Kako Nubupko (OIF) : « Retrouver les outils de la souveraineté économique »

Ancien ministre du Togo à la tête de la francophonie économique et numérique depuis 2016, après un parcours riche et varié, alliant recherche et écriture, Kako Nubukpo a récemment été récompensé 
du prix du livre économique francophone par le Forum francophone des affaires et la Société des amis de Turgot.

Ancien ministre du Togo à la tête de la francophonie économique et numérique depuis 2016, après un parcours riche et varié, alliant recherche et écriture, Kako Nubukpo a récemment été récompensé du prix du livre économique francophone par le Forum francophone des affaires et la Société des amis de Turgot.

Décideurs. Quel est votre rôle au sein de l’OIF ?

Kako Nubupko. L’objectif premier de l’OIF est de promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique, et partant, promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme. Si cela se fait au travers de l’éducation, des initiatives de coopération au service du développement durable prennent aussi le relais.

Une attention particulière est accordée aux jeunes et aux femmes, ainsi qu’à l’accès aux technologies de l'information et de la communication (TIC) sur l’ensemble des réalisations de l’OIF.

En tant que directeur de la francophonie économique et numérique, je pilote quatre pôles.

En premier lieu, le pôle numérique, axé sur trois thématiques : la gestion des écosystèmes d’Internet – regroupant la question des noms de domaines ainsi que la cybersécurité –, puis les biens communs numériques, avec les problématiques liées à la numérisation des bibliothèques, et enfin l’entreprenariat numérique, incluant le suivi des innovations et la mise en relation des entrepreneurs avec le secteur financier.

Le second pôle est celui dédié aux « entreprises et territoires ». Il inclut notamment le projet « Profadel », un plan francophone d’appui au développement local. De nombreux autres partenariats sont mis en œuvre dans ce cadre, tels que celui avec l’IFDB, le Cipmen (Centre incubateur des PME au Niger), le programme « Incubons » à Madagascar ou le « Global Entrepreneurship Network » à Johannesburg.

La diplomatie économique constitue le troisième pôle. Elle est portée à plusieurs niveaux. D’abord avec les « hub and spokes », ce programme avec les soixante-sept pays de l’ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), l’Uuion européenne et le Commonwealth.

Et par le biais de réunions périodiques des ministres francophones du Commerce avec un ordre du jour précis, tant au niveau de la veille que de la prospective sur l’évolution du commerce international.

Il existe également un réseau des ministres des Finances, qui passent commande sur certains sujets cruciaux tels que les PPP et la fiscalité.

Le quatrième et dernier pôle est celui lié à la transformation structurelle des économies de l’espace francophone. Les soixante-sept pays qui composent l’OIF représentent aujourd’hui entre 8 % et 12 % du PIB mondial, et regroupent 274 millions de francophones. La projection est de 700 millions de francophones en 2050.

En quoi le numérique peut-il servir d’accélérateur aux économies francophones, et particulièrement celles du continent ?

Le numérique est un accélérateur de mobilité des deux facteurs de production : le capital et le travail. Grâce à lui, plus de choses peuvent être faites, en moins de temps.

Mais le numérique pose aussi la question de la destruction de certains emplois. C’est un jeu d’équilibres. Car s’il détruit certains postes, il permet aussi d’en créer de nouveaux. Aussi, l’émergence du tout numérique sur le continent implique d’y étendre le champ de la formation, en particulier vis-à-vis de ces nouveaux métiers.

Le numérique pourrait-il, dès lors, faciliter la diversification économique sur le continent ?

La première chose qu’il devrait permettre, c’est d’y améliorer la gouvernance, dont manque cruellement l'Afrique.

Finalement la clé du succès, plus que le numérique, c’est en premier lieu l’accès au crédit…

Évidemment, la réussite c’est bien sûr le financement des entreprises, notamment des entreprises innovantes et des start-up sur le continent.

Donner la possibilité aux personnes de s’endetter, afin qu’ils puissent ensuite créer de la richesse permet d’aller dans le sens d’un cercle vertueux.

