L’effondrement des multiples met en lumière les gagnants et les perdants de la crise

Les chiffres de Refinitiv, relayés par les Échos, mettent en avant l’évolution des valorisations moyenne des entreprises dans le monde en fonction de leur secteur d’activité. Une manière objective de distinguer les gagnants et les perdants de la crise économique actuelle.

Les chiffres de Refinitiv, relayés par les Échos, mettent en avant l’évolution des valorisations moyenne des entreprises dans le monde en fonction de leur secteur d’activité. Une manière objective de distinguer les gagnants et les perdants de la crise économique actuelle.

Partout dans le monde les valorisations s’effondrent, mais logiquement, les entreprises des pays développés, plus touchés par la crise du Covid-19, connaissent les plus fortes baisses de valorisation. Les multiples médians d’Ebitda, à partir desquels les entreprises américaines sont évaluées, sont descendus à 10,5, soit en dessous des 10,7 au niveau mondial. Pire encore, ceux des sociétés européennes sont tombés à 8,8. La part de rachats d’entreprises valorisées à plus de 15 fois l’Ebitda est, elle, retombée à seulement 12 % des opérations ces trois derniers mois. Des chiffres qui confirment les craintes des gouvernements du Vieux Continent de voir les moteurs de leur croissance rachetés, à prix cassés, par des acteurs étrangers. 

Santé, high-tech et plateformes B2C, socle de la résilience 

L’étude de Refinitiv détaille également ces multiples en fonction des secteurs d’activité, distinguant ainsi les gagnants et les perdants de la crise. En Europe, sans surprise, les entreprises des domaines de la santé, de la haute technologie et des biens de consommations sont désormais valorisées à plus de 18 fois leur Ebitda. A contrario, les sociétés des secteurs des matériaux et de la finance sont valorisées à des multiples inférieurs à 7, et les commerces demeurent les plus impactés par la crise avec un coefficient de seulement 1,7. Facteur d’explication directe : le confinement, prolongé à plusieurs reprises dans la plupart des pays européens, a bien sûr gelé les nombreux métiers reposant sur l’exercice d’une activité physique, “en dur” (construire des immeubles, opérer un point de vente physique, etc.). 

Les entreprises en danger face à leur rachat

Les opportunités de rachats risquent de s’accumuler. L’objectif pour nos dirigeants est donc de préserver les écosystèmes qui ne seraient affectés que de manière passagère. Pour les entreprises qui n’auraient pas d’autre choix que de céder leurs actifs à des prix dérisoires, de nouvelles clauses devraient faire leur apparition. « Si ce recul des prix se confirme, il est possible que de nouvelles clauses de partage de valeur entre acheteurs et vendeurs resurgissent afin de parvenir à trouver un terrain d'entente », explique Céline Méchain, managing director chez Goldman Sachs. Par exemple, le fonds américain Aurora a concédé une baisse de prix de l'ordre de 15 % sur sa cession d’International Cookware Group, distributeur de la marque française Pyrex, à la société d'investissement européenne Kartesia. Cette dernière reversera la différence si ICG retrouve un certain niveau de résultat. Les clauses d’earn-out devraient ainsi jalonner moult contrats de cessions post-covid-19.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Dans le contexte pandémique actuel, Primonial a décidé de s’associer avec Net-investissement, une marketplace de l’investissement immobilier et financ...

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’i...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

"J’ai commencé par vendre une pomme, puis deux. Un jour, j’ai hérité et je suis devenu milliardaire." Si la blague est connue, elle possède un fond de...

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total annonce le rachat du français Fonroche Biogaz, qui détient 10 % de la méthanisation agricole avec une capacité installée de 500 GWh, et poursuit...

P. Moreau (Incuballiance) : "Paris-Saclay est devenu incontournable pour les entrepreneurs de la tech"

P. Moreau (Incuballiance) : "Paris-Saclay est devenu incontournable pour les entrepreneurs de la tec...

Créé en 2005, l’incubateur technologique du consortium Paris-Saclay, Incuballiance, accompagne des projets issus de l’essaimage des laboratoires, mais...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte