Kaminski : droit vers le pénal d’entreprise

Kaminski : droit vers le pénal d’entreprise
David-Olivier Kaminski au centre, entouré de son équipe.

Connu pour son engagement dans la lutte contre les discriminations, David-Olivier Kaminski a fondé un cabinet d’avocats de la défense positionné de plus en plus auprès des dirigeants face au risque pénal.

David-Olivier Kaminski n’appartient pas à la même génération qu’Hervé Témime, Pierre Haïk, Georges Kiejman ou Henri Leclerc, ces pénalistes français dont les noms se retrouvent dans les plus grands dossiers politico-financiers comme dans les procès d’assises les plus retentissants. Mais il s’inscrit tout de même dans cette lignée. D’ailleurs, à 48 ans, l’avocat ne s’arrête jamais, pas même pour prendre le temps de constater le travail réalisé.

Dès sa plus tendre enfance, David-Olivier Kaminski sait qu’il veut devenir avocat pour « rendre le monde moins injuste », faire sa part du boulot en défendant les plus faibles. Il trouve un modèle dans une figure politique française majeure, Robert Badinter, qui, d’enseignant à l’université devient son mentor. Et lorsque le jeune juriste tente de devenir l’assistant parlementaire du sénateur, ce dernier le dissuade : « Vous ne pouvez faire qu’une carrière d’avocat, ne vous perdez pas et battez-vous pour vos idéaux. » Il n’en fallait pas plus à David-Olivier Kaminski pour en être convaincu. Son héritage familial parachèvera son engagement.

Un long combat contre Apple

Fils de déporté durant la Shoah, le premier des combats que David-Olivier Kaminski livrera sera dans la lutte contre les discriminations. Très tôt militant à la Licra (la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), le jeune avocat y renforce son lien avec l’auteur de L’Abolition et travaille sur ses premiers dossiers « contre les gros ». Membre de la première heure de la commission juridique de l’association, l’avocat voit se clore en 2011 un long combat contre Apple pour le retrait de l’application iPhone « juif - non juif », reconnue discriminante. Un dossier qui vaut à la directrice du contentieux du géant américain de se plier, dans le bureau de la rue Saint-Germain, à la négociation – confidentielle – du montant portant indemnisation de l’association. Les dossiers de diffamation devant la dix-septième chambre du TGI de Paris se succèdent, de l’interdiction du spectacle de Dieudonné à celle de la vente de livres de la maison d’édition Kontre Kulture d’Alain Soral.

Passé du droit pénal de droit commun au pénal des affaires, ce père de trois enfants, passionné d’art moderne (dans son cabinet, il expose des toiles signées Philippe Pasqua et Jonone), fait rapidement parler de lui et de son cabinet. C’est le cas dans le milieu de l’art, comme lors du vol de tableaux au musée d’Art moderne de la Ville de Paris ou lors de la poursuite du receleur de trois toiles de maître appartenant à Maya Picasso. Mais également dans la fraude à la taxe carbone : il travaille sur une dizaine de dossiers différents « parce que les constructeurs se sont passé le mot », explique-t-il. Le nom de l’avocat résonne aussi dans le procès de Charles Dassault et de ses complices accusés de rachat de voix à Corbeille-Essonnes ou aux côtés du commissaire Neyret poursuivi pour corruption à Lyon.

Celui qui a grandi au palais

Que faut-il au cabinet Kaminski pour franchir un nouveau palier ? Celui qui a posé sa plaque deux ans seulement après sa prestation de serment, deux années de collaboration très formatrices auprès de Pierre Haïk, n’est pas de ceux qui s’adossent aux grandes structures. « Chacun son style, commente-t-il. Je reste convaincu qu’un bon avocat en droit pénal des affaires vient du pénal général, pas d’un cabinet full service. » Il défend l’idée selon laquelle la liberté assure au client un traitement sans limite de son dossier. Pour lui, l’avocat pénaliste est celui qui a grandi au palais, qui a vu évoluer les magistrats et qui n’hésite pas à les « secouer » lorsque les circonstances le justifient. Combatif, David-Olivier Kaminski avoue avoir rêvé travailler sur l’Angolagate ou le scandale des « biens mal acquis » et souhaite maintenant devenir l’avocat des grands groupes du CAC 40, être le pénaliste des dossiers politico-financiers. Une nouvelle étape pour l’avocat qui forme déjà les chefs d’entreprise et directeurs de banque à la gestion du risque pénal grâce à sa collaboration avec un ancien client passé par l’enchaînement judiciaire. C’est donc entouré de ses trois collaborateurs et de ses deux élèves-avocats que le fondateur voit son cabinet évoluer : « Nous avons acquis la maturité nécessaire pour monter en puissance », se réjouit-il pour conclure. Sans jamais perdre de vue l’indépendance inhérente à la profession.

 

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message