Pour le moment, l’arme monétaire est bloquée dans la région CFA. Aujourd’hui, les ratios « crédits/PIB » tournent autour de 20 %, ce sont de véritables économies de troc ! Avec ces ratios, il n’est pas possible de financer le développement. En outre, les taux d’intérêt sont supérieurs à 10 %. Et en conséquence, impossible de créer de la richesse.

Le rationnement du crédit est d’abord conditionné à la question de l’asymétrie d’informations de l’environnement africain, un environnement incertain, et ensuite à celle de la surliquidité bancaire, ce qui est notamment le cas pour la zone franc.

Cette asymétrie d’informations rend les banques très prudentes.

L’ouverture du crédit facilite la hausse des importations : c’est un cercle vicieux qui se met en place, comme le crédit alimente ces importations en payant avec les devises.

Or si les importations augmentent, il existe une sortie des devises, et ces dernières ne sont plus en quantité suffisante pour garantir la parité fixe entre le franc CFA et l’euro. In fine, cela pénalise le secteur réel des économies.

Aujourd’hui, il existe un risque réel de dévaluation, car les réserves ont terriblement fondu. Et en parallèle, il n’y a pas assez de diversification des économies. Ce manque de polyvalence perpétue l’économie rentière en place de longue date.

Les conditions de la transformation économique des pays de la zone francophone doivent se mettre en place. Cela peut passer par l’écologie, le numérique, l’éducation bien sûr, mais aussi la finance. Par le biais d’une finance plus inclusive.

Il est nécessaire de retrouver les outils de la souveraineté économique, afin d’avoir toutes les conditions du développement économique partagé des nations.

Tout cela est déjà à l’œuvre aujourd’hui en Afrique. Je suis afro-réaliste : pour que cette transformation soit effective, trois conditions devront être remplies. Une vision partagée, ce qui suppose un bon leadership, l’effectivité des dispositifs techniques, et enfin la mise en place d’un dispositif d’évaluation d’impact des politiques publiques. Avec tout cela, il sera possible de construire un schéma de développement.

 

E.S.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Afrique 2017

L’Afrique regorge d’initiatives portées par de jeunes entrepreneurs ambitieux et fourmillant d’idées pour pallier les manques que le continent connaît encore. Prêt pour le leap frog et comptant déjà sur des champions africains, le continent pourrait devenir le prochain relais de croissance.
Sommaire
Ravet & Associés s’implante à Saint-Brieuc

Ravet & Associés s’implante à Saint-Brieuc

Implanté à Rennes depuis 2014, Ravet & Associés renforce sa présence en Bretagne grâce à l’intégration du cabinet local Raoult-Graïc.

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Allure Finance s’arme d’une spécialiste en immobilier

Le multi-family office Allure Finance a annoncé l’arrivée d’Ombline du PLESSIS de GRENEDAN, en charge du développement du pôle immobilier.

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

Gide agrandit son conseil scientifique

Gide agrandit son conseil scientifique

Le conseil scientifique de Gide Loyrette Nouel accueille Thierry Bonneau, universitaire reconnu et spécialiste de droit bancaire.

Moneta obtient le label Relance pour deux de ses fonds

Moneta obtient le label Relance pour deux de ses fonds

Lancé le 19 octobre, le label Relance est un outil d’aide au financement des entreprises françaises. Moneta Asset Management s’est vue attribuer la fa...

Promotions internes chez Mayer Brown

Promotions internes chez Mayer Brown

Mayer Brown promeut Sébastien Delaunay en qualité d’associé et Rémy Bonnaud comme avocat counsel, deux nominations qui seront effectives le 1er janvie...

L'Élite 2020 : qui sont les figures du palais ?

L'Élite 2020 : qui sont les figures du palais ?

Thomas Baudesson, Kiril Bougartchev, Jean-Yves Garaud, Corinne Lepage, Kami Haeri, Olivier Fréget et Thomas Rouhette sont les avocats identifiés par D...

L'Elite 2020 : qui sont les références parmi les avocats d'affaires ?

L'Elite 2020 : qui sont les références parmi les avocats d'affaires ?

Alexandra Neri, Emmanuelle Barbara, Stéphane Puel, Stéphanie Auféril, Noëlle Lenoir, Catherine Mateu, Arut Kannan, Emmanuelle Trombe et Sabrina Dougad...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte