Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen »

Les chiffres publiés dans la dernière étude du cabinet de conseil en stratégie montrent que le private equity a de nouveau prouvé sa résilience par rapport aux autres classes d’actifs. La performance a été significativement supérieure aux marchés boursiers, tant à court-terme qu’à long-terme. Face à des levées record, la concurrence s’internationalise.

Les chiffres publiés dans la dernière étude du cabinet de conseil en stratégie montrent que le private equity a de nouveau prouvé sa résilience par rapport aux autres classes d’actifs. La performance a été significativement supérieure aux marchés boursiers, tant à court-terme qu’à long-terme. Face à des levées record, la concurrence s’internationalise.

Décideurs. Quel bilan tirez de 2016 pour le marché equity français ?

Jean-Marc Le Roux. En termes de levées, cela restera une grande année. Mais il faut faire attention dans l’analyse de ces chiffres car ils sont faussés (fossés) par la concentration du marché. A eux trois, Ardian, Astorg et PAