L.Bérille (UNSA) : « Le syndicalisme crée une forme de citoyenneté d’entreprise »

Animé par la fibre syndicale  depuis le lycée, Luc Bérille, à la tête 
de l’Union nationale des syndicats autonomes, porte avec conviction son message : la réponse à la crise qui secoue les corps intermédiaires se trouve dans le lien direct avec les salariés…Ce que n'a pas permis la réforme du code du travail.

Animé par la fibre syndicale  depuis le lycée, Luc Bérille, à la tête de l’Union nationale des syndicats autonomes, porte avec conviction son message : la réponse à la crise qui secoue les corps intermédiaires se trouve dans le lien direct avec les salariés…Ce que n'a pas permis la réforme du code du travail.

Décideurs. On parle de « crise du syndicalisme ». Comment y remédier ?

Luc Bérille. Elle s’inscrit dans la crise plus globale de la démocratie participative. Je suis convaincu que c’est dans le lien avec les salariés, sur le lieu de travail, que nous avons une chance de lutter contre. L’antidote, c’est le contact direct. L’Unsa propose une offre syndicale réformiste, dont la spécificité réside dans l’autonomie. Cette offre est régie par le principe de la subsidiarité : les sujets qui concernent l’entreprise sont traités par le syndicat de l’entreprise, qui négocie et signe seul les accords. De façon autonome donc. Ce principe est décliné au niveau de la branche ainsi qu’à l’échelon interprofessionnel. Naturellement, nous avons défini un socle de valeurs communes, rappelées dans une charte, et sur laquelle chaque structure s’engage.

« L’instance unique de représentation du personnel procède d’une vision technocrate »

Quel regard portez-vous sur les ordonnances travail et la réforme du dialogue social ?

Le reformatage des outils de dialogue social que cette réforme entraîne est catastrophique, en particulier la réduction des IRP au modèle unique du CSE. Nous n’étions pas opposés à des possibilités de regroupement mais il aurait été plus intelligent de laisser une faculté d’adaptation à la réalité de chaque entreprise. Pour les DRH, l’atout de l’instance unique est sa vision transversale. Mais justement… il s’agit là d’une approche technocrate.

C’est-à-dire ?

Les représentants du personnel sont des commerciaux, des techniciens, ou encore des caristes, des frigoristes… Des salariés qui ont une compétence professionnelle et qui, du fait du mandat qu’ils exercent, sont amenés à traiter de sujets qui dépassent leurs attributions. Bien sûr, les organisations syndicales forment les militants, pour leur permettre d’avoir une vision plus large que la leur. Mais si on élève encore le niveau de complexité des compétences à acquérir – ce qui est la résultante du CSE – le travail syndical s’en trouve complexifié. C’est regrettable car le syndicalisme crée une forme de citoyenneté d’entreprise. Tout le travail que nous effectuons consiste à repérer des personnes, à leur mettre le pied à l’étrier, et à les accompagner dans une forme de « mise en responsabilité ».

Pourquoi l’instauration d’une instance unique génère-t-elle des difficultés à recruter pour les syndicats ?

« L'engagement reste une prise de risque professionnel  »

La réalité militante est qu’il n’y a pas de file d’attente lorsque des candidatures sont ouvertes. L’engagement reste une prise de risque professionnel. Je vous donne un exemple : Mohamed n’hésite pas à dire ce qu’il pense, il a la confiance de ses collègues d’atelier et il est syndiqué à l’Unsa. Le syndicat peut parvenir à le convaincre de prendre un mandat de délégué du personnel. Cette fonction est dans la ligne de l’attitude qu’il avait jusque-là. Il découvrira peut-être d’autres réalités, commencera à gravir les échelons. Mais si je dois convaincre Mohamed non pas de devenir délégué du personnel, mais membre du CSE (comité sociale et économique), je dois lui expliquer qu’il aura à examiner l’ensemble des sujets qui animent l’entreprise, et qu’il devra se saisir de problématiques économiques, et donc disposer de connaissances en droit du travail. Dans ces conditions, il y a de fortes chances qu’il refuse. Voilà comment on demande aux syndicats de se renouveler… tout en créant des conditions qui rendent ce renouvellement complexe.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

S.Gaymay-Palczynski (Vinci Facilities) : « Faire autorité en matière de compétences et entretenir un pouvoir d’influence »

S.Gaymay-Palczynski (Vinci Facilities) : « Faire autorité en matière de compétences et entretenir un...

Directrice des Ressources humaines de Vinci Facilities depuis quatre ans, Stéphanie Gaymay-Palczynski doit s’adapter aux spécificités d’un groupe disp...

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le chômage au plus bas en France depuis 2009

Le taux de personnes sans emploi par rapport à la population active est tombé au plus bas depuis une décennie. Un mouvement entamé depuis 2015 et qui...

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

C.Margot (Bénéteau) : « Notre groupe est industriel mais requiert un savoir-faire d’artisan »

Le groupe Bénéteau, leader de la plaisance, est l’un des employeurs les plus réputés des Pays de la Loire. Corinne Margot, sa DRH, évoque les défis de...

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes (Monster) : "Se réinventer pour se développer"

Ruth Cernes est depuis peu la dirigeante France et Europe du Sud du moteur de recherche d’emplois Monster. Diplômée en intelligence artificielle, admi...

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

O.Lajous (BPI Group) : « La gouvernance responsable »

Olivier Lajous, Amiral et ancien DRH de la marine nationale, maîtrise les problématiques de management et de leadership. C'est désormais en qualité de...

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

E.Perrier (Viseo) : « Après 3 mois d'ancienneté, un collaborateur peut devenir actionnaire»

Viseo, ESN de 2 200 salariés double de taille tous les 4 ans. Croissance interne, rachats, management, formation, FCPE… Son cofondateur Éric Perrier r...

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

Sexisme au travail : les entreprises à la traîne

En 2018, la vague MeToo a placé le harcèlement sexuel sous le feu des projecteurs et libéré la parole des femmes sur la réalité des agissements sexist...

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

L'innovation RH dans nos territoires : focus sur la région Auvergne-Rhône-Alpes

Parcours d’évolution au sein de l’entreprise, accompagnement du changement, QVT, transparence des salaires … ces DRH d’entreprises basées en Région Au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message