L. de Swarte (Club MFO) : "Nous voulons accompagner le développement de notre secteur"

Le Club du Multi Family Office (Club MFO) voit le jour. Cette nouvelle association regroupe déjà cinq acteurs du métier que sont Agami Family Office, Xelis Family Office, Letus Private Office, Family Partners et Keepers. Laurent de Swarte, co-fondateur d’Agami Family Office et président de l’association, explique les objectifs et la philosophie d’action du Club MFO.

Le Club du Multi Family Office (Club MFO) voit le jour. Cette nouvelle association regroupe déjà cinq acteurs du métier que sont Agami Family Office, Xelis Family Office, Letus Private Office, Family Partners et Keepers. Laurent de Swarte, co-fondateur d’Agami Family Office et président de l’association, explique les objectifs et la philosophie d’action du Club MFO.

Décideurs. Pouvez-vous nous présenter cette nouvelle association ?

Laurent de Swarte. Nous avons décidé de créer le Club du multi family office afin d’avoir une instance représentative de notre métier. Ce dernier est en pleine évolution et commence à prendre ses lettres de noblesse mais n’a pas encore, selon nous, une définition claire. Aujourd’hui, l’appellation multi family office regroupe aussi bien des banques que des CGP. Nous souhaitions donc regrouper les acteurs qui pratiquent ce métier en suivant une ligne directrice commune. Le Club MFO réunit des professionnels qui partagent une vision similaire du marché et notre ambition est de développer notre secteur tout en mettant en place une saine concurrence.

Comment votre association va-t-elle se structurer ?

Nous sommes actuellement cinq membres et nous avons vocation à en accueillir de nouveaux rapidement. Nous voulons également déployer un dialogue sur des aspects plus techniques, notamment avec une approche assez collaborative. Par exemple, nos différents experts vont se rencontrer régulièrement, afin d’alimenter des débats techniques. La gouvernance se structure sous forme d’un bureau que je préside, avec Véronique Aubin-Degenne au poste de trésorière et Anice Chlagou en tant que secrétaire général. Les autres membres ont la qualité d’administrateurs, limités au nombre de huit dans les statuts de l’association. Le bureau se renouvelle tous les deux ans, afin d’éviter un trust des responsabilités et d’installer sur le long terme les mêmes personnes. Concernant le calendrier, nous allons nous réunir une fois tous les deux mois, en abordant l’ordre du jour, mais aussi en répondant à des questions libres de nos membres.

Existe-t-il des conditions particulières pour devenir membre ?

Chaque nouveau membre aura un questionnaire à remplir afin de s’assurer que les nouveaux arrivants correspondent à notre vision du métier du multi family officer. C’est à dire fournir un conseil à 360 degrés, suivant un modèle de rémunération indépendant. Il n’y a donc pas de limite de taille ou de nombre de clients, ces critères n’étant pas importants tant que notre vision du métier est respectée. Nous sommes ouverts et nous voulons accompagner le développement de notre secteur. L’intégration dans notre association se fait à la majorité des votes des administrateurs, sous forme de décision collégiale après l’étude du dossier.

L’association a-t-elle vocation à regrouper des multi family offices d’autres pays ?

Tout à fait, nous sommes d’ailleurs une instance représentative du multi family office en Europe. Nous avons déjà identifié plusieurs acteurs en Belgique, au Luxembourg et en Suisse avec qui nous échangeons afin qu’ils puissent intégrer notre association. Cela apporterait à notre entité une nouvelle vision du métier, dans un contexte transfrontalier. Nous n’avons cependant pas la volonté de devenir un groupement capitalistique, les économies d’échelles potentielles étant très faibles et notre action se voulant purement associative.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Multi family offices : qui sont-ils ?

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des familles, ils peuvent également revêtir le costume de la personne de confiance. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de découvrir leurs portraits.
Sommaire Comment choisir son family office ? J.Barré (Franklin) : "Disposer d’un chef d’orchestre capable de communiquer avec toutes les parties prenantes" J-M. Paluel-Marmont (AFFO) : "Le modèle du MFO permet aussi de mutualiser les coûts et parfois même favoriser des co-investissem Les références (Multi Family Offices) Les dealmakers (Multi Family Offices) Les visionnaires (Multi Family Offices) Les bâtisseurs (Multi Family Offices) Les entrepreneurs (Multi Family Offices)
Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Chef économiste et Membre du comité exécutif de Natixis, Patrick Artus travaille depuis de nombreuses années sur les politiques monétaires menées par...

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Les PME s’étant vues refuser un prêt garanti par l’État peuvent bénéficier d’un dispositif d’avances remboursables ou de prêts à taux bonifiés. Si le...

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Le cabinet de conseil en fusions-acquisitions se distingue sur son marché par sa proximité avec les entreprises, son expertise et son pragmatisme. Pou...

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Le premier magasin autonome de France devrait être français. C’est ce que promet Storelift, qui a réuni 5 millions d’euros pour commencer le déploieme...

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

De nouvelles obligations de transparence pèsent désormais sur les banques privées. Leurs clients sont ainsi en mesure de comparer l’ensemble des servi...

Private equity : priorité aux build-up

Private equity : priorité aux build-up

Conséquence directe du déconfinement, les entreprises et les fonds ont pris une bonne bouffée d’air et peuvent relâcher la pression sur les dispositif...

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Dans un livre blanc intitulé "Commerce spécialisé : une chance pour la France", Procos et EY évaluent l’impact de la crise sanitaire sur le secteur et...

J-M. Peter (Sofidy) : "Les SCPI sont des véhicules adaptés pour traverser les cycles économiques"

J-M. Peter (Sofidy) : "Les SCPI sont des véhicules adaptés pour traverser les cycles économiques"

Le premier semestre 2020 fut très agité pour les sociétés de gestion immobilières. La période de confinement ayant eu des conséquences sur l'activité...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message