Confidences d’avocats confinés

Parmi les avocats qui ont répondu à notre sondage exclusif "Les cabinets d’avocats face à la crise", certains ont accepté de nous raconter leur quotidien confiné, à domicile ou en cabinet. Ils nous révèlent aussi les impacts de la crise sur leur activité et leurs conséquences financières.
Catherine Mateu, associée du cabinet Armengaud-Guerlain (lire son interview ci-dessous), est en haut au milieu de cette visioconférence.

Parmi les avocats qui ont répondu à notre sondage exclusif "Les cabinets d’avocats face à la crise", certains ont accepté de nous raconter leur quotidien confiné, à domicile ou en cabinet. Ils nous révèlent aussi les impacts de la crise sur leur activité et leurs conséquences financières.

Hemma Houillon avocate, H Avocat

"Depuis l'annonce du confinement, nous ne recevons plus aucun client"

Confinement. « Le cabinet est équipé d'un logiciel avec un cloud afin de pouvoir travailler à distance. Toutefois, je dois quand même me rendre, deux fois par semaine, à mon cabinet. Je partage mes locaux avec d'autres confrères. Depuis l'annonce du confinement, nous ne recevons plus aucun client et nous respectons les gestes barrière entre nous.

Impact de la crise sur l’activité. Je fais essentiellement du contentieux fiscal. L'impact du confinement sur le système judiciaire a donc eu pour conséquences le report des audiences et la prorogation de tous les délais dans le cadre de l'instruction des affaires. Par ailleurs, j'interviens également en qualité de formatrice chez Francis Lefebvre formation en droit fiscal, mais là encore, toutes les formations programmées ont dû être annulées. Cette crise sanitaire laissera place à une crise économique qui aura inévitablement des conséquences pour les cabinets d'avocats bien souvent exclus des aides annoncées."

Catherine Mateu, associée, Armengaud-Guerlain

"Ces dernières semaines, nous avons beaucoup de dossiers à traiter"

Confinement. « J’ai beaucoup de dossiers de trois, quatre tomes à traiter. Je ne peux pas tout imprimer chez moi !  Je me rends donc au cabinet tous les jours où je retrouve mon associé. À deux dans des locaux de 240 m2, nous sommes très privilégiés : nous pouvons aisément respecter la distanciation sociale ! Nous utilisons aussi du gel hydroalcoolique après chaque utilisation de l’imprimante. Une fois par semaine, nous avons une importante visioconférence avec tous les juristes pour faire un point et maintenir un lien avec les équipes. Sinon, nous travaillons avec le logiciel Adwin dont nous sommes très satisfaits.

Impact de la crise sur l’activité. Ces dernières semaines, nous avons eu beaucoup de dossiers à traiter. Un grand nombre d’entreprises ont réévalué leur contrat de propriété intellectuelle et je pense que les clients ont plus le temps de réfléchir à leurs besoins en cette période de crise. Nous fonctionnons à plein régime. Nous ne sommes donc pas les plus à plaindre. »

Olivier Bonneau, associé, Rivière/Avocats/Associés

"Nous avons dû définir avec ma compagne un équilibre quotidien pour la garde de notre petite fille"

Confinement. « Je travaille chez moi. J’ai quotidiennement de nombreuses conférences téléphoniques ou des visioconférences avec les clients. Je n’abandonne donc pas la chemise et la veste, mais seulement la cravate ! L’équipe s'organise quasi naturellement pour traiter les dossiers et assister au mieux nos clients. Nous projetons souvent nos travaux écrits à l’écran. Les journées sont très « timées ». Sur le plan familial, nous avons dû définir avec ma compagne (également avocate) un équilibre quotidien pour la garde de notre fille de bientôt 2 ans.

Impact de la crise sur l’activité. L’activité du département de droit public immobilier & énergies que je dirige étant principalement tournée vers les collectivités territoriales et les professionnels de l’immobilier/énergie sur des projets de long terme, la période actuelle les incite à nous solliciter pour interpréter les textes récents qui ont de fortes incidences sur leur pratique quotidienne.  Nous avons tenu à offrir très vite un  « guide pratique »  largement publié et relayé sur les réseaux sociaux sur le sujet très précis des permis de construire. S’agissant du contentieux, notre activité est certes réduite sans audiences, mais n’est pas paralysée grâce au principe de l’instruction écrite et dématérialisée devant les juridictions administratives. Personne ne peut prédire l’incidence réelle de cette crise, mais j’ai l’intime conviction que notre vieux cabinet (bientôt 100 ans) privilégierait la qualité du service apporté aux clients plutôt que l’optimisation de la rémunération de ses associés... »

Jean-Marc Valot, associé fondateur, BG2V Avocats Associés

"Les ajustements se feront d’abord sur la rémunération des associés"

Confinement. « Nous venions de rééquiper en ordinateurs portables tous les membres du cabinet, à l’occasion de notre récent emménagement et de notre passage en flex office. Cela facilite beaucoup le télétravail. Nous échangeons chaque jour par visioconférence avec mes collaborateurs et associés, ainsi qu’avec certains clients, via Teams ou Zoom. Les collaborateurs se sont vite habitués à ce mode d’exercice. Certains ont emporté un deuxième écran en plus de l’ordinateur portable pour être mieux installés. Les clients sont également confinés, ce qui donne une impression de proximité un peu particulière. Il me semble qu’ils apprécient d’autant plus notre implication.

Impact de la crise sur l’activité. Nous traitons des dossiers de conseils, ainsi que des procédures contentieuses fiscales car elles sont écrites. En revanche, les contrôles sur place sont suspendus. À court terme, notre activité se maintient. Néanmoins, les ajustements se feront d’abord sur la rémunération des associés et les fournisseurs qui ne sont absolument pas nécessaires. »

Catherine Saint Geniest, co-managing partner, Jeantet

"Nous avons organisé de façon virtuelle « le pot des juristes »"

Confinement. « Dans le cadre de notre déménagement début février 2020, nous avions investi en équipant les collaborateurs d’ordinateurs portables et en encourageant leur mobilité. Nous utilisions déjà les outils de visioconférence et avions fortement encouragé le paper less. Depuis le confinement, nous restons en contact très régulièrement avec les équipes et aussi plus globalement avec l’ensemble des membres du cabinet. Ainsi, le 21 avril, nous avons organisé de façon virtuelle le « pot des juristes » qui regroupe l’ensemble des avocats du cabinet. Nous insistons pour que les calls d’équipe soient en visioconférence, ce contact visuel est important.

Impact de la crise sur l’activité. Nous avons été très sollicités par nos clients sur les conséquences du Covid-19 et l’analyse des nouveaux textes (pas moins de 42 ordonnances entre mars et avril 2020 !). Nous leur devons d’être immédiatement opérationnels sur les nouvelles mesures. Ce service d’information, d’analyse des textes, de suggestion de mesures à prendre est d’abord rendu sous forme de newsletters, de webinar, d’interviews. Le sur-mesure facturable se fait ensuite, mais ce n’est pas la première intention. Bien sûr, l’impact est significatif et le sera encore durant de nombreux mois. Les associés ont les premiers, dès le mois de mars, pris les mesures de prudence appropriées en réduisant les versements à leur profit de façon significative : c’est leur rôle. Nous n’envisageons pas à ce stade de réduire notre force de travail : nous devons rester mobilisés et nous serrer les coudes. »

Aurélien Martin, associé fondateur, CSAM Associés 

"Je travaille aussi le soir quand l’appartement familial retrouve son calme"

Confinement. « Travailler de mon domicile ne m’a jamais posé de difficultés, mais je dois dorénavant cohabiter avec mes deux garçons de 3 et 6 ans, qui suivent par ailleurs leurs propres programmes scolaires, et mon épouse qui a également besoin de plages de télétravail. Nous avons donc fixé un planning pour pouvoir travailler à tour de rôle. Je me rends à mon bureau parisien de temps à autre, notamment pour relever le courrier, assister à des visioconférences ou récupérer et déposer certains dossiers. Je travaille aussi le soir quand l’appartement familial retrouve son calme.

Impact de la crise sur l’activité. N’ayant aucune activité plaidante, on a pu continuer à traiter les dossiers de conseil du cabinet. Après avoir constaté un léger flottement chez nos clients (des entreprises) lié à la mise en place du télétravail, l’activité a repris assez rapidement, mais à un rythme moins soutenu. Il est important pour nous de rassurer nos clients sur notre disponibilité. Nous avons d’ores et déjà pu mesurer un impact sur le cabinet, à travers une baisse de 25 %  à 30 % du chiffre d’affaires attendu pour la période du 15 au 31 mars, et depuis le 1er avril. Disposant néanmoins d’une trésorerie constituée en 2019, nous espérons l’absorber sans avoir besoin de recourir aux différents dispositifs d’aide. La rémunération des associés sera, bien entendu, amenée à baisser en fonction du chiffre réalisé. »

Claude Rigoreau, associé gérant, Clairance Avocats

"Je me lève plus tôt, vers 5h, 5h30 pour avoir trois bonnes heures de calme absolu"

Confinement. « Si les locaux du cabinet sont à Paris, j’habite, pour ma part, à La Rochelle. Je pratique donc le télétravail depuis longtemps. Avec le confinement, il a fallu, comme tout le monde, s’adapter et s’organiser pour cohabiter avec toute la famille et continuer à exercer son activité professionnelle. Je me lève ainsi plus tôt, vers 5h, 5h30 pour avoir trois bonnes heures de calme absolu. Ces moments de réflexion sont moins possibles en journée. Je me tiens donc à ce planning matinal. 

Impact de la crise sur l’activité. Pour la partie judiciaire, avec les tribunaux qui fonctionnent au ralenti, le traitement des dossiers prend du retard et certains clients expriment leur inquiétude quant à la reprise des procédures. Financièrement, notre trésorerie nous permet d’appréhender les mois à venir avec une certaine sérénité. Avant de diminuer les salaires, nous essayerons de trouver des sources d’économie de budget, par exemple changer de locaux à Paris. Nous aviserons en temps voulu. »

Alexandre Gadot, associé gérant, DBG Legal

"Nous avions le droit d’être surpris, mais le devoir d’être prêts"

Confinement. « À cinq dans l’appartement dont trois enfants de 7, 9 et 12 ans, une organisation irréprochable et beaucoup de souplesse sont nécessaires ! Chacun a son espace de travail : ma femme et moi avons organisé deux bureaux. La journée des enfants est rythmée avec les devoirs et 2x30 minutes de sortie dans la cour de l’immeuble. Nous avons établi un planning avec les voisins pour que chaque enfant puisse en profiter, sans croiser les autres. Maintenir un équilibre est vital et le travail en fait bien évidemment partie. Nous sommes très à l’écoute de nos collaborateurs et faisons aussi preuve de souplesse pour franchir, ensemble, cette période particulière.

Impact de la crise sur l’activité. L’absence de déplacements permet de réaliser un travail de fond important. Nous avons relevé que l’activité commence à reprendre. Nous sommes passés de quelques mails reçus, par jour, au tout début du confinement à environ un tiers aujourd'hui des mails que nous recevons habituellement. Nous échangeons régulièrement avec les juridictions ainsi qu’avec les experts judiciaires pour ceux qui se sont d’ores et déjà adaptés aux systèmes de visio-conférences. Le service public de la justice n’a pas les moyens d’être prêt à affronter une telle crise, qui impliquera une plus grande dématérialisation pour les procédures et les expertises judiciaires. Cela se répercutera positivement sur les délais et coûts de gestion des dossiers. Nous sommes sereins car nous avions engagé une dématérialisation quasi totale il y a cinq ans, avec la possibilité de travailler à distance pour tous les avocats du cabinet. Nous avions le droit d’être surpris, mais nous avions aussi le devoir d’être prêts, vis-à-vis de nos clients ».

Propos recueillis par Séverine Tavennec

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Avocats d'affaires et coronavirus : les armes contre la crise

S'engager dans la lutte • Surmonter les difficultés • Tirer les enseignements • Préparer l'avenir
Sommaire Les craintes du CNB pour la profession d'avocat La digitalisation comme moyen de survie Rester aux commandes de son cabinet Comment communiquer en période de crise ? La rémunération des associés, première variable d’ajustement La solidité financière des cabinets, garantie de leur avenir Les avocats privés de palais Ces avocats spécialistes du contentieux qui ne chôment pas Quand la crise rebat les cartes des practices
Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

Chemarin & Limbour promeut en contentieux commercial

L’enseigne parisienne Chemarin & Limbour coopte Valentine Foucher-Créteau au rang d’associée au sein de son équipe chargée des contentieux d’affai...

Notariat : le groupe Cheuvreux ouvre une étude à Rennes

Notariat : le groupe Cheuvreux ouvre une étude à Rennes

Le groupe Cheuvreux annonce son implantation dans la région Bretagne, à Rennes, ainsi que la nomination de Gary Contin en qualité de notaire associé a...

A. Oden (CFGP) : "La symbiose de personnalités féminines et masculines est fondamentale dans ce métier "

A. Oden (CFGP) : "La symbiose de personnalités féminines et masculines est fondamentale dans ce méti...

L'augmentation du pouvoir économique des femmes a été considérable ces dernières années. Elles sont de plus en plus influentes en matière d’économie e...

P. Gloser (Sianne Patrimoine) : "Chacun a indéniablement sa place dans ce métier"

P. Gloser (Sianne Patrimoine) : "Chacun a indéniablement sa place dans ce métier"

L'augmentation du pouvoir économique des femmes a été considérable ces dernières années. Elles sont de plus en plus influentes en matière d’économie e...

S. de Nadaillac (Lazard Frères Gestion) : "Les méthodes traditionnelles "dans le dur" fonctionnent toujours."

S. de Nadaillac (Lazard Frères Gestion) : "Les méthodes traditionnelles "dans le dur" fonctionnent t...

Dans un marché de la gestion de patrimoine où l’information est devenue pléthorique et facilement accessible, découvrez comment les banques privées on...

Pledg annonce son partenariat avec manager.one

Pledg annonce son partenariat avec manager.one

Spécialiste du « Buy Now Pay Later », la fintech Pledg s’est imposée en offrant aux marchands la possibilité de proposer un paiement différé à leurs c...

Racine développe sa pratique private equity

Racine développe sa pratique private equity

Anciennement avocats chez Ayache, Marie Pouget et Mathieu Maroun rejoignent la pratique corporate M&A de Racine. La nouvelle associée et le nouvea...

LMT Avocats compte un nouvel of counsel

LMT Avocats compte un nouvel of counsel

Cyril Croix rejoint le pôle construction de LMT Avocats en qualité d’of counsel.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte