K. Kébaïli (BBL Groupe) : "Le choc de la crise a été momentané mais salutaire"

Alors que le marché du transport a été secoué par la crise, BBL Groupe s’est adapté pour capter de nouvelles parts de marché. L’entreprise n’a pas renoncé non plus à sa croissance externe et vient d’annoncer une nouvelle opération. Décryptage avec Kaci Kébaïli, son fondateur.
Signature de l'acquisition de Lusocargo par BBL Groupe à Porto en mars 2021.

Alors que le marché du transport a été secoué par la crise, BBL Groupe s’est adapté pour capter de nouvelles parts de marché. L’entreprise n’a pas renoncé non plus à sa croissance externe et vient d’annoncer une nouvelle opération. Décryptage avec Kaci Kébaïli, son fondateur.

Décideurs. À quel point la crise vous a-t-elle impacté ?

Kaci Kébaïli. Lorsque la crise est arrivée, notre chiffre d’affaires a décroché de 22 % par rapport à mars 2019. En avril, il était en retrait de 38 % et de 28 % en mai. On a commencé à retrouver un niveau d’activité normal en juillet, avec une croissance de 9 % par rapport à l’année précédente et la tendance ne s’est globalement pas démentie jusqu’à la fin de l’année.

Comment avez-vous redressé la barre ?

Au début, cela a été un petit coup de massue mais nous avons réagi très vite. Deux initiatives très fortes ont été prises. Elles nous ont permis de retourner la situation à notre avantage en captant de nouvelles parts de marché. Nous avons lancé une prestation de services de transport domestique en France, ce que nous ne faisions pas jusqu’alors. Avant, notre offre était à 100 % tournée vers l’international. Nous avons recruté des talents sur ce nouveau segment et l’activité a très vite démarré.

Vous avez également lancé une activité de transport de projet industriel. En quoi cela consiste-t-il ?

Nous proposons, par exemple, des déménagements d’usines clés en main. Notre rôle consiste à ramener des matériaux et des pièces de différents fournisseurs d’Europe ou d’Asie. Ces projets font appel à des compétences multiples : transport aérien, routier, etc. qui devaient être fédérées. Nous avons déjà gagné deux gros contrats en Russie et en Serbie, qui sont en cours de réalisation car il s’agit de prestation sur le long cours. À Belgrade, nous nous occupons de l’un des plus grands centres de tri en Europe.

Votre entreprise est-elle à nouveau sur les rails ?

Le choc a été momentané mais salutaire. Il nous a permis de pénétrer de nouveaux segments de marché. Nous sommes partis de rien pour lancer ces deux nouvelles activités. En 2021, notre croissance organique devrait être de 10 %, ce qui correspond à peu près à notre niveau d’avant-crise (12 %).

Quand vous avez fondé votre groupe, vous avez commencé par les Balkans car il n’y avait pas de concurrence. Est-ce le cas pour ces nouveaux segments d’activité ?

Ce sont des marchés où il y a de la concurrence. Mais chez BBL nous proposons des prestations supplémentaires. C’est le principe d’un guichet unique. Les responsables logistiques des industriels peuvent nous mandater pour davantage de services que ceux que nous offrions déjà.

"Nous venons d’annoncer l’acquisition d’une société portugaise dont le chiffre d'affaires 2020 sera proche de 100 millions d'euros"

Depuis la création de votre société, vous avez lancé 24 acquisitions. La dernière a été dévoilée il y a quelques jours. En quoi est-ce une opération de taille ?

Nous venons d’annoncer l’acquisition de Lusocargo, une société portugaise dont le chiffre d’affaires 2020 sera proche de 100 millions d’euros. À titre de comparaison, en 2020, notre chiffre d’affaires était de 206 millions d’euros. Nous travaillions sur ce dossier depuis deux ans. Il s’agit d’une entreprise qui était notre partenaire depuis 15 ans au Portugal. On la connaît très bien et nous croyons dans le professionnalisme des cédants. C’est une grosse étape pour nous car nous nous attendons à 350 millions de CA cumulé et allons adjoindre 300 collaborateurs de plus pour atteindre les 1 000 personnes.

Pourquoi avez-vous misé sur le Portugal ?

Nous assistons bon an, mal an à un mouvement de relocalisation en Europe, notamment pour des questions de souveraineté. Le Portugal est déjà un territoire où sont fabriqués certains produits et il pourrait tirer son épingle du jeu dans les années à venir.

Pourquoi avoir fait entrer Geneo Capital Entrepreneur à votre capital en octobre ?

Afin de financer nos acquisitions et de renforcer les fonds propres de l’entreprise. Nous pouvons ainsi mieux emprunter sur les marchés et poursuivre notre politique de croissance externe. Nous voulons conquérir de nouveaux territoires et nous adjoindre de nouveaux savoir-faire métiers. Notre objectif : atteindre 1 milliard d’euros de CA en pro forma d’ici deux ans.

Malgré la crise, vous n’avez pas peur ?

Non, nous rêvons de devenir un champion français des services à la supply-chain pour l’industrie et le commerce. Aujourd’hui, les champions du secteur sont majoritairement allemands ou américains. Nous voulons porter haut le drapeau tricolore en misant sur notre modèle original de "fédération de spécialistes" et sur une capacité d’interconnexion croissante de nos activités avec les systèmes de nos clients.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Agilité et résilience : ils performent malgré la crise

Bien qu’issues de secteurs durement touchés par la crise, certaines entreprises réussissent à maintenir leur business, voire à croître, que ce soit grâce au lancement d’une nouvelle activité ou encore à une gestion stratégique des stocks…Retour sur de véritables tours de force opérés ces derniers mois.
Sommaire VallJet, la bonne altitude Chargeurs, des masques pour faire front Tronico, la santé comme remède NGE, le ciment du collectif GYS, anticiper c’est gagner Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire Démarrage réussi pour Stellantis Distillerie des Moisans : mariage de raisin STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs
Comment cet ancien négociateur du raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

À quelques jours de la conclusion du rapprochement historique de Veolia avec Suez, le conseil d’administration de Veolia a désigné Estelle Brachlianof...

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Le secteur agroalimentaire reste une place forte de l'économie hexagonale. Certaines entreprises, parfois peu connues du grand public, connaissent une...

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croissance"

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croiss...

Cabinet à taille humaine emmené par trois associés, Reboul & Associés conseille aussi bien des grands groupes que des start-up. La boutique a par...

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Enfin ! La France recrée depuis quelques années des emplois industriels. Cela est en partie lié à la croissance de groupes qui, implantés sur un march...

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Derrière des mastodontes tels que Nokia, Volvo, Saab, Spotify ou Revolut, la Scandinavie fourmille d'entreprises à très forte croissance. Parmi elles,...

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

Si le groupe Label existe depuis dix ans, la marque Mister Menuiserie, qui en est désormais la figure de proue, est née en 2016. Depuis, sa croissanc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte