L’audacieuse équipe de Linklaters

Créé en 1999, le pôle Contentieux et Arbitrage de Linklaters Paris s'est construit une belle place sur le marché du droit. Aujourd’hui, avec 4 associés, 2 counsels et une quinzaine de collaborateurs, l’équipe a, en quelques années, acquis une réputation de premier plan tant en France que sur la scène internationale, au point de devenir incontournable. Rencontre avec Arnaud de La Cotardière, Pierre Duprey, Jean-Charles Jaïs et Roland Ziadé, associés de l’équipe Contentieux et Arbitrage.
Pierre Duprey, Jean-Charles Jaïs, Arnaud de La Cotardière et Roland Ziadé

Créé en 1999, le pôle Contentieux et Arbitrage de Linklaters Paris s'est construit une belle place sur le marché du droit. Aujourd’hui, avec 4 associés, 2 counsels et une quinzaine de collaborateurs, l’équipe a, en quelques années, acquis une réputation de premier plan tant en France que sur la scène internationale, au point de devenir incontournable. Rencontre avec Arnaud de La Cotardière, Pierre Duprey, Jean-Charles Jaïs et Roland Ziadé, associés de l’équipe Contentieux et Arbitrage.

Traiter le contentieux comme une matière à part entière n’a pas toujours été une évidence. « Auparavant, les cabinets d’avocats géraient le contentieux comme une matière accessoire aux autres. Moi-même, je faisais du M&A et du contentieux boursier et contractuel », explique Arnaud de La Cotardière. Linklaters Paris a été l’un des premiers à prendre conscience qu’il fallait des équipes spécialisées pour gérer des dossiers contentieux de plus en plus complexes.

Les dossiers traités par cette équipe ne sont pas seulement complexes. Ils sont également et surtout particulièrement sensibles ; du fait des enjeux financiers, mais aussi des répercutions qu’ils sont susceptibles d’avoir sur la réputation des sociétés concernées, généralement de grands groupes internationaux. A ce sujet, nos quatre interlocuteurs sont particulièrement discrets sur les dossiers qu’ils traitent. « Nous devons cette discrétion à nos clients. C’est pour nous une règle absolue. Nous ne communiquons sur leurs dossiers qu’à leur demande » précise Arnaud de La Cotardière. « Si nos clients parlent de nous, tant mieux… mais de notre côté, il n’est pas question de nous faire de la publicité en parlant de leurs dossiers. Cela a toujours été notre credo dans l’équipe », ajoute Jean-Charles Jaïs.

22 milliards de dollars en jeu

Et le fait est : pour citer un exemple des nombreux dossiers suivis par cette équipe, il faut se renseigner à l’extérieur du 25 rue de Marignan… c’est ainsi qu’on apprend qu’ils viennent de gagner pour un grand groupe pétrolier un arbitrage contre des entités russes. Enjeu : 22 milliards ! Et quand on leur demande des précisions sur ce dossier, la réponse de Pierre Duprey ne se fait pas attendre : « Nous ne souhaitons pas de faire de commentaires ».
L’équipe est plus loquace sur le type de dossiers qu’elle traite. « Nos clients viennent nous voir pour leurs dossiers les plus sensibles. C’est le point commun de tous nos dossiers » précise Roland Ziadé. Sensibles donc, mais variés : « cela va du contentieux contractuel au droit pénal des affaires, en passant notamment par les conflits entre actionnaires et la responsabilité des dirigeants. En arbitrage, nous intervenons aussi bien dans des arbitrages commerciaux que des arbitrages d’investissement » ajoute Pierre Duprey.

Les succès à répétition ont sans nul doute permis à l’équipe de tirer son épingle du jeu sur le marché du droit. Mais la qualité des prestations de cette équipe ne réside pas seulement dans la résolution des conflits, puisqu’elle intervient aussi en amont. « Dans la mesure où la phase précontentieuse est aussi importante que la phase contentieuse, nous intervenons souvent très en amont d’un éventuel litige. Nous sommes en permanence à l’écoute de nos clients et nous suivons de très près les évolutions de leurs secteurs d’activité. », explique Jean-Charles JaïsL’objectif : les orienter sur la stratégie à adopter dans la gestion de leurs dossiers et sur la façon de structurer leurs investissements. « Nous avons aussi régulièrement des mandats d’arbitres. Cela représente un atout certain auprès de nos clients, qui constatent notre très bonne connaissance du fonctionnement des tribunaux arbitraux » complète Roland Ziadé. Des clients fidèles « que l’on connaît pour certains depuis toujours ».

L’esprit d’équipe

Nos interlocuteurs, qui prennent à l’évidence un grand plaisir à travailler ensemble, mettent un point d’honneur à travailler avec l’ensemble des équipes du cabinet. « Pour certains dossiers, nous avons besoin de spécialistes de différents secteurs. La coopération avec les autres départements du cabinet et les autres bureaux est naturelle », souligne Roland Ziadé. « Notre capacité à travailler ensemble fait la richesse du bureau de Paris. » Les avocats composant le pôle Contentieux et Arbitrage s’accordent par ailleurs à souligner le fait qu’ils sont polyvalents : « Nous sommes toujours plusieurs au fait de chaque dossier. » Environ 80 % des jeunes collaborateurs sont recrutés parmi les élèves avocats effectuant leurs stages de fin d’étude au sein de notre équipe. « Linklaters s’attache à la culture de la proximité, mais aussi à la personnalité de ses avocats. La promotion en interne étant favorisée, le turnover est assez faible », note Arnaud de La Cotardière.

Élargir le marché international

Et l’équipe Contentieux et Arbitrage ne compte pas s’arrêter là. Si la firme intervient déjà largement à l’échelle internationale, en proposant ses expertises à une clientèle prestigieuse composée de grands établissements financiers, de grands groupes et même d’États, « Au début de cette année, l’un des membres de notre équipe, Christian Albanesi, a rejoint notre bureau de Washington pour accompagner au plus près le développement de la pratique contentieux et arbitrage en Amérique latine notamment », révèle Pierre Duprey. Un renforcement des interventions du cabinet en Amérique mais aussi en Afrique et au Moyen Orient : « Nous traitons de dossiers à enjeux importants tant en Afrique qu’au Moyen Orient. Nous comptons d’ailleurs plus d’une douzaine d’affaires en cours dans ces régions », déclare Roland Ziadé, qui précise : « Arnaud et moi-même faisons très souvent le déplacement entre Paris et différents pays d’Afrique et je me rends très fréquemment au Moyen Orient » .

Si l’équipe est déjà l’une des plus importantes de la place, Arnaud de La Cotardière confie que « notre practice dispose encore d’une capacité de développement ». L’objectif est donc de continuer à étoffer ses effectifs et poursuivre sa politique de promotion interne. « Croître davantage suppose de coopter des collaborateurs au rang de counsel et des counsel au rang d’associés », explique Roland Ziadé. Un avenir qui s’annonce bien prometteur.

 

À propos de l’équipe

2000 : Création du département Contentieux et Arbitrage de Linklaters
2013 : l’équipe se renforce grâce à l’arrivée de Pierre Duprey et Roland Ziadé en qualité d’associés et d’Andrew Plump en qualité de Counsel
2017 : Jean-Charles Jaïs devient le quatrième associé de l’équipe et Christian Albanesi et Thomas Amico sont nommés Counsel

Linklaters en chiffres :

170 avocats composent le bureau parisien
30 sont associés
12 sont counsels ou of counsels

Marine Calvo

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’environnement inscrit dans la constitution

L’environnement inscrit dans la constitution

L’assemblée nationale a voté l’inscription de la sauvegarde de l’environnement dans la constitution. Une réussite pour Nicolas Hulot qui a milité arde...

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’...

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin...

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis entraîne un ralentissement sans précédent de la croissance des ETF.

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécessaire »

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécess...

L’heure est aux privatisations. À l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte, le gouvernement a confirmé son intention de céder ses particip...

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

Goldman Sachs nomme ce 17 juillet 2018 David Solomon, banquier d’affaires, 56 ans, en tant que nouveau CEO.

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Ce mardi 17 juillet, Pramex et Banque populaire ont dévoilé les résultats 2018 de leur baromètre sur l’implantation internationale des start-up, PME e...

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Après un début d’année positif, les gestionnaires d’actifs semblent désormais devoir essuyer un revers du fait d’un recul des actions au premier semes...

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Après avoir implanté sa banque privée à Londres, la filiale du groupe OCBC, vient de recevoir sa licence pour l’exécution d’ordres et le conseil en in...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message