L’anonymisation des accords publiés : une notion toute relative

En application de la loi Travail, les accords collectifs conclus depuis le 1er septembre 2017 font l’objet d’une publication sur une base de données nationale (www.legifrance.gouv.fr).

En application de la loi Travail, les accords collectifs conclus depuis le 1er septembre 2017 font l’objet d’une publication sur une base de données nationale (www.legifrance.gouv.fr).

La loi Travail prévoit toutefois que les accords peuvent être publiés dans une version rendue anonyme ou faire l’objet d’une publication partielle.

Si l’on s’en tient à la lettre du texte, l’anonymisation de l’accord aurait dû conduire à occulter les parties signataires, à savoir le nom de la personne morale signataire et celui de son représentant (le plus souvent le chef d’entreprise ou le DRH) et le nom du ou des syndicats signataires et de leurs représentants (le délégué syndical).

Mais le décret d’application du 3 mai 2017 prévoit seulement la suppression des noms et prénoms des négociateurs et des signataires.

En pratique, l’anonymisation est limitée aux personnes physiques et n’assure pas la protection des intérêts de l’entreprise.

La loi de ratification des ordonnances MACRON, sur le point d’être publiée, corrige « in extremis » le dispositif de publication des accords qui n’est pas abordé par les ordonnances.

Pour éviter de se heurter à des problèmes liés à la protection des données personnelles, la loi de ratification rend systématique et non plus optionnelle la publication des accords dans une version ne comportant pas les noms et prénoms des négociateurs.

Elle abandonne la notion de « version rendue anonyme » qui ne correspondait pas à la réalité et rend systématique l’occultation du nom et prénoms des personnes physiques, sans se soucier du sort personnes morales, ce qui paraît regrettable.

La loi de ratification améliore à juste titre d’autres points :

- Les accords de branche ne pourront pas faire l’objet d’une publication partielle. Notons cependant que le décret précité prévoyait déjà la publication intégrale des accords ou  conventions étendus.

- Le législateur reconnaît que certains accords contiennent par nature des données économiques et sociales sensibles en excluant purement et simplement les accords suivants de la publication : accords d’intéressement, de participation, les plans d’épargne (PEE, PERCO), les accords de fonctionnement et les « accords portant sur le PSE ».

- Enfin, l’employeur disposera de la faculté d’occulter unilatéralement les éléments portant atteinte aux intérêts stratégiques de l’entreprise.

S’il en était besoin, ces modifications confirment les liens étroits entre le dialogue social et la stratégie de l’entreprise.

Au-delà des modalités pratiques de la publication, cette dernière ne doit pas être négligée puisque, sauf pour les syndicats représentatifs, le délai de recours contre l’accord court à compter de sa publication dans la base de données.

Ce point a d’ailleurs fait l’objet d’une réserve du Conseil constitutionnel dans sa décision du 21 mars 2018. Les sages considèrent à juste titre qu’en cas de publication partielle, le délai de deux mois pour agir contre les parties non publiées de l’accord ne doit débuter qu'à compter du moment où les personnes concernées en ont eu « valablement connaissance ».

Sauf intervention du législateur, les rédacteurs des accords devront donc redoubler de vigilance et d’inventivité.

Marie-Pierre Olive, avocat, Capstan Avocats

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’environnement inscrit dans la constitution

L’environnement inscrit dans la constitution

L’assemblée nationale a voté l’inscription de la sauvegarde de l’environnement dans la constitution. Une réussite pour Nicolas Hulot qui a milité arde...

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’assureur »

O. Requin (Matmut) : « Les outils digitaux et les tendances collaboratives transforment le métier d’...

Confronté à des tendances nouvelles et à une digitalisation massive, le monde de l’assurance connaît une transformation sans précédent. Olivier Requin...

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

Guerre commerciale : de lourdes conséquences sur les ETF

La guerre commerciale déclenchée par les États-Unis entraîne un ralentissement sans précédent de la croissance des ETF.

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécessaire »

Martin Vial (APE) : « Avec une régulation suffisante, le plein actionnariat public n’est plus nécess...

L’heure est aux privatisations. À l’occasion de la présentation du projet de loi Pacte, le gouvernement a confirmé son intention de céder ses particip...

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

David Solomon devient CEO de Goldman Sachs

Goldman Sachs nomme ce 17 juillet 2018 David Solomon, banquier d’affaires, 56 ans, en tant que nouveau CEO.

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Les start-up, PME et ETI à la conquête du monde

Ce mardi 17 juillet, Pramex et Banque populaire ont dévoilé les résultats 2018 de leur baromètre sur l’implantation internationale des start-up, PME e...

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Bourse : qu’arrive t-il aux sociétés de gestion ?

Après un début d’année positif, les gestionnaires d’actifs semblent désormais devoir essuyer un revers du fait d’un recul des actions au premier semes...

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Bank of Singapore poursuit son développement en Europe

Après avoir implanté sa banque privée à Londres, la filiale du groupe OCBC, vient de recevoir sa licence pour l’exécution d’ordres et le conseil en in...

s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message