Justice algorithmique : la Chancellerie précise sa position

La Chancellerie apporte des éléments supplémentaires sur sa position relative à l’encadrement des services de justice prédictive et fait le bilan des mesures déjà en place.
Le ministère de la justice veut « accompagner le développement des legaltech tout en sécurisant le cadre juridique et en instaurant un climat de confiance pour le justiciable qui recourt à ces outils numériques ».

La Chancellerie apporte des éléments supplémentaires sur sa position relative à l’encadrement des services de justice prédictive et fait le bilan des mesures déjà en place.

À la suite d’une question écrite d’une sénatrice relative à la position du gouvernement sur le développement de l'intelligence artificielle dans le secteur du droit et de la justice, et sur la possible mise en place d'une certification, le ministère de la Justice exprime sa volonté « d'accompagner le développement des legaltech tout en sécurisant le cadre juridique et en instaurant un climat de confiance pour le justiciable qui recourt à ces outils numériques ».

Dans sa réponse du 12 décembre 2019, la Chancellerie fait une première analyse nuancée des algorithmes de prédiction de l'aléa juridique. Elle évoque les bilans mitigés des expérimentations des cours d'appel de Douai et Rennes au printemps 2017 ou encore l'expérimentation HART, conduite en 2016 par des chercheurs de l'université de Londres, qui n’a pas réussi à descendre en dessous des 20 % de réponses erronées.

La Chancellerie fait le bilan également des garanties déjà en place. D’une part, sur la motivation des décisions, « aucune décision de justice impliquant une appréciation sur le comportement d'une personne ne peut avoir pour fondement un traitement automatisé de données à caractère personnel destiné à évaluer certains aspects de la personnalité de cette personne » (article 47 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés). D’autre part, il existe une obligation de transparence des algorithmes publics (loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 dite « République numérique »).

Enfin, le ministère rappelle quelques mesures de la loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice. D’une part, la réutilisation de données de magistrats ou de greffiers « ayant pour objet ou pour effet d'évaluer, d'analyser, de comparer ou de prédire leurs pratiques professionnelles réelles ou supposées » est un délit (article 33 loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice). D’autre part, les plateformes en ligne de résolution amiable des litiges, y compris celles dont le service en ligne est proposé à l'aide d'un traitement algorithmique ou automatisé de données à caractère personnel peuvent bénéficier d’une certification, sans obligation d’y recourir.

R.G.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

Directrice de Tracfin depuis le mois de juillet 2019, Maryvonne Le Brignonen a pris ses nouvelles fonctions à un moment stratégique : celui de la prép...

Promotions chez FTPA

Promotions chez FTPA

Le cabinet d’avocats FTPA élève au rang de counsels 4 de ses avocats : Hélène Huet, Romain Lantourne, Pierre Lumeau et Emma Pinar Turgut.

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans la mer chaque année. Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, s...

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

Marie-Chistine Dalloz, députée LR du Jura et secrétaire de la commission des Finances revient sur la politique fiscale administrée par Emmanuel Macron...

Galembert Avocats promeut et recrute

Galembert Avocats promeut et recrute

Le cabinet Galembert Avocats renforce son équipe avec la promotion de Florence Portal au rang de counsel et l’arrivée d’un nouveau collaborateur, Pier...

Pascal Faure (INPI) : "Avec la loi Pacte, nous avons franchi un cap"

Pascal Faure (INPI) : "Avec la loi Pacte, nous avons franchi un cap"

Ancien directeur général des entreprises (DGE) à Bercy, Pascal Faure a participé activement à la rédaction de la deuxième partie de la loi Pacte qui s...

Docucert : une nouvelle solution pour la protection des créations

Docucert : une nouvelle solution pour la protection des créations

La société de conseil en stratégie digitale Opportunity lance sur le marché une solution de protection des créations : Docucert.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message