Jean-Marie Paluel-Marmont (AFFO) : «Un certain nombre de structures s’arrogent le titre de family of

Le président de l'Association française du family office (AFFO) livre sa vision du métier et revient sur le mode de rémunération sujet à de nombreux questionnements.

Le président de l'Association française du family office (AFFO) livre sa vision du métier et revient sur le mode de rémunération sujet à de nombreux questionnements.

Décideurs. Quelle est votre définition du family office ?
Jean-Marie Paluel-Marmont.
Un family office est une organisation qui produit des conseils, souvent patrimoniaux, et met en œuvre la stratégie établie dans une optique de long terme, pour le bien et l’harmonie des familles. Pour autant, ce métier est aujourd’hui très varié et protéiforme, à tel point qu’il n’existe pas, à ce jour, de définition juridique de la notion de family office.
En pratique, la majorité des family offices conseillent des familles entrepreneuriales pouvant être confrontées à deux types de problématiques. D’une part, celles liée à un besoin de diversification de leur patrimoine, ce dernier étant dans la majorité des cas quasi exclusivement composé de leur société d’exploitation. Cette diversification est d’autant plus importante que ces familles ont également un rôle d’actionnaire à jouer et doivent donc disposer des réserves suffisantes pour supporter le développement de l’entreprise. Cette obligation actionnariale implique, en conséquence, un choix judicieux des actifs et des gérants ainsi qu’une consolidation des comptes, un contrôle des risques et un reporting précis. D’autre part, il y a les familles qui sont confrontées à des questions de gouvernance et de transmission aux générations futures. Ici, le family office intervient en tant que conseil en matière de gouvernance, de formation des jeunes générations et de médiation en cas de difficulté.

Décideurs. Serait-il souhaitable que le législateur apporte une définition légale au family office ?
J.-M. P.-M.
Je ne le pense pas. Le family office est un métier multiforme puisqu’il existe des « multi family offices », certains indépendants et d’autres bancaires, et des « singles family offices » qui n’agissent que pour une famille. Les multi-indépendants sont à minima CIF (conseiller en investissement financier) ou CGPI (conseiller en gestion de patrimoine indépendant). Les single family offices échappent, quant à eux à toute réglementation puisqu’ils sont salariés directs des familles. Récemment, le Luxembourg a donné un statut juridique au family office mais a dans le même temps ouvert ce statut aux cabinets d’avocats. Cette absence de définition légale implique cependant un risque : un certain nombre de structures s’arrogent le titre de family office sans être dans la logique d’offres multiservices à long terme ou de transparence qu’exigent le métier. Pour notre part, nous préférons remplacer un statut juridique par une charte que signent tous les adhérents de l’AFFO, leur demandant de respecter un certain nombre de bonnes pratiques quant à la rémunération et à la transparence.

Décideurs. Honoraires vs rétrocessions de commissions, quelle rémunération doit adopter un family office ?
J.-M. P.-M.
Dans la charte de l’AFFO, la transparence de la rémunération est un sujet extrêmement important. Être payé en honoraires est évidement mieux perçu par notre association. Percevoir une partie de sa rémunération sous la forme de rétrocessions est toutefois acceptable à deux conditions : que ce ne soit pas la majorité des revenus et qu'elles soient notifiées au client final. En définitif, ce qui est important, c’est de rendre les prestations et leurs rémunérations transparentes. C’est l’engagement que nous exigeons de nos adhérents.

Décideurs. N’existe-t-il pas de conflit d’intérêts pour les family offices bancaires ?
J.-M. P.-M.
Bien sûr qu’il existe un risque de conflit d’intérêts, nous y sommes sensibles, et l’AFFO a émis des recommandations sur l’organisation et les processus opérationnels afin de préserver l’indépendance des structures. Le meilleur choix étant une structure juridique séparée.

Propos receuillis par Hugo Weber (@hugo_weber)

À lire également :

Family office, une profession en autogestion ?


Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

C.Jouenne-Lanne (Société Générale) : « Valoriser les projets, pas leur financement »

En 2010, quand la Société Générale lance son plan « Ambition SG 2015 », elle y introduit la volonté de développer l’engagement citoyen au sein du grou...

Romain Maulin (Maulin Avocats) : " L'échange direct entre le client et l’associé constitue un gage d’efficacité "

Romain Maulin (Maulin Avocats) : " L'échange direct entre le client et l’associé constitue un gage d...

Conscient que le rôle d'avocat ne peut plus se limiter à un simple rôle d'expert ponctuel mais suppose un accompagnement durable de l'entreprise dans...

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Jean-Marie Pivard (IFACI) : « Le cyber-risque constitue un risque comme les autres »

Avec l'arrivée de la robotisation et de l'intelligence artificielle, ou encore l'émergence des cyber-risques, l'audit et le contrôle interne sont conf...

Ghada Hatem : la magicienne

Ghada Hatem : la magicienne

Le prix Nobel de la paix décerné au docteur Denis Mukwege pourrait être le sien. Comme lui, Ghada Hatem, gynécologue et fondatrice de La Maison des fe...

Photovoltaïque : Casino accueille Tikehau et BPIFrance dans GreenYellow

Photovoltaïque : Casino accueille Tikehau et BPIFrance dans GreenYellow

La pépite énergétique du grand distributeur reçoit 150 millions d’euros d’argent frais. L’objectif sera de développer les activités en France et à l’é...

Amancio Ortega : le roi du prêt-à-porter

Amancio Ortega : le roi du prêt-à-porter

Dans l’ombre, le multimilliardaire espagnol de 81 ans continue d’écrire l’avenir d’Inditex, son groupe de prêt-à-porter créé en 1975. Après avoir stru...

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message