L’Autorité de la concurrence soutient les lanceurs d’alerte

Le gendarme demande à ce qu’ils soient indemnisés. Par ailleurs, il souhaite faciliter la mise en œuvre de transactions et les demandes de clémence.

© Olivia Vignaud

Présentation du rapport annuel 2018 de l'Autorité de la concurrence, le 9 juillet 2019, rue de l'Échelle (Paris).

Le gendarme demande à ce qu’ils soient indemnisés. Par ailleurs, il souhaite faciliter la mise en œuvre de transactions et les demandes de clémence.

Ce mardi, l’Autorité de la concurrence a présenté son rapport annuel 2018. Le gendarme, qui fête ses 10 ans, a émis 320 avis et décisions sur la période. Il indique être contributeur au budget de l’État puisque son enveloppe de fonctionnement de 21 millions d’euros est largement compensée par les 237,5 millions d’euros de sanctions infligées l’an dernier. Par ailleurs, l’Autorité - qui s’est basée sur une méthode de l’OCDE - estime avoir fait gagner 14 milliards d’euros à l’économie (4,5 milliards d’euros de sanctions et un surcoût évité de 9,5 milliards d’euros) depuis 2011.

Les différentes procédures

Au-delà des chiffres, le régulateur a communiqué sur ses procédures et les évolutions apportées ou à apporter à ces dernières. Il a publié un nouveau guide à destination de entreprises pour faciliter la mise en œuvre des transactions, introduites par la loi Macron de 2015. L’Autorité peut en effet proposer des accords aux entreprises, lorsque celles-ci ne contestent pas les griefs. Depuis 2015, 12 décisions de cette nature ont été actées. « La transaction a pris toute son ampleur au sein de l’autorité », a commenté Isabelle de Silva, présidente de l’Autorité de la concurrence.

Le programme de clémence français a également été au menu de la conférence de presse du régulateur. Cet outil permet, sous certaines conditions, d’accorder un traitement favorable aux entreprises qui dénoncent et coopèrent sur une procédure engagée à leur sujet. Cette possibilité facilite la détection des ententes, en particulier des cartels. L’Autorité a reçu six demandes de clémence en 2018, contre une en 2017.

Autre point important soulevé par le gendarme : la nécessité de soutenir financièrement les lanceurs d’alerte. L’Autorité considère que si plus de personnes  venaient à dénoncer des comportements contraires à la loi, son efficacité serait renforcée. L’une des pistes pour motiver les lanceurs d’alerte serait une compensation financière, même si le régulateur n’a pas spécifié quel mode de calcul serait le plus judicieux. « Parfois, ces personnes peuvent subir des mesures de rétorsion » allant jusqu’à la perte de leur emploi, a justifié Isabelle de Silva.

L’Autorité a également communiqué sur ses priorités comme l’Outre-mer afin de lutter contre la vie chère. Elle met également le numérique au cœur de son action. Elle a enfin tiré la sonnette d’alarme sur l’audiovisuel. Elle considère que l’émergence de plateformes vidéos (Netflix, Amazon Prime…) nécessiterait une réforme ambitieuse pour remettre à plat la régulation.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Allemagne : Centurion Plus ouvre deux bureaux

Allemagne : Centurion Plus ouvre deux bureaux

Le conglomérat de cabinets d'avocats panafricains Centurion Plus, membre du réseau Centurion, s’implante à Francfort et à Berlin.

Agence de traduction : Acolad s’offre Amplexor

Agence de traduction : Acolad s’offre Amplexor

Le groupe spécialiste de la traduction notamment pour les professionnels du droit Acolad vient de racheter son concurrent luxembourgeois Amplexor. Une...

Nexa Avocats : nouveau cabinet de droit fiscal

Nexa Avocats : nouveau cabinet de droit fiscal

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière allient leurs expériences pour créer Nexa Avocats, cabinet qui allie fiscalité des entreprises et des personn...

L’UE favorable à une régulation des locations temporaires

L’UE favorable à une régulation des locations temporaires

C’est par un arrêt du 22 septembre 2020 que la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de déclarer conforme au droit européen la réglementa...

Deloitte Taj coopte deux nouveaux associés

Deloitte Taj coopte deux nouveaux associés

Le cabinet d'avocats affilié à Deloitte, Taj, renforce ses activités en droit fiscal et conseil juridique en nommant associés deux de ses avocats : Ma...

Coopération entre l’AMF et l’AFA

Coopération entre l’AMF et l’AFA

L’objectif poursuivi par l’Agence française anticorruption (AFA) est de bénéficier du concours de l’Autorité des marchés financiers (AMF) lors de sa r...

Création d’un cabinet corporate au Mexique

Création d’un cabinet corporate au Mexique

Un nouveau cabinet dédié au corporate/M&A, droit des médias et du divertissement voit le jour à Mexico, sous le nom de Cornish + Pani Abogados, du...

Alliance italienne entre Deloitte et LabLaw

Alliance italienne entre Deloitte et LabLaw

Deloitte Legal et LabLaw nouent un partenariat stratégique afin de favoriser les synergies entre leurs spécialisations respectives.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message