L’AMRAE publie son baromètre du risk manager

L’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise a publié le mardi 15 octobre 2019 la sixième édition de son baromètre du risk manager, réalisé en partenariat avec le cabinet PWC.

© petroleum_man

baromètre

L’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise a publié le mardi 15 octobre 2019 la sixième édition de son baromètre du risk manager, réalisé en partenariat avec le cabinet PWC.

Lancé en 2009, le baromètre du risk management est publié tous les deux ans par l’Amrae. Il répond à plusieurs objectifs dont notamment celui d’étudier les perspectives d’évolution de la fonction et de mettre cette dernière en valeur. La sixième édition de ce baromètre est l’aboutissement de 3 mois d’enquête menée auprès de 350 gestionnaires de risques, avec un taux de participation accru des profils ERM (Enterprise risk manager). Y sont présentés le profil des risk managers, les principaux risques auxquels sont confrontées les entreprises ainsi que les défis de la fonction face à l’innovation.

Le profil du risk manager 2019

La fonction de risk manager se développe dans tous les secteurs d’activités tels que l’industrie, la banque, l’assurance et le conseil. Sa transversalité impose aux praticiens des compétences pluridisciplinaires. Une réalité qui semble justifier la diversité des profils : juristes, ingénieurs, économistes, contrôleurs de gestion, scientifiques, médecins et etc. Disposant d’un panel de responsabilités très variées, le gestionnaire de risques intervient aussi bien sur les questions de conformité, d’audit, de continuité d’activité que de gestion de crise. Côté rémunération, des disparités salariales existent indépendamment du niveau de responsabilité. Les femmes top risk managers perçoivent en moyenne 89 000 € bruts contre 105 000 € pour les hommes. Cet écart de salaire est également constaté chez les non-top risk managers, les femmes percevant en moyenne 63 000 € pendant que les hommes touchent quant à eux 79 000 €. Toutefois, il est important de noter que la profession s’est fortement féminisée au cours des dernières années. De 22 % en 2009, la population est aujourd'hui constituée de 43 % de femmes.

Les risques majeurs en 2019

Véritable outil de gestion, la cartographie des risques permet d’appréhender l’ensemble des facteurs susceptibles d’affecter les activités de l’organisation. Et les risk managers en dénombrent cinq principaux en 2019, à savoir ceux liés à la réglementation et à la compliance (80 %), au cyber et à l’IT (77 %), aux ressources humaines, à l’organisation et à la finance. En complément, certains risk managers développent des cartographies spécifiques telles que celles des risques stratégiques, de corruption, ou encore des risques RSE.

Les défis de la fonction face à l’innovation

L’analyse des réponses recueillies auprès des gestionnaires de risques a permis d’aboutir au constat suivant : la transformation digitale n’a pas d’impact réel sur leur rôle au sein des structures. 46 % des risk managers interrogés déclarent n’utiliser aucune technologie émergente tandis que 6 % avouent avoir déjà exploité l’intelligence artificielle. Un fait qui s’explique d’une part, par le manque de perception de l’avantage apporté par ces outils innovants à la fonction et d’autre part, par le coût relativement élevé de l’investissement. Néanmoins 55 % des participants au sondage estiment leur budget et leurs ressources suffisants au cours des douze derniers mois.

Yannick Tayoro

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte