Jorik Van Den Bos (Kempen Capital Management) : « Notre politique consiste à investir dans des entreprises ayant un rendement su

Spécialiste de la thématique des dividendes, Jorik Van Den Bos, responsable de l’équipe actions à dividende élevé chez Kempen Capital Management, la branche de gestion d’actifs de la banque privée Van Lanschot Kempen, revient sur l’activité de ses équipes.

© DR

Spécialiste de la thématique des dividendes, Jorik Van Den Bos, responsable de l’équipe actions à dividende élevé chez Kempen Capital Management, la branche de gestion d’actifs de la banque privée Van Lanschot Kempen, revient sur l’activité de ses équipes.

Décideurs. Pourquoi Kempen Capital Management a-t-elle choisi de se spécialiser sur le terrain des dividendes à haut rendement ?

Jorik Van Den Bos. Notre équipe, constituée de six personnes, travaille ensemble depuis 2000.  Ainsi nous possédons un long track record. Chez ING Investment Management - actuellement NN Investment Partners - dès 2000, j’ai commencé à mettre en place une stratégie portée sur les dividendes. Ce n’était pas la période idéale, au regard de conditions de marché défavorables. Mais notre approche était différente du marché, et peu d’investisseurs accordaient du crédit à la pérennité de notre stratégie. À partir de 2003, le marché a évolué de manière positive, et nous avons fait mieux que le benchmark. Ensuite, les choses se sont accélérées. Nos track records étant devenus excellents, les investisseurs se sont tournés vers notre stratégie. Ainsi, les 100 millions que nous gérions en 2000 sont devenus 5 milliards en 2005. C’était un succès considérable en termes de performance pour ING. Avec nos deux collègues, nous avons rejoint Kempen, car notre approche était orientée vers les entreprises à capitalisation boursière moyenne. Kempen considérait qu’une bonne stratégie était d’avoir avoir une capacité maximale limitée, ce qui constituait un préalable important pour nous . Modèle auquel nous adhérions totalement. 

Qu’est-ce qui vous différencie de vos concurrents ?  

Peu d’équipes en ce secteur travaillent ensemble depuis aussi longtemps que la nôtre. Les fonds Kempen (Lux) Global High Dividend Fund et Kempen (Lux) European High Dividend Fund ont un track record d’une douzaine d’années. En conséquence, notre long track record, constitue une véritable force. De plus, notre approche égalitaire nous différencie. Pour le fonds global nous avons une centaine de noms et un taux de défaut de 1 %. Notre capacité à comprendre les fondamentaux d’une entreprise nous permet de constituer un portefeuille diversifié.

Quelles sont les différences entre le fonds global et le fonds européen ?

Global Funds possède une centaine de noms, alors que le fonds européen n’en comprend qu’une cinquantaine. Ce dernier est plus concentré, est composé uniquement d’actions. Notre politique consiste à n’avoir que des actions à dividendes élevés. Nous sélectionnons les entreprises qui maintiennent une rigoureuse gestion de leur capital parmi les nombreuses sociétés distribuant des dividendes élevés chaque année. Pour un fonds global, chaque entreprise de notre portefeuille doit avoir un rendement du dividende estimé supérieur à 3 % pour les douze prochains mois. Le produit européen est identique, cependant le seuil de déclenchement est fixé à 2,5 %. Si le rendement du dividende tombe en dessous de ces seuils, la position sera vendue. Cette différence s’explique par notre volonté de diversifier le fonds européen, et d’éviter d’avoir un portefeuille uniquement composé de valeur financières et d’immobilier.

Pourquoi avoir une politique aussi stricte ?

Ce seuil de rendement de dividende de 3 % minimum - ou de 2,5 % pour la stratégie européenne - est mis en place afin d’éluder les titres qui seraient trop chers. En moyenne, le rendement des titres de nos portefeuilles se situe autour de 5 %.

Quelles entreprises répondent à vos critères ?

Lorsque l’on s’intéresse à une entreprise, nous étudions trois paramètres. Tout d’abord, une donnée déterminante concerne la stabilité des dividendes de la société. Notre politique consistant à investir dans des entreprises ayant un rendement supérieur à 3 %, est mise en place afin d’obtenir des dividendes sur le long-terme, et pas uniquement la première année. La stabilité du dividende peut sembler être une question relativement simple, mais en pratique elle dissimule d’autres interrogations plus fondamentales concernent, par exemple, la stabilité du cashflow. La stabilité des actions à dividendes élevés permet également de mieux comprendre les grands fondamentaux de l’entreprise dans laquelle on souhaite investir. Ensuite nous étudions la valorisation. Cette donnée a pris de l’importance au cours des cinq dernières années. Pour ce faire, nous avons développé notre propre modèle d’évaluation. Cela nous distingue de nos concurrents. Enfin, nous considérons l’allocation du capital. En effet, les entreprises sur lesquelles nous nous concentrons font du profit ainsi que du dividende, mais nous ne voulons pas que les sociétés allouent le capital de manière inefficace . Il est important pour Kempen d’avoir connaissance de l’utilisation faite du free cashflow, si elles l’utilisent pour payer leur dette, chose que nous apprécions. Ou au contraire s’il est utilisé pour des acquisitions très coûteuses, chose qui doit être évalués avec un certain recul. Nous nous engageons auprès des sociétés dans lesquelles nous investissons pour comprendre leur stratégie , leur manière de penser, et l’importance qu’elles accordent au long terme dans leur investissement.

Propos recueillis par Yacine Kadri

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gestion d'actifs 2019

La rédaction de Décideurs Magazine a sélectionné les leaders du secteur de la gestion d'actifs. Retrouvez les interviews de ceux qui font le marché ainsi que nos classements exclusifs.
Sommaire C. Kolb (Sycomore AM) : Zoom sur une démarche d’investisseur responsable Isabelle Cabie (Candriam) : « La gouvernance est un indicateur précurseur qu'une entreprise va pouvoir gérer des défis ESG » Sébastien Barbe (Arkéa IS) : « Il est nécessaire d’adopter une posture plus pédagogique vis-à-vis de la sphère retail » Ph. Sarica (SF2) : « La gestion active reste une source de performance importante. » Jean-François Boulier (AF2i) : « Une tendance se précise vis-à-vis des asset managers » Olivier Roumélian (Artésia) « La profession des CGP devra connaître une évolution dans son organisation » Frédérick Lacroix (Clifford Chance) « On devrait assister à une consolidation du marché européen » Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable » G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »
Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

Carbone Savoie, retour sur un retournement exemplaire

La reprise de Carbone Savoie par Tokai Carbon coche toutes les cases du retournement idéal : financier et réputationnel pour Alandia Industries; socia...

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

M. Boché-Robinet : "Les WiR, c’est un réseau, des savoirs, de la convivialité, de bons moments"

L’association des WiR (Women in Restructuring) est une jeune association, créée en 2018. Elle connaît un développement rapide et compte aujourd’hui pr...

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre capacité à innover"

D. Caramalli (Clifford Chance): "Le monde d'avant est révolu et celui de demain dépendra de notre ca...

Toute entreprise qui rencontre des difficultés bénéficie autour d’elle de divers acteurs pour lui venir en aide. Delphine Caramalli, associée de Cliff...

N.Guffroy (Grain de Malice) :  "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe bien"

N.Guffroy (Grain de Malice) : "À partir du moment où les salariés sont remobilisés, tout se passe b...

Comme beaucoup d’entreprises du retail, l’entreprise de prêt-à-porter Grain de Malice affronte une forte concurrence et un avenir bien incertain pour...

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Nicolas Bouzou (Asterès) : "Économiquement, la France fait ce qu’il faut”

Alors que la crise sanitaire se prolonge, comment juger les mesures économiques et budgétaires mises en œuvre pour tenter de circonscrire ses effets ?...

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Jean-Pierre Mustier, le directeur général d’UniCredit démissionne

Après quatre ans passés à la tête de la banque italienne UniCredit, qu’il a redressé d’une main de maître, le français Jean-Pierre Mustier met fin à s...

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

C. Bertholet (DGE) : "Avec la crise, nous devenons un guichet de recours"

Même si la vague de défaillances attendue en 2020 n’a pas eu lieu, les conséquences de la pandémie sur l’économie française ne sont pas négligeables....

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

FDJ, Loxam et Dassault Systèmes récompensés pour la 20e édition du Prix du club des Trente

Jeudi 26 novembre étaient décernés les prix pour les meilleures opérations financières 2019 par le Club des Trente. Cette année, ce sont la Française...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte