Karine Berger (PS) : « Je milite activement pour la création d’un brevet européen en PI »

Entretien avec la député Karine Berger, membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale, auteur avec Dominique Lefebvre (PS) d’un rapport sur l'épargne financière et sur les besoins de financement de l'économie. Un rôle central qui l’amène à regarder d’un œil attentif les évolutions du secteur du capital-investissement et du financement des entreprises.
Karine Berger

Entretien avec la député Karine Berger, membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale, auteur avec Dominique Lefebvre (PS) d’un rapport sur l'épargne financière et sur les besoins de financement de l'économie. Un rôle central qui l’amène à regarder d’un œil attentif les évolutions du secteur du capital-investissement et du financement des entreprises.

Décideurs. Vous vous êtes montrée très critique envers la politique économique du gouvernement en faveur des entreprises, pointant du doigt le coût engendré par le pacte de responsabilité et le CICE. Quelles solutions proposez-vous pour soutenir le développement des entreprises ?

Karine Berger. Deux sujets me semblent plus préoccupants que la question du coût du travail. Tout d’abord celui relatif à la protection de la propriété intellectuelle. Il n’est pas concevable d’imaginer une entreprise continuer à investir si elle n’est pas certaine de pouvoir protéger ses créations. Nous devons lui garantir qu’elle ne soit pas pillée par ses concurrents, notamment par des entreprises chinoises. Pour cette raison, je milite activement pour la création d’un brevet européen. Nous devrions également ériger au rang des priorités la question de l’accompagnement des PME désirant se développer à l’international. À l’instar de ce qui a été mis en place aux États-Unis, au Canada ou au Japon, je soutiens le projet de création d’un small business act à la française mettant à disposition des TPE-PME une palette d’outils juridiques, financiers et commerciaux pour les soutenir dans leur développement à l’exportation.

 

Décideurs. Il est essentiel pour vous de défendre les PME, la prise de risque et l'innovation. Quelles pistes pour se financer ?

K. B. Je n’ai pas le sentiment que les entreprises innovantes, qu’elles soient des entreprises de taille moyenne ou des start-up, aient actuellement à faire face à des problèmes de financement. Loin s’en faut. Les liquidités sont aujourd’hui très abondantes tant et si bien que le financement en fonds propres n’est plus un sujet. Par contre, sur la partie obligataire, les banques demeurent toujours très prudentes. Il faut donc soutenir le développement des offres désintermédiées. L’assouplissement du PEA-PME et la possibilité pour les investisseurs de se positionner sur des fonds obligatoires pourraient être des pistes à suivre.

 

Décideurs. Comme le souligne le commissaire général à l’investissement Louis Schweitzer, le soutien des fonds d’investissement et des entreprises aux projets financiers par le secteur public est essentiel. Faut-il renforcer ce mode d’investissement ?

K. B. C’est l’une des problématiques les plus importantes liées à l’investissement public. Dans ce cadre, je ne peux que saluer l’action de la Banque publique d’investissement qui a créé un véritable effet de levier dans ce domaine. Un second levier, encore plus puissant, sera bientôt mise en œuvre à travers un fonds européen d’investissement stratégique porté par le plan Juncker. Enfin, j’attire l’attention sur les leviers générés par les fonds d’investissement. Si ces derniers ont gagné beaucoup d’argent au cours des dernières années, les valorisations me semblent actuellement trop importantes. Les investisseurs ne doivent pas perdre de vue que c’est un placement qui présente, par nature, un risque important.

 

Décideurs. Vous aviez évoqué l’idée de créer un « livret de l'économie numérique », sur le modèle du livret de développement durable, permettant de rediriger l’épargne des Français vers les start-up. Cette proposition est-elle toujours d’actualité ?

K. B. Oui, elle l’est. Contrairement au livret A ou au livret de développement durable, celui-ci ne serait toutefois pas garanti en capital. Il ne demeurerait pas aussi liquide que les autres livrets défiscalisés. Par contre, il pourrait disposer des mêmes avantages fiscaux et serait utilisé par les épargnants acceptant de prendre davantage de risque en contrepartie d’une espérance de gain plus importante.

 

Décideurs. À votre sens, quel serait le profil type des fonds d’investissement utiles à l’économie ?

K. B. Avant toute chose, le fonds d’investissement doit accepter de se soumettre à une régulation importante. Il me semble que le modèle le plus pertinent est celui des fonds de fonds. Le fonds d’investissement agit alors comme entonnoir. Il devrait également disposer d’un compartiment obligataire. Je prends l’exemple de ce qu’a mis en place la Caisse des dépôts avec le plan Juncker. Ce profil garantit une gestion intelligente et une grande diversification des investissements. Une stratégie essentielle pour une meilleure gestion du risque. Eu égard à la forte baisse des taux d’intérêt et des rendements, un fonds d’investissement qui atteint une rentabilité bien supérieure à celle du marché doit être regardé avec beaucoup d’attention, voire de méfiance.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le paradoxe Yannick Jadot

Le paradoxe Yannick Jadot

Le député européen est probablement le meilleur candidat de la gauche pour la présidentielle de 2022. Seul hic, son camp n’est pas forcément de cet av...

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé à la Nation le 14 octobre au soir. Couvre-feu, reconfinement, appli, aides sociales...Voici les points importants de son...

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Le saviez-vous ? La première semaine d’octobre, autant de Français sont décédés du coronavirus que la semaine du 15 au 21 mars, celle où l’Hexagone es...

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités  de collaboration ?

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités de collaboration ?

Le groupe Décideurs a organisé, en partenariat avec le cabinet de conseil nordmann, une table ronde destinée à décrypter les nombreuses opportunités o...

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Twitter fait partie des outils indispensables pour faire entendre sa voix, a fortiori en politique. Au sein du gouvernement Castex, qui possède la plu...

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Dans un entretien exclusif accordé à Décideurs, la ministre déléguée à la Citoyenneté revient sur le médiatique projet de loi contre le séparatisme. S...

François Bayrou, le phénix

François Bayrou, le phénix

Député, ministre, président de parti et par trois fois candidat à la présidentielle, François Bayrou fait, depuis toujours, partie du paysage politiqu...

Explosion dans le ciel parisien : les réseaux sociaux s’enflamment

Explosion dans le ciel parisien : les réseaux sociaux s’enflamment

Ouf. L’explosion qui a surpris les Parisiens le 30 septembre n’était qu’un Rafale qui passait le mur du son. Une péripétie qui a inspiré de nombreux i...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte