Keensight Capital de retour chez Smile

Le fonds d’investissement spécialisé en growth buyout, Keensight Capital, est entré en phase de négociations exclusives en vue de l’acquisition d’une participation majoritaire du leader européen de l’open source, Smile.

Le fonds d’investissement spécialisé en growth buyout, Keensight Capital, est entré en phase de négociations exclusives en vue de l’acquisition d’une participation majoritaire du leader européen de l’open source, Smile.

La belle aventure continue. Après avoir accompagné le développement de Smile de 2013 à 2017, le fonds d’investissement spécialisé dans l’IT et la santé, Keensight Capital, s’apprête à revenir au capital du champion européen du numérique ouvert en tant qu’actionnaire majoritaire. Créée en 1991, la société connaît de depuis 2007 une croissance forte, plus de 20 % par an en moyenne. Une croissance qui aura donc été effective lors des quatres années d’histoire commune entre Keensight et Smile. Philippe Crochet, managing partner du fonds d’investissement ajoute : « Nous sommes ravis de repartir sur un nouveau cycle avec Smile, en nous associant avec Marc Palazon et ses équipes de qualité. Grâce à son à son ADN open source et à son savoir-faire, le potentiel de croissance de Smile est remarquable, notamment au niveau international. Nous avons hâte de poursuivre notre collaboration pour explorer de nouvelles opportunités ensemble. » Sous réserve de l’aval des autorités compétentes, l’opération s’effectuera via le véhicule d’investissement « Keensight V », qui vient par ailleurs de clôturer un fundraising d’un milliard d’euros. Aux côtés du management, Eurazeo PME, déjà présent au capital de Smile, compte également réinvestir à l'occasion de ce nouveau tour de table. Pierre Meignen, directeur associé d’Eurazeo PME précise : « Nous nous réjouissons de renouveler notre soutien à une société aussi unique et ambitieuse. L’ancrage européen de Smile ainsi que son solide positionnement témoignent de sa capacité de développement exceptionnelle qui ne cesse de nous impressionner au quotidien. »

Renforcer l’offre de service

Basée à Paris et implantée dans sept pays en Europe, la société emploie plus de 1700 salariés et a enregistré une chiffre d’affaires de 102,5 millions d’euros en 2018. Elle compte le doubler d’ici 2022 (objectif à 200 millions de CA). Pour ce faire, le groupe souhaite développer sa position à l’international mais également améliorer son offre de service. Ainsi, la montée au capital de Keensight Capital et le réinvestissement d’Eurazeo PME devraient permettre de financer son plan stratégique nommé « OpenArrow 2.0 ». Marc Palazon, président du directoire de Smile précise : « En ligne avec la philosophie d’investissement de Keensight Capital et d’Eurazeo PME, nous continuons d’être précurseurs sur notre secteur. Notre ambition est de nous imposer en tant que champion européen du digital, en nous développant à la fois via croissance organique et via des acquisitions ciblées. Nous sommes convaincus que le soutien de deux des meilleures équipes d’investissement européennes, conjugué au déploiement de la seconde partie de notre stratégie Open Arrow, serait un formidable atout pour nous permettra de faire de l’open source le principal vecteur de digitalisation en Europe. » En plus de poursuivre sa politique de croissance externe, Smile avait notamment procédé à plusieurs acquisitions en 2018 (Virtua, Adyax et Sensiolab), le groupe souhaite, comme nous l’a précisé Phillipe Crochet, accroître l’accompagnement des entreprises dans leur transformation digitale, notamment grâce à son offre de conseil. À ce jour, 45 consultants proposent déjà cet accompagnement personnalisé et Smile prévoit à la fois le renforcement de ces équipes ainsi que le lancement de nouvelles offres commerciales.

Keensight Capital a par ailleurs annoncé, dans la même journée, l’acquisition de la participation majoritaire d’Infarco dans 3P Biopharmaceuticals, Contract Development and Manufacturing Organization (CDMO) de premier plan spécialisé dans l’élaboration de procédés et la fabrication de solutions thérapeutiques biologiques.


Sandy Andrianabiby

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte