L.Bérille (UNSA) : « Le syndicalisme crée une forme de citoyenneté d’entreprise »

Animé par la fibre syndicale  depuis le lycée, Luc Bérille, à la tête 
de l’Union nationale des syndicats autonomes, porte avec conviction son message : la réponse à la crise qui secoue les corps intermédiaires se trouve dans le lien direct avec les salariés…Ce que n'a pas permis la réforme du code du travail.

Animé par la fibre syndicale  depuis le lycée, Luc Bérille, à la tête de l’Union nationale des syndicats autonomes, porte avec conviction son message : la réponse à la crise qui secoue les corps intermédiaires se trouve dans le lien direct avec les salariés…Ce que n'a pas permis la réforme du code du travail.

Décideurs. On parle de « crise du syndicalisme ». Comment y remédier ?

Luc Bérille. Elle s’inscrit dans la crise plus globale de la démocratie participative. Je suis convaincu que c’est dans le lien avec les salariés, sur le lieu de travail, que nous avons une chance de lutter contre. L’antidote, c’est le contact direct. L’Unsa propose une offre syndicale réformiste, dont la spécificité réside dans l’autonomie. Cette offre est régie par le principe de la subsidiarité : les sujets qui concernent l’entreprise sont traités par le syndicat de l’entreprise, qui négocie et signe seul les accords. De façon autonome donc. Ce principe est décliné au niveau de la branche ainsi qu’à l’échelon interprofessionnel. Naturellement, nous avons défini un socle de valeurs communes, rappelées dans une charte, et sur laquelle chaque structure s’engage.

« L’instance unique de représentation du personnel procède d’une vision technocrate »

Quel regard portez-vous sur les ordonnances travail et la réforme du dialogue social ?

Le reformatage des outils de dialogue social que cette réforme entraîne est catastrophique, en particulier la réduction des IRP au modèle unique du CSE. Nous n’étions pas opposés à des possibilités de regroupement mais il aurait été plus intelligent de laisser une faculté d’adaptation à la réalité de chaque entreprise. Pour les DRH, l’atout de l’instance unique est sa vision transversale. Mais justement… il s’agit là d’une approche technocrate.

C’est-à-dire ?

Les représentants du personnel sont des commerciaux, des techniciens, ou encore des caristes, des frigoristes… Des salariés qui ont une compétence professionnelle et qui, du fait du mandat qu’ils exercent, sont amenés à traiter de sujets qui dépassent leurs attributions. Bien sûr, les organisations syndicales forment les militants, pour leur permettre d’avoir une vision plus large que la leur. Mais si on élève encore le niveau de complexité des compétences à acquérir – ce qui est la résultante du CSE – le travail syndical s’en trouve complexifié. C’est regrettable car le syndicalisme crée une forme de citoyenneté d’entreprise. Tout le travail que nous effectuons consiste à repérer des personnes, à leur mettre le pied à l’étrier, et à les accompagner dans une forme de « mise en responsabilité ».

Pourquoi l’instauration d’une instance unique génère-t-elle des difficultés à recruter pour les syndicats ?

« L'engagement reste une prise de risque professionnel  »

La réalité militante est qu’il n’y a pas de file d’attente lorsque des candidatures sont ouvertes. L’engagement reste une prise de risque professionnel. Je vous donne un exemple : Mohamed n’hésite pas à dire ce qu’il pense, il a la confiance de ses collègues d’atelier et il est syndiqué à l’Unsa. Le syndicat peut parvenir à le convaincre de prendre un mandat de délégué du personnel. Cette fonction est dans la ligne de l’attitude qu’il avait jusque-là. Il découvrira peut-être d’autres réalités, commencera à gravir les échelons. Mais si je dois convaincre Mohamed non pas de devenir délégué du personnel, mais membre du CSE (comité sociale et économique), je dois lui expliquer qu’il aura à examiner l’ensemble des sujets qui animent l’entreprise, et qu’il devra se saisir de problématiques économiques, et donc disposer de connaissances en droit du travail. Dans ces conditions, il y a de fortes chances qu’il refuse. Voilà comment on demande aux syndicats de se renouveler… tout en créant des conditions qui rendent ce renouvellement complexe.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’improvisation théâtrale au service de la prévention des addictions

L’improvisation théâtrale au service de la prévention des addictions

À l’origine du spectacle improvisé, se trouve la Commedia dell’arte : un genre théâtral d’origine italienne qui existe depuis cinq siècles. Les représ...

Emmanuelle Greth (Guerlain) : « Créer un cadre pour permettre à chacun d’exprimer sa créativité »

Emmanuelle Greth (Guerlain) : « Créer un cadre pour permettre à chacun d’exprimer sa créativité »

C’est parce qu’elle est persuadée que chacun des collaborateurs de l’entreprise est source de créativité, qu’Emmanuelle Greth, DRH de Guerlain, a imag...

Arnaud Bosom (TF1) : « L’environnement de travail incarne la transformation de l’entreprise »

Arnaud Bosom (TF1) : « L’environnement de travail incarne la transformation de l’entreprise »

Directeur général des relations humaines du groupe TF1 depuis 2016, Arnaud Bosom pilote un vaste chantier de réorganisation des espaces de travail.

Isabelle Lenicolais (Fnac-Darty) : "Nous devions expliquer les opportunités de la fusion"

Isabelle Lenicolais (Fnac-Darty) : "Nous devions expliquer les opportunités de la fusion"

Directrice des projets RH, Isabelle Lenicolais est également chargée de piloter la conduite du changement au sein du nouveau groupe Fnac-Darty. Object...

Vers un nouveau contrat social ?

Vers un nouveau contrat social ?

Pour atténuer la colère des Gilets jaunes, le Président a dévoilé plusieurs mesures à l'attention des travailleurs. Et annoncé une vaste consultation...

Voici pourquoi la QVT améliore la satisfaction des clients

Voici pourquoi la QVT améliore la satisfaction des clients

Chronique. Existe-t-il un rapport entre qualité de vie au travail et satisfaction client ? Oui, sans l'ombre d'un doute.

Les bonnes recettes de l’Armée de terre pour recruter les millennials

Les bonnes recettes de l’Armée de terre pour recruter les millennials

Collaboration avec un célèbre youtubeur, Facebook, community management… Pour attirer 10 000 personnes par an, l’Armée de terre mise sur le digital po...

Crosstalent accélère son développement

Crosstalent accélère son développement

Crosstalent, éditeur d’applications Cloud en ressources humaines et gestion d’affaires, réalise une levée de fond de 3 millions d’euros.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message