Jean Peyrelevade : « Nos difficultés sont liées à notre mode de dialogue social »

Dans son livre Changer ou disparaître, l’ancien président du Crédit lyonnais remet en cause le dialogue social made in France. Selon lui, il serait l’une des principales causes de notre manque de compétitivité sur la scène internationale. Imprégnée par la lutte des classes, notre vision de l’entreprise empêche sa modernisation. Pour inverser la tendance, Jean Peyrelevade plaide pour un partage du pouvoir. Mais patronat et syndicats ne semblent pas encore prêts.

Dans son livre Changer ou disparaître, l’ancien président du Crédit lyonnais remet en cause le dialogue social made in France. Selon lui, il serait l’une des principales causes de notre manque de compétitivité sur la scène internationale. Imprégnée par la lutte des classes, notre vision de l’entreprise empêche sa modernisation. Pour inverser la tendance, Jean Peyrelevade plaide pour un partage du pouvoir. Mais patronat et syndicats ne semblent pas encore prêts.

Décideurs. Alors que les entreprises du CAC 40 viennent de réaliser une année record, le titre de votre dernier livre n’est-il pas un peu provocateur ?

Jean Peyrelevade. Malheureusement non. Les performances des grandes entreprises françaises ne sont en rien un indicateur pertinent pour savoir si notre économie se porte bien. Les sociétés du CAC 40 sont avant tout des groupes internationaux qui réalisent 75 % de leur chiffre d’affaires en dehors de nos frontières. C’est l’arbre qui cache la forêt. Quand nous regardons les secteurs exposés à la concurrence internationale, nous nous rendons compte que la France affiche un manque flagrant de compétitivité. Résultat, la balance commerciale bat des records de déficit année après année. Avec un taux de chômage proche de 10 % et une dépense publique de 57 % du PIB, nous ne pouvons plus tolérer cette situation. Si rien n’est fait, d’ici quinze ou vingt ans, nous serons la nouvelle Grèce de l’Europe.

 

Comment expliquez-vous la mauvaise santé de l’économie française ?

De mon point de vue, ces difficultés sont directement liées à notre mode de dialogue social qui tient pour acquis que le pouvoir ne se partage pas. Depuis 1789, il est descendant et vertical. Ce n’est pas un hasard si deux des points clés de notre Constitution sont le droit à la propriété et le droit de grève. Si je ne peux pas discuter, je peux aux moins faire grève pour montrer mon mécontentement. Résultat, dans tous les jeux de pouvoir, il y a en France une attitude conflictuelle entre le dirigeant et le dirigé. Nous retrouvons ce constat aussi bien dans le monde de l’entreprise que dans la sphère publique.

 

En quoi, cela impacte-t-il la performance des entreprises ?

La nature conflictuelle de la relation fait que le profit est nécessairement suspect. La marge brute des entreprises françaises s’élève en moyenne à 30 %, contre 40 % au niveau européen.  Cela a bien sûr un impact direct sur les investissements et le développement économique de notre pays.

 

« Si rien n’est fait, d’ici quinze ou vingt ans, nous serons la nouvelle Grèce de l’Europe »

 

Vous plaidez pour que les employés soient mieux intégrés à la prise de décisions. Y a-t-il des sociétés en avance sur ce point ?

Non. Pour le moment, il s’agit dans le meilleur des cas d’une démarche de communication. Aucun dirigeant n’a franchi le Rubicon en partageant son pouvoir avec ses salariés. Mais le patronat n’est pas le seul coupable. Les syndicats ont eux aussi leur part de responsabilité. Ils n’existent qu’en ayant une attitude contestataire. Pour le moment, je ne vois que la CFDT qui soit demandeuse de discuter d’un exercice collectif du pouvoir. Celui qui sort finalement gagnant de ce conflit, c’est l’État car il finit bien souvent par avoir le dernier mot dans ces marchandages.

 

Le plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte) va-t-il dans ce sens ?

Ce n’est clairement pas suffisant. Le projet est creux : le gouvernement se contente de repeindre le salon du dernier étage sans se soucier des fondations. Tant que le capital et le travail ne pourront pas fonctionner ensemble, l’économie française ne pourra pas rebondir.

 

 

Le gouvernement avait jusqu’ici réussi à éviter les conflits sociaux. Selon vous, peut-il sortir gagnant de celui engagé sur la réforme de la SNCF ?

Difficile à dire. Mais une chose est sûre, le gouvernement s’y est mal pris en voulant imposer des réformes venues du sommet de l’Olympe sans aucun dialogue préalable. L’ouverture prônée par le gouvernement arrive trop tard. Le mal est déjà fait. La guerre n’est jamais un terreau fertile. Peu importe qui finira par avoir le dernier mot. Chaque camp comptera ses morts et ses blessés.

 

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte