L.Chrétien (Schmidt Groupe) : "Changer d’échelle pour démultiplier notre impact social"

Le secret des entreprises résilientes ? Embarquer l’ensemble de son écosystème dans sa politique RSE. Explications avec Laurence Chrétien, directrice de la relation humaine entreprise étendue chez Schmidt Groupe.

Le secret des entreprises résilientes ? Embarquer l’ensemble de son écosystème dans sa politique RSE. Explications avec Laurence Chrétien, directrice de la relation humaine entreprise étendue chez Schmidt Groupe.

Décideurs. Face aux crises, être un groupe familial représente-t-il un atout ? 

Laurence Chrétien. Mon expérience me donne à penser que nous n’avons pas affronté la période comme je l’aurais fait dans les grands groupes que j’ai précédemment côtoyés. Il faut dire que nous avons la chance de pouvoir compter sur une solidité financière non négligeable. Grâce à une bonne maîtrise de nos coûts, nous avons pu enregistrer les mêmes résultats que l’an dernier, malgré un chiffre d’affaires en baisse. Mais cela n’explique pas tout. Durant la période, nous avons su capitaliser sur nos fondamentaux tout en faisant preuve d’agilité. C’est ce savant mélange entre tradition et modernité qui facilite les choses quand il s’agit de donner du sens aux collaborateurs, de compter sur leur capacité d’adaptation et de les embarquer. 

Mais, justement, comment faire pour que cet engagement ne s’essouffle pas ? 

Cela passe déjà par une politique des petits gestes comme distribuer des sandwichs dans les ateliers ou rendre gratuits les distributeurs de boissons chaudes. En guise de reconnaissance des équipes, nous allons également verser de l’intéressement et la participation. Des dispositifs qui s’ajoutent aux 800 euros de la prime Macron que les collaborateurs ont reçu en décembre dernier. En parallèle, le comité de direction s’attache à offrir des perspectives pour montrer que le groupe continue d’investir et d’avoir des ambitions de développement. Les collaborateurs restent engagés à condition que vous leur procuriez de quoi croire en l’avenir. La centaine de recrutements prévus sur 2021 va précisément dans ce sens. 

Une ambition que l’on retrouve aussi dans le programme « Modern workplace ». En quoi consiste-t-il précisément  ? 

Nous venons à peine de le lancer mais il s’agit effectivement de l’un de nos chantiers de transformation. Il se décline sous trois angles : l’aspect collaboratif, les outils, le lieu de travail. L’idée consiste à proposer des espaces plus aérés et des lieux de convivialité, tout en organisant les conditions de travail en présentiel comme en distantiel. Nous réfléchissons à l’opportunité de bureaux nomades et d’espaces de coworking. Car, si le bureau n’a pas dit son dernier mot, il paraît évident que le télétravail va s’imposer. Il faut veiller à accompagner ce changement, à l’encadrer pour en garder tous les bienfaits comme un meilleur équilibre entre le professionnel et le personnel. Et, ce d’autant plus qu’offrir un environnement inspirant et épanouissant à nos collaborateurs fait partie des quatre piliers de notre politique RSE. 

" Mettre en mouvement une logique d’entreprise plateforme "

Quels sont les trois autres ? 

Le second réside dans l’amélioration du cycle de vie de nos produits, tout en réduisant notre empreinte carbone. Un diagnostic, actuellement en cours, vise précisément à déterminer sur quelles priorités concentrer nos efforts sur l’ensemble de la filière de production. Troisième objectif : intégrer une dimension RSE à tout projet, produit ou process innovant. Enfin, le dernier pilier reflète notre conviction que tout seul votre impact est nécessairement limité. Ainsi, nous encourageons les gérants de magasins de nos marques à relayer les bonnes pratiques, à initier des actions responsables. Avec près de 600 points de vente répartis sur le territoire, on imagine aisément l’effet d’entraînement ! 

Pour construire un écosystème ?  

Nous nous inscrivons effectivement dans une démarche d’entreprise étendue. Mais au-delà des 7 000 personnes réunies au sein de Schmidt Groupe et de son réseau – fournisseurs, concessionnaires de magasins, etc., nous souhaitons mettre en mouvement une logique d’entreprise plateforme. Il s’agit en ce sens de nouer des partenariats écoresponsables et vertueux avec des entreprises et des acteurs locaux. Là encore, avec l’ambition, d’accélérer, de changer d’échelle pour démultiplier notre impact social.  

Propos recueilis par Marianne Fougère

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

B. Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets "

Experte en digitalisation des entreprises, l’entreprise Fujitsu a durant la crise repensé la collaboration au sein de ses équipes. Benjamin Revcolevsc...

Deuxième associée pour Daher Avocats

Deuxième associée pour Daher Avocats

Le cabinet de niche en droit social Daher Avocats accueille Louise Thiébaut en qualité d’associée. Il renforce par la même occasion ses compétences de...

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est toujours une bonne recette"

É. Ruty (Bodet Software) et L. André (TalentView) : "Mêler expertise, expérience et innovation est t...

À l’heure où l'univers du SIRH se trouve en pleine mutation, la nécessité d'innover et de proposer des solutions toujours plus performantes est une év...

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

Télétravail : le droit du travail lui résistera-t-il ?

La crise sanitaire a mobilisé nombre d’avocats, cabinets de conseil et directeurs juridiques autour du télétravail. La pandémie a sans commune mesure...

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

A. Paquer (Bearing Point) : "Je souhaite briser le plafond de verre"

Présidente du cabinet de conseil BearingPoint pour la France, Axelle Paquer veut promouvoir l’égalité femmes-hommes. Elle revient, pour Décideurs Maga...

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Santé des salariés : au cœur de toutes les attentions

Rentrée, retour sur site, modèle hybride : la crise a mis à mal la santé mentale des collaborateurs. Alors que l’activité reprend son cours, une vigil...

V. Lecerf  (groupe Imerys) :  "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateur de tendance"

V. Lecerf (groupe Imerys) : "Au-delà de l’impact dramatique, la crise sanitaire est un accélérateu...

Leader mondial dans la production et la transformation des minéraux industriels, Imerys est implanté sur cinq continents et génère un chiffre d’affair...

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

J-E. Rodocanachi (groupe Grandir) : "La petite enfance doit être une cause nationale"

Les Petits Chaperons Rouges (groupe Grandir) gère en France 450 crèches et près de 1400 crèches partenaires. Détenant la première place des crèches pr...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte