Jean-Philippe Olgiati (Blackrock) : « La création de valeur est notre premier métier »

Jean-Philippe Olgiati (Blackrock) : « La création de valeur est notre premier métier »

Blackrock Real Estate est de retour sur le marché de l’investissement en France. Entretien avec son directeur.

Décideurs. Blackrock Real Estate fait son grand retour en France, avec l’acquisition de l’Îlot des mariniers. Que dit cette opération de votre stratégie d’investissement ?
Jean-Philippe Olgiati.
L’acquisition de l’Îlot des mariniers marque effectivement le retour de Blackrock Real Estate sur le marché de l’investissement français. La France est l’un des quatre marchés clé en Europe pour déployer notre stratégie d’investissement, avec le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Pologne. Dans chacun de ces pays,des équipes implantées localement sourcent des opérations, achètent, gèrent et vendent au mieux nos actifs pour le compte de nos investisseurs internationaux. En France, nous avons une équipe de six personnes présente depuis 2006. Elle a déjà réalisé un certain nombre d’opérations value-added. La création de valeur est le premier métier de Blackrock Real Estate. Tous nos fonds à investir en Europe continentale se positionnent entre le core+ et le value-added.

Décideurs. Et quelle est votre stratégie sur l’Îlot des mariniers ?
J.-P. O.
Cet actif correspond parfaitement à la stratégie que nous développons, à savoir nous positionner sur des actifs prime, bien desservis, sur lesquels nous pouvons créer de la valeur. Notre projet de restructuration vise à repositionner cet actif pour qu’il corresponde aux besoins des utilisateurs, ce que nous connaissons très bien. Cet ensemble intégrera tous les services que les locataires attendent aujourd’hui d’un immeuble : un restaurant d’entreprise, des services de conciergerie, des parkings en sous-sol, tout en respectant les normes environnementales.

Décideurs. Paris est un marché très compétitif à l’investissement. Qu’est-ce qui a fait la différence ?
J.-P. O.
Notre capacité à aller sur des opérations à valeur ajoutée. Nous l’avons prouvé avec le Madeleine, qui nous a permis de participer à la revalorisation économique et sociale du boulevard de la Madeleine. C’est notre ADN. Nous nous sommes positionnés sur cet actif en 2009, une période difficile où personne n’y croyait. Cela nous a permis d’asseoir notre crédibilité sur le marché. Les vendeurs veulent des acheteurs qui peuvent aller jusqu’au bout de leurs opérations, en étant notamment accompagnés de partenaires financiers. Pour l’Îlot des mariniers, Crédit agricole corporate & investment bank et BNP Paribas nous financent à hauteur de 60 %.

Décideurs. Quels volumes d’investissement visez-vous en France ?
J.-P. O.
Un portefeuille compris entre 800 millions et un milliard d’euros d’actifs nous positionnerait comme l’un des grands acteurs du marché immobilier en France et c’est ce que nous souhaitons. Nous avons la capacité d’investir notre equity en mandats séparés ou discrétionnaires et, même si le marché est très compétitif, il recèle de nombreuses opportunités comme l’opération de l’Îlot des mariniers l’a montré. Nous souhaitons reconstruire notre portefeuille avec des actifs de bureau et de commerce situés en Île-de-France, à Paris et première couronne. Nous regardons aussi quelques opérations en région, à Marseille notamment, mais ce sera plus ponctuel.

Décideurs. Pourquoi Paris et sa première couronne ?
J.-P. O.
Pour la liquidité. Dans une stratégie value-added, c’est la sortie de l’actif qui nous importe, c’est notre priorité. C’est pour cela que nous visons plutôt Paris et première couronne, où se trouvent des actifs de taille et liquides.

Propos recueillis par Sophie Da Costa

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Le fabricant haut-savoyard de connecteurs Nicomatic est un exemple concret d'entreprise libérée en France. Olivier Nicollin, actuel PDG de cette entre...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message