qui n’auraient pas d’autre choix que de céder leurs actifs à des prix dérisoires, de nouvelles clauses devraient faire leur apparition. « Si ce recul des prix se confirme, il est possible que de nouvelles clauses de partage de valeur entre acheteurs et vendeurs resurgissent afin de parvenir à trouver un terrain d'entente », explique Céline Méchain, managing director chez Goldman Sachs. Par exemple, le fonds américain Aurora a concédé une baisse de prix de l'ordre de 15 % sur sa cession d’International Cookware Group, distributeur de la marque française Pyrex, à la société d'investissement européenne Kartesia. Cette dernière reversera la différence si ICG retrouve un certain niveau de résultat. Les clauses d’earn-out devraient ainsi jalonner moult contrats de cessions post-covid-19.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte