L’accent régional, objet de discrimination

L’année 2017 a été marquée par la lutte contre les discriminations en entreprise. Le ministère du Travail a innové et frappé fort en recourant à la méthode anglo-saxonne du « name and shame ». Il a ainsi rendu  public le nom d’entreprises adoptant des pratiques de recrutement discriminatoires. Mais à côté des discriminations les plus connues, il en existe certaines moins évidentes et donc peu combattues. Le sort réservé en entreprise aux collaborateurs s’exprimant avec un accent est de celles-là.

L’année 2017 a été marquée par la lutte contre les discriminations en entreprise. Le ministère du Travail a innové et frappé fort en recourant à la méthode anglo-saxonne du « name and shame ». Il a ainsi rendu public le nom d’entreprises adoptant des pratiques de recrutement discriminatoires. Mais à côté des discriminations les plus connues, il en existe certaines moins évidentes et donc peu combattues. Le sort réservé en entreprise aux collaborateurs s’exprimant avec un accent est de celles-là.

Sous-représentés

En France, où l’identité nationale est intimement liée à la langue, le fait de parler avec un accent étranger, ou même un accent « régional » peut être mal perçu et freiner l’évolution professionnelle.

Un premier constat s’impose : l’accent est peu représenté dans la sphère publique et au sein des médias. En 2011, répondant à une mise en cause publique d’Eva Joly – alors candidate à la présidence de la République – pour son accent étranger, le journaliste Emmanuel Schwartzenberg déclarait : « Les télévisions comme les radios [écartent] de l'antenne les journalistes comme les animateurs qui parlent avec un accent (…) Les présentateurs des JT de France 3, eux, savent bien qu'ils n'ont aucune chance de mener une carrière nationale s'ils font entendre leur terroir. Qu'il s'agisse du Sud-Ouest, de l'Alsace ou de la Corse, l'accent n'est pas toléré (...) Au nom de la diversité, le Conseil supérieur de l'audiovisuel se saisira peut-être, un jour, de ce dossier. »

Quelques spécialistes, peu d’études

À l’étranger, et notamment dans les pays anglo-saxons, le sujet de la discrimination du fait de l’accent est largement connu. Il porte d’ailleurs un nom : l’accentism. Au Royaume-Uni, selon un sondage ComRes pour la chaîne ITV News de 2013, 28 % des Britanniques se sont déjà sentis discriminés en raison de leur accent régional, notamment au travail (14 %) ou durant un entretien d’embauche (12 %). Le linguiste Alexander Barrata, de l’université de Manchester, compare d’ailleurs les mécanismes de ce phénomène à ceux du racisme.

En France, en revanche, le sujet est assez peu étudié. Sociolinguiste et professeur à l’université de Rennes II, Philippe Blanchet a mené plusieurs analyses et choisi un vocable pour désigner le phénomène, celui de « glottophobie », qu’il définit comme le processus qui exclut ou stigmatise pour des raisons linguistiques. Il se pose désormais comme un ardent défenseur de la diversité linguistique. D’après lui, les employeurs ne cherchent même pas à dissimuler la question et disent ouvertement « votre candidature n’est pas retenue, votre façon de vous exprimer ne convient pas pour le poste ». Il évoque les témoignages de lecteurs reçus après la publication de son dernier ouvrage. Plusieurs relatent s’étant sentis obligés de gommer leur accent natal ou d’abandonner leur langue pour gagner en légitimité au travail.

Le rejet de l’altérité

Tous les accents ne sont pas logés à la même enseigne. L’accent du midi serait le moins pénalisé car il est connoté très positivement, même si on le considère parfois comme n’étant pas sérieux. Celui des banlieues a en revanche une image très négative. En tout état de cause, l’idée même de la supériorité d’un accent sur un autre pose question.

Professeur à l’université d’Aix-Marseille, Médéric Gasquet-Cyrus déclarait sur Slate.fr « Dire à quelqu’un qu’il a "un accent", c’est non seulement le renvoyer à une altérité, mais également à un rapport normatif hiérarchique implicite, puisque s’il a "un accent", c’est par rapport à quelqu’un qui n’en aurait pas. » Philippe Blanchet rejoint cette analyse. Il affirmait auprès des journalistes de Libération : « Une langue sert à dire qui nous sommes. Rejeter, même sur le ton de la blague, une manière de parler, un accent, une langue, ce n’est pas simplement dire : ici, on utilise tel logiciel pour communiquer plutôt que tel autre. Mais c’est toucher à l’identité de l’être, rejeter ce qu’il est. »

Depuis la loi de modernisation de la justice du 18 novembre 2016, il est aujourd’hui discriminatoire d'opérer « toute distinction entre les personnes morales sur le fondement [...] de la capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français » (article 225 du code pénal). Pour Philippe Blanchet, il s’agit d’un premier pas, notamment pour lutter contre l’exclusion des langues régionales. Peut-être l’occasion également de s’interroger sur les effets néfastes de certains clichés, et notre rapport à la langue et son usage.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La start-up 360Learning, qui développe une plateforme SaaS de formation collaborative en entreprise, vient de boucler un financement de 200 millions d...

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Malika Bouchehioua (Derichebourg) : "L'ambition n'est pas quantitative mais qualitative"

Transitions collectives accompagne les entreprises faisant face à des mutations économiques et permet aux salariés à l’emploi fragilisé d’être accompa...

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

Attention, au bureau les salariés sont de plus en plus exigeants !

La Société foncière lyonnaise (SFL) a publié les résultats du huitième baromètre Paris Workplace, réalisé en partenariat avec l’Ifop (1 600 salariés i...

AvoSial élit sa nouvelle présidente

AvoSial élit sa nouvelle présidente

Amélie d'Heilly, associée du cabinet Latournerie Wolfrom, est élue à la présidence du syndicat AvoSial, aux côtés de Claire Le Touzé, associée chez Si...

La médiation sur les conflits du travail se développe à tout-va

La médiation sur les conflits du travail se développe à tout-va

Longtemps boudée, la médiation séduit de plus en plus les entreprises. Gain de temps, alternative au contentieux, économies, qualité relationnelle au...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Catherine Schilansky (Hewlett Packard) : "Un congé paternité/maternité de six mois payé à 100 %"

Catherine Schilansky (Hewlett Packard) : "Un congé paternité/maternité de six mois payé à 100 %"

Hewlett Packard, multinationale comptant 1500 collaborateurs en France, vient de signer un accord relatif au télétravail. Catherine Schilansky, DRH Fr...

Benjamin Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos projets"

Benjamin Revcolevschi (Fujitsu) : "Faire revenir les équipes sur site à 100 % n’est pas dans nos pro...

Experte en digitalisation des entreprises, l’entreprise Fujitsu a durant la crise repensé la collaboration au sein de ses équipes. Benjamin Revcolevsc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte