L’appel à projets urbains innovants, un concept qui dépasse les attentes

Cinq ans après le lancement de Réinventer Paris, l’heure est venue de tirer un premier bilan des appels à projets urbains innovants qui ont rythmé la vie de nos métropoles depuis. Décryptage.
Le groupement Frey a été désigné par Poste Immo et la Ville de Rennes pour repositionner le Palais du Commerce dans le cadre d’un appel à projets innovants (©MVRDV – B. Desmoulin)

Cinq ans après le lancement de Réinventer Paris, l’heure est venue de tirer un premier bilan des appels à projets urbains innovants qui ont rythmé la vie de nos métropoles depuis. Décryptage.

Qui a dit que les collectivités locales ne savaient pas innover ? Les appels à projets urbains innovants (APUI) prouvent le contraire. Initié par la Ville de Paris en novembre 2014 à travers « Réinventer Paris », le concept a, depuis, été repris par d’autres collectivités locales avec Inventons la Métropole du Grand Paris, Imagine Angers, Dessine-moi Toulouse, Réinventer Le Havre…  « Le process permet une liberté de création, même s’il convient de bien encadrer la démarche dès le départ, analyse Mathieu Descout, directeur général de Novaxia Développement. Autre enseignement, notre métier a été révolutionné par les APUI car nous ne sommes plus dans des schémas où le maître d’ouvrage tout-puissant dicte le projet aux parties prenantes mais bel et bien dans la coconstruction. » Ces points positifs ont même poussé le privé à s’emparer de la démarche, Poste Immo en tête.

« Une partie de notre patrimoine ne répond plus aux besoins du groupe La Poste, explique Camille Gehin, directrice de la direction des projets de la foncière du groupe La Poste. En parallèle, de plus en plus de territoires engagent des projets de restructuration urbaines dans des quartiers où notre patrimoine est situé. Ces deux tendances se rejoignent autour des appels à projets innovants. » Poste Immo a testé son approche à Rennes sur le palais du Commerce. Un concours remporté par Frey, associé à Engie Avenue. Elle a ensuite répliqué la démarche à Cergy-Pontoise (ndlr : concours remporté par Quadral Promotion) et Grenoble. « À chaque fois, nous avons associé les collectivités dès le lancement de la démarche, précise Camille Gehin. Le reste du processus est identique à celui mené dans la sphère publique pour faire émerger des propositions innovantes. Mais nous n’avons pas vocation à recourir aux appels à projets urbains innovants de façon systématique. Seuls les projets qui s’inscrivent dans un territoire où une requalification urbaine est menée et qui présentent une complexité rendant un portage classique difficile sont éligibles. »

Chez SNCF Immobilier, entité chargée de la gestion et de la valorisation du patrimoine foncier et immobilier du groupe ferroviaire qui a proposé plusieurs sites dans des APUI en Île-de-France, le bilan est également positif. « Au départ, nous avons participé dans le cadre de nos relations partenariales avec la Ville de Paris et la Métropole du Grand Paris, détaille Benoît Quignon, directeur général. Puis nous nous sommes pris au jeu car la démarche est assez puissante. Nous avons eu des offres intéressantes sur plusieurs sites qui nous permettront de débloquer des dossiers encalminés depuis plusieurs années. Ces APUI renouvellent totalement l’approche privé-public en matière d’urbanisme. » Et Mathieu Descout d’ajouter : « Une grande partie des innovations qui irriguent aujourd’hui le secteur immobilier ont été déployées initialement dans les appels à projets urbains innovants. »

L’Institut Paris Région (anciennement l'Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France) liste néanmoins quelques risques potentiels liés à ce concept. Dans une étude publiée en octobre 2018, il interroge la prise en compte du tissu urbain et des cadres existants, le statut des équipements d’intérêt collectif détenus et gérés par le privé, la place de la participation citoyenne ou encore les outils pour une approche stratégique des territoires. Si le bilan initial des APUI est indéniablement positif, ce sont les retours d’expérience des premiers programmes issus de cette démarche qui permettront de tirer des conclusions définitives.

Par François Perrigault (@fperrigault)

Cet article est extrait du guide acteurs publics qui sera disponible en janvier 2020.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 15 janvier 2021

La veille urbaine du 15 janvier 2021

Real I.S. qui s’offre le Grand Large à Marseille pour 70 M€, Mata Capital qui signe quatre Monoprix en Île-de-France pour 117 M€, Réalités qui devient...

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

L’article R.442-1.a du Code de l’urbanisme a-t-il encore un avenir ?

Peut-on encore se dispenser d’un permis d’aménager ou d’une déclaration préalable pour diviser un terrain en vue d’une opération immobilière important...

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre activité de MOD et les CPI"

A. Blanc (Altarea Entreprise) : "Nous continuerons à lancer des opérations en privilégiant notre act...

Alors qu’Altarea Entreprise se positionne comme le premier promoteur de bureaux en France, son président Adrien Blanc partage les premiers enseignemen...

La veille urbaine du 14 janvier 2021

La veille urbaine du 14 janvier 2021

Le dépôt du permis de construire modificatif de la future Gare du Nord, LBO France et CDC Investissement Immobilier qui acquièrent Network II à Bagneu...

La veille urbaine du 13 janvier 2021

La veille urbaine du 13 janvier 2021

Baytree qui va développer une plateforme logistique de 60 000 m² à Salbris, SFL qui cède le 112 Wagram à Aviva Investors pour 120 M€, la Banque des Te...

La veille urbaine du 12 janvier 2021

La veille urbaine du 12 janvier 2021

WeWork qui ouvre deux nouveaux espaces à Paris, Gautier Beurnier qui prend la présidence de CBRE Global Investors France, Rodolphe de Malet qui rejoin...

La veille urbaine du 11 janvier 2021

La veille urbaine du 11 janvier 2021

Icade qui réalise une émission obligataire de 600 M€, Etienne Wicker qui prend la direction générale de MyShareCompany, le nouveau projet de productio...

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total annonce le rachat du français Fonroche Biogaz, qui détient 10 % de la méthanisation agricole avec une capacité installée de 500 GWh, et poursuit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte