L’addition salée du Brexit pour l’économie anglaise

Si le Brexit n’est toujours pas opérationnel, les conséquences se font déjà sentir. L’économie britannique aurait déjà perdu 26 milliards de livres depuis le référendum de 2016. Pour Theresa May, il convient de trouver un accord avant la date fatidique du 30 mars 2019. Un « hard » Brexit alourdirait encore plus la facture.

Si le Brexit n’est toujours pas opérationnel, les conséquences se font déjà sentir. L’économie britannique aurait déjà perdu 26 milliards de livres depuis le référendum de 2016. Pour Theresa May, il convient de trouver un accord avant la date fatidique du 30 mars 2019. Un « hard » Brexit alourdirait encore plus la facture.

Alors que le Brexit n’est toujours pas effectif, il pèse de plus en plus sur la croissance du Royaume-Uni. Selon une étude réalisée par le Centre for European Reform (CER), la taille de l’économie britannique est inférieure de 2,5 % à ce qu’elle aurait été si elle était restée dans la zone euro.

Les finances publiques déjà perdantes

Pour obtenir ce chiffre, le CER a comparé la croissance anglaise depuis le référendum de 2016 à celle de 22 pays avancés dont le profil est identique à l’Angleterre. Au cours du premier semestre 2018, le produit intérieur brut britannique n’a progressé que de 1,3 %, son niveau le plus faible depuis 2011. Le manque à gagner pour les finances publiques est conséquent puisqu’il s’élève à 26 milliards de livres par an ou 500 millions de livres par semaine. Un surcoût énorme. En comparaison, le budget que le Royaume-Uni versait chaque année à l’Europe n’était que de 12 milliards d’euros ou environ 300 millions d’euros par semaine. Sans compter que par la suite, l’économie britannique se voyait redistribuer 6,5 milliards d’euros de la part de Bruxelles. Autrement dit, avant même la sortie officielle qui aura lieu dans moins de six mois, le Royaume-Uni est déjà perdant.

La livre sterling inquiète

Pour les économistes, le ralentissement de l’économie britannique s’explique par le recul des investissements des entreprises qui se montrent prudentes avant le Brexit. La possibilité d’un scénario dur – aucun accord avec l’Union européenne – effraie. Il devient malheureusement de plus en plus probable comme en témoigne le plongeon réalisé par la livre sterling. La monnaie britannique atteint des niveaux historiquement bas face à l’euro, autour de 1,1, et même face au dollar, à 1,25.

Si l’inflation induite par la baisse de la livre a bien été ressentie - 2,6 % au cours du premier semestre -, les exportateurs n’ont pas réussi à profiter de ce gain de compétitivité. Le déficit de la balance commerciale s’est même creusé au second trimestre en raison des baisses des exportations dans les secteurs automobiles et aéronautiques. Toutes les conditions sont donc réunies pour que la facture continue de s’alourdir au cours des mois à venir. Les pro-Brexit demeurent néanmoins confiants. Selon eux, la Grande-Bretagne sortira gagnante à long terme car elle pourrait établir ses propres accords commerciaux avec des pays à forte croissance rapide comme l’Inde ou la Chine.

Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Franchise Expo s’installe à Versailles

Franchise Expo s’installe à Versailles

Le Salon Franchise Expo se tient du 17 au 20 mars 2019 porte de Versailles. L’occasion pour les investisseurs, créateurs d’entreprises et commerçants...

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Ancienne avocate au barreau de Paris et spécialiste du règlement des litiges pour les entreprises, Sophie Henry est déléguée générale du CMAP depuis 2...

Le M&A tire les performances de Lazard

Le M&A tire les performances de Lazard

Malgré une année difficile sur les marchés de la gestion d’actifs, la banque d’affaires garde le sourire grâce aux opérations de fusions-acquisitions....

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie  des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale »

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approc...

Plusieurs universités françaises ont enclenché la dévolution de leur patrimoine immobilier, comme le prévoit la LRU. Successivement consultant « finan...

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Le groupe audiovisuel renforce son offre destinée à la jeunesse alors que Lagardère continue de réduire son exposition aux médias.

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Une acquisition à parité qui renforce les synergies au sein du groupe Globalise.

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

Les récents événements climatiques n’ont pas fait fondre que les glaciers de l'Antarctique. Les mauvais chiffres de la croissance allemande au second...

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Dans la cadre du projet d’OPA, les deux banques d’affaires sont attaquées au civil par la Scor. Et c’est une autre banque, Credit Suisse, qui a alimen...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message