Karin Nebot (Kaviari) : "La traçabilité est en cœur de notre démarche"

Du caviar sauvage au caviar d’élevage, l’entreprise poursuit, depuis quatre décennies, une culture d’excellence et de transmission. Rencontre avec Karin Nebot, directrice générale.

Du caviar sauvage au caviar d’élevage, l’entreprise poursuit, depuis quatre décennies, une culture d’excellence et de transmission. Rencontre avec Karin Nebot, directrice générale.

Décideurs. Votre père Jacques Nebot a fondé l’entreprise Kaviari il y a plus de 40 ans. Quel héritage vous a-t-il transmis ?

Karin Nebot. Mon père fut le plus grand importateur de caviar sauvage iranien en France. Il a su anticiper l’interdiction de la pêche de l’esturgeon sauvage, intervenue en 2008, en sélectionnant les meilleures fermes d’élevage avec Raphaël Bouchez, le cocréateur de la société. Son souci du sourcing et de la qualité est aujourd’hui le nôtre. La traçabilité du caviar est au cœur de notre démarche durable et nous veillons à notre empreinte écologique. Au-delà, nous nous engageons auprès des Restos du Cœur ou en soutenant, depuis peu, le restaurant situé dans la crypte de l’église de la Madeleine, Il Reffetorio. Nous y préparerons un dîner de Noël pour les plus démunis.

Vous avez ouvert à Paris le premier lieu dédié à la « culture caviar », La Manufacture.

Cet espace est dédié à tous : curieux, novices, amoureux du caviar, chefs étoilés… Ils y retrouvent une atmosphère chaleureuse suggérée par une décoration axée sur le bois, les matières brutes et la couleur bleu marine des boîtes. Ici, le partage et la simplicité sont au service du raffinement et de la pédagogie. Car depuis le passage du caviar sauvage au caviar d’élevage, il est essentiel, à nos yeux, d’expliquer et de transmettre, à travers des films, des photos, des objets…

Comment désacraliser le caviar ?

Il y a plusieurs axes. Nous avons innové en créant la boîte de 15 grammes de caviar nomade à déguster sur le pouce, à toute heure. La Manufacture nous permet d’aller plus loin, avec trois types d’ateliers Initiation, Trilogie ou Master (de 90 € à 250 € par personne)  dont on ressort en étant quasiment incollable sur le sujet. La prochaine grande innovation, ce sera les cours de cuisine, pour septembre 2019.

Pour les chefs, ce produit noble se prête à de multiples alliances…

Nous livrons plus de la moitié des chefs trois étoiles en France. Tous les mois, un chef vient cuisiner pour nos clients, autour de nos produits, sous la forme d’une table d’hôtes pour douze personnes. Le 15 janvier, ce sera Yannick Alléno. Nous nous préparons à recevoir Alain Passard. Le chef du Lutetia, Benjamin Brial, s’occupera du menu de la Saint-Valentin en février.

Quelles sont vos perspectives de développement pour 2019 ?

Nous réfléchissons à un développement retail dans la même lignée que La Manufacture, pourquoi pas avec des boutiques de proximité. Nous allons également lancer des boîtes Kaviari logotées et embossées, flambant neuves. De quoi enchaîner sur les 40 prochaines années !

Guillaume Tesson

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message