L’arbitre Thomas Clay ouvre sa boutique

Le professeur et arbitre Thomas Clay ouvre son propre cabinet d’avocats spécialistes de l’arbitrage national et international. Clay Arbitration est avant tout une structure d’arbitres.

© Clay Arbitration

Thomas Clay (au centre) entouré de Sara Mazzantini, Taha Zahedi Vafa et Smahane Akhouad.

Le professeur et arbitre Thomas Clay ouvre son propre cabinet d’avocats spécialistes de l’arbitrage national et international. Clay Arbitration est avant tout une structure d’arbitres.

« Nous travaillons sur une vingtaine d’arbitrages simultanément », lance Thomas Clay, qui a ouvert il y a quelques semaines sa propre boutique spécialiste de ce mode de résolution des litiges, Clay Arbitration. Un positionnement qui s’explique avant tout par l’attractivité de la capitale française pour l’arbitrage international : « Les plus importants se règlent à Paris », réagit celui qui, à 50 ans, est à l’origine du Master dédié à l’arbitrage de l’université de Versailles dans laquelle il a enseigné durant 16 ans avant de rejoindre l’École de droit de la Sorbonne (université Paris I) et de codiriger le futur Master contrats et litiges. « Je suis très attaché aux travaux de recherches et à l’enseignement », commente le fondateur de la clinique du droit de Versailles, un lieu où l’on travaille gratuitement pour éviter de véritables dénis de justice. Et, encore récemment, le professeur vient de publier un ouvrage Les modes alternatifs de règlement des conflits chez Dalloz (avec le professeur Loïc Cadiet).

Arbitrages entre États

Si son implication académique occupe une partie de son temps, à l’instar de son engagement politique par le passé, Thomas Clay ajoute une carte à son arc en devenant avocat. Inscrit tout récemment à l’ordre de Paris, il a décidé de quitter la structure de consultants juridiques qu’il avait fondé avec Robert Badinter, Corpus Consultants, pour réunir sa propre équipe constituée de Sara Mazzantini, Taha Zahedi Vafa et Smahane Akhouad. « Ce sont les meilleurs de chaque génération de mes anciens étudiants », explique fièrement l’avocat aux origines italiennes et espagnoles. Chacun d’eux pratique une des trois langues étrangères du fondateur, l’anglais, l’italien et l’espagnol, auxquelles s’ajoute le persan. Cela lui permet d’aborder des dossiers situés en Europe mais aussi d’origine africaine, latine américaine… jusque devant l’OMPI, l’office mondial de protection des actifs intellectuels. Passionné de sport, Thomas Clay siège aussi au Tribunal arbitral du sport de Lausanne (TAS), récemment encore comme avocat de Michel Platini contre la Fifa. Il est également arbitre au Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Hors l’enseignement et la recherche, l’essentiel de son activité réside dans les procédures arbitrales nées à la suite de litiges entre États. Il est régulièrement désigné par ces derniers, mais aussi par les investisseurs.

Clay Arbitration dédie aussi une part de son activité au conseil, une nouveauté pour celui qui n’affiche pas un parcours classique d’avocat. Sa structure est promise à grandir dans les prochains mois.

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Quinn Emanuel se prépare au Brexit… en Belgique

Certains avocats britanniques prennent la nationalité belge afin d’être prêts en cas de « no deal ». C’est notamment le cas de Trevor Soames, managing...

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

M&A : Paul Hastings se donne les moyens pour percer à Sao Paulo

Deux associés de Shearman & Sterling, spécialisés en fusions-acquisitions et marchés de capitaux, rejoignent le cabinet américain. La guerre des t...

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Alliance sud-coréenne pour Dentons

Dentons se rapproche de Lee International, un cabinet sud-coréen de premier plan à Séoul.

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

Corruption : de la perception à la réalité dans l’Union européenne

En juillet, la Commission européenne a publié une étude sur la corruption, qui présente la perception de la corruption par les citoyens ainsi que les...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Eversheds Sutherland s’installe à San Diego

Deux semaines après l’annonce de l’ouverture d’un bureau à San Diego, Eversheds Sutherland recrute une équipe en IP.

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Fraude : la coopération, selon les Anglais

Le SFO britannique a précisé ce qu’il attendait en matière de coopération de la part des entreprises qui souhaitent bénéficier d’accords transactionne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message