Julian Assange : wanted

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte juridico-diplomatique. Au-delà des faits dont il est accusé, celle-ci soulève certaines interrogations. Sur la notion d’hyper-transparence et de protection des droits, d’une part, mais aussi sur la détermination des États-Unis à obtenir son extradition.

Figure controversée du paysage médiatique depuis près de dix ans, Julian Assange se trouve depuis le 11 avril dernier au cœur d’une nouvelle lutte juridico-diplomatique. Au-delà des faits dont il est accusé, celle-ci soulève certaines interrogations. Sur la notion d’hyper-transparence et de protection des droits, d’une part, mais aussi sur la détermination des États-Unis à obtenir son extradition.

Certains voient en lui un martyr de la liberté de la presse doublé d’un ­lanceur d’alerte à protéger. D’autres, un extrémiste de la transparence, à haut risque pour les causes qu’il prétend servir. Julian Assange, figure controversée de l’univers politico-médiatique sous le coup de deux mandats d’arrêt internationaux depuis des années, se trouve à l’enjeu de luttes géopolitiques dont la portée pourrait dépasser de beaucoup les faits qui lui sont aujourd’hui reprochés. Surtout depuis que l’Équateur qui, il y a sept ans, lui avait accordé l’asile dans son ambassade de Londres, est soudainement revenu sur cette protection, permettant son arrestation le 11 avril dernier par la police britannique pour avoir violé les termes de sa liberté conditionnelle. Pour l’heure emprisonné en Angleterre, Julian Assange pourrait donc, dans les prochains mois être extradé en Suède, où il est accusé de viol, ou aux États-Unis, où il l’est de piratage.

Collision de droits

De quoi créer un imbroglio ­juridique mais aussi diplomatique et éthique sans précédent, explique un avocat pour qui la complexité de « l’affaire Assange » tient en grande partie au fait qu’elle repose sur une « collision de droits ». « De multiples notions de protection y entrent en contradiction, explique-t-il : protection des droits de l’homme, du secret d’État, de la liberté de la presse, d’expression, des lanceurs d’alerte… » À la difficulté juridique de concilier ces divers « sanctuaires juridiques » s’ajoute une seconde problématique, tout aussi délicate à manier, d’appréciation de ces différents droits au regard des territoires concernés. 

"Pour les américains, Julian Assange ne représente plus une menace mais un symbole"

« L’extrême complexité de cette affaire s’explique aussi par le fait que tous les pays n’accordent pas la même importance aux mêmes notions, poursuit cet avocat. Chaque loi s’enracine dans une culture donnée, si bien que ce qui est toléré par les uns peut être considéré comme inacceptable pour les autres. Ainsi, ce que les États-Unis estiment tenir de la haute trahison est perçu par certains, en France et ailleurs, comme relevant d’une démarche salutaire ayant permis de lever le voile sur des pratiques ­inacceptables. » Comme ce fut le cas avec la divulgation, fin 2010, de documents classés secret-défense et révélant des actes de torture perpétrés par l’armée américaine en Afghanistan et en Irak.

Hyper-transparence : garde-fou ou menace

Autre matière à controverse, la notion d’« hyper-transparence » au cœur de la vocation de ­Wikileaks – créée en 2006 dans le but affiché de « démasquer les secrets et abus d’État » – et de l’essentiel des poursuites contre son fondateur. Alors que certains y voient un garde-fou, d’autres, à l’inverse, évoquent « une menace pour la démocratie et les droits de l’homme ». Parmi ceux-là Gilles Rémy, président de Cifal – groupe spécialisé dans le commerce international –, conseiller du commerce extérieur de la France et spécialiste des ­relations internationales. « À ­l’origine, la démarche du lanceur d’alerte ­relevait d’une ambition altruiste et comportait un réel intérêt pour les démocraties, estime-t-il, mais au fil du temps la notion s’est galvaudée et elle est aujourd’hui en bonne part instrumentalisée. »

Pour l’exemple…

Quant à savoir pourquoi le ­gouvernement américain accorde tant de prix à l’arrestation d’un homme qui, pour l’heure, n’est poursuivi « que » pour piratage informatique, sa réponse est sans appel : pour l’exemple.

« Pour les États-Unis, Julian Assange ne représente plus une menace mais un symbole », affirme-t-il. Obtenir son extradition et sa condamnation serait « la meilleure façon » de dissuader les potentiels lanceurs d’alerte qui, à leur tour, envisageraient de révéler des informations susceptibles de nuire au pays. « Pour les en dissuader, les États-Unis ont besoin d’un signal fort », résume-t-il. Nul doute que, avec sa notoriété mondiale et son CV de « cyber warrior », Julian Assange en soit un.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

UE : superpuissance ou puissance entravée ?

L’UE avance pas à pas. Un travail de fond qui mérite d'être mis en lumière. Il permet au Vieux-Continent de rivaliser avec les États-Unis et la Chine...

Défense : l’Union fait la force

Défense : l’Union fait la force

L’Union européenne est déjà active en matière militaire. Et le contexte international lui permet d’aller de plus en plus loin. Même si la construction...

Que reste-t-il de la gauche ?

Que reste-t-il de la gauche ?

La déliquescence du PS porte un coup très dur à la gauche qui n’a jamais été aussi faible et divisée qu’en 2019. Pourtant, des proximités idéologiques...

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Colloque Fidroit 2019 : rendez-vous le 6 juin

Le 22e colloque Fidroit aura lieu le 6 juin prochain à Boulogne-Billancourt. Ouvert à tous les professionnels du patrimoine, le fil rouge de la journé...

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Fabien Benoit : "La Silicon Valley n'aime pas la démocratie"

Autrefois terre de création et de contre-culture, la Silicon Valley a muté. Au point de devenir plus menaçante que fascinante. Entretien avec le journ...

Cédric O, au cœur des réseaux

Cédric O, au cœur des réseaux

Pour succéder à Mounir Mahjoubi à la tête du secrétariat d’État au numérique, le président de la République a fait appel à un proche conseiller, march...

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour m...

De "l'art d'être Français"

De "l'art d'être Français"

Après la nécessité de repenser le fonctionnement démocratique et celui des institutions, de revaloriser la formation et le travail, le chef de l’État...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message