JF. Bohnert (PNF) : "Notre intervention ne doit pas s’apparenter à une double sanction"

Quelle est la vision de la justice de Jean-François Bohnert qui, depuis octobre 2019, est à la tête du Parquet national financier (PNF) ? Réponse dans une interview réalisée lors de la prise de fonction de l’ancien procureur général de Reims. Elle permet de mieux comprendre le procès Sarkozy qui fait la Une de l’actualité depuis quelques jours.

© Tribunal judiciaire de Paris

Jean-François Bohnert, Procureur de la République financier.

Quelle est la vision de la justice de Jean-François Bohnert qui, depuis octobre 2019, est à la tête du Parquet national financier (PNF) ? Réponse dans une interview réalisée lors de la prise de fonction de l’ancien procureur général de Reims. Elle permet de mieux comprendre le procès Sarkozy qui fait la Une de l’actualité depuis quelques jours.

Décideurs juridiques. La délégation de pouvoir permet-elle au dirigeant d’échapper à sa responsabilité pénale ? 

Jean-François Bohnert. C’est du cas par cas. Tout dépend des conditions dans lesquelles la délégation de pouvoir a été donnée. Nous vérifions si elle a été établie au niveau approprié ou s’il y a une zone grise qu’il faut apprécier. Ce sera alors la charge du parquetier et, in fine, du tribunal qui tranchera sachant que la jurisprudence de la chambre criminelle met l’accent sur la capacité du délégataire et les moyens dont il dispose pour exercer cette mission.

Les règles de transmission de l’AMF au Parquet des dossiers de poursuite des personnes morales sont-elles identiques à celles s’appliquant aux dossiers de poursuite des personnes physiques ? Sur quels types de dossiers discutez-vous de cet arbitrage ?

Il apparaît que c’est à l’occasion de mécanismes appelés "aiguillages" que sont évoqués deux éléments. D’une part, la gravité des faits, au sens de l’évaluation de leurs répercussions sur le marché et sur la crédibilité de la place financière parisienne. Pour cela, nous prenons en compte les éléments de personnalités : notoriété publique, une éventuelle récidive… Cela constitue un faisceau d’éléments qui doivent être convergents pour faire basculer le dossier en direction de la justice, sans quoi nous laissons la main à l’AMF qui bénéficie de ses propres outils, avec la particularité que, et c’est le deuxième élément, le régulateur est un peu moins armé pour enquêter. En d’autres termes, si le dossier nécessite de recourir aux forces de police (rapporter la preuve de l’étranger par exemple), le dossier nous sera confié.

Justement, depuis que le PNF est compétent pour connaître de plus importantes fraudes fiscales, comment savoir quand un dossier est de votre ressort ?

Il nous appartient de redéfinir notre politique pénale, c’est-à-dire de définir des seuils (financiers notamment) d’intervention du PNF dans la mesure où nous ne pourrons pas poursuivre tous les cas de fraude fiscale au pénal. En effet, il ne faut pas que notre intervention s’apparente à une double sanction, ce qui peut être le cas lorsque la personne a déjà versé une importante somme d’argent au titre du redressement fiscal.

"Nous ne pouvons pas jouer sur les deux tableaux : la négociation et la poursuite." 

En cas de triche ou d’escroquerie en revanche, c’est autre chose. Le verrou de Bercy, qui a été assoupli, nous a conduits à analyser plus de saisines qu’avant. Nous allons donc mettre en place une grille de lecture en ce début d’année pour déterminer notre champ d’intervention.

En matière de justice négociée, un dirigeant poursuivi pénalement peut-il représenter sa société lors des discussions avec le parquet en vue de la signature d’une CJIP ?

À ma connaissance, sur les cinq CJIP déjà homologuées, la question ne s’était pas posée. Mais si cela arrivait, il faudrait une dissociation entre le représentant en justice de la société et le dirigeant poursuivi, un peu comme lors d’une CRPC. Dans tous les cas, il appartient à la société de désigner les personnes qui la représentent. Dans la première CJIP, concernant la banque HSBC, la voie de la CRPC a été choisie par l’un de ses dirigeants faisant l’objet d’une enquête distincte et à titre personnel.

En cas d’échec de la CJIP, les éléments de preuve discutés avec le parquet peuvent-ils se retourner contre le dirigeant ?

Je crois beaucoup aux rapports de loyauté essentiels avec les avocats qui savent que nous avons une obligation de confidentialité. Nous ne pouvons pas jouer sur les deux tableaux : la négociation et la poursuite. Si les négociations échouent, personne ne pourra en faire état à l’audience. Il en est de même lorsqu’une CRPC échoue.

L’extension de la CJIP aux personnes ­physiques est-elle souhaitable ?

Personnellement, j’y suis favorable. J’étais pourtant moi-même dubitatif lors de l’entrée en vigueur en droit français de la CRPC puisque le "plaider coupable" est conceptuellement éloigné de notre culture juridique du litige tranché par un juge, mais je dois admettre que la racine a bien pris. J’en suis témoin pour l’avoir pratiquée moi-même en juridiction ! La négociation est un moment privilégié où il est possible de faire passer des messages dont certains sont inaudibles en audience publique.

Propos recueillis par Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Compliance-Fraudes-Investigations 2020

Retrouvez notre dossier issu du Guide-annuaire Compliance-Fraudes-Investigations 2020
Sommaire

retrouvez l'intégralité du dossier Responsabilité pénale du dirigeant : anticiper, négocier, se défendre

Lorsque des faits de fraude financière, fiscale ou de corruption sont découverts, l'entreprise est sous le coup d'une menace de condamnation pénale. Les dirigeants ne sont pas pour autant épargnés, comme le rappelle les toutes récentes condamnations dans le dossier France Télécom. Procureurs et avocats confient ensemble les clés de l'anticipation, les éventuelles hypothèses de négociation et les éléments de défense pour les patrons, quelques soit leur niveau de responsabilité.
Sommaire Le dirigeant délaissé de la justice négociée Délégation de pouvoirs : le risque d'un effet boomerang ? Le compliance officer, intouchable ? Se préparer à un interrogatoire : le coaching de dirigeants Responsabilité pénale des dirigeants en France : l'influence du modèle américain
Procès Sarkozy. Jean-François Bohnert, un "humaniste" à la tête du PNF

Procès Sarkozy. Jean-François Bohnert, un "humaniste" à la tête du PNF

Procureur de la République financier, Jean-François Bohnert figure parmi les personnalités incontournables du droit à retrouver dans notre dossier "Co...

L’animal, un sujet juridique pas comme les autres

L’animal, un sujet juridique pas comme les autres

À l'heure où l’interdiction de la corrida ou des combats de coqs revient au centre des considérations législatives, le débat autour de la création d'u...

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Laurent Gbagbo, Alexandre Benalla, Patrick de Maistre, Jean-Marie Messier, Nicolas Hulot, Charles Pasqua… Jacqueline Laffont est habituée aux procès m...

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

Édito. Vers de nouveaux clivages

Édito. Vers de nouveaux clivages

La fracture entre droite et gauche semble plus vivace que jamais. Mais les questions sociales sont remplacées par des débats sociétaux tels que le bio...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Partir de rien et atteindre le sommet à toute vitesse. Le parcours du président de la République comporte quelques similitudes avec celui des rois de...

Manifestations en Russie. Et après ?

Manifestations en Russie. Et après ?

Les cortèges de ce début d’année 2021 auraient pu ébranler le régime russe. Il n’en a rien été. Le pouvoir a noyé dans l’œuf la contestation en manian...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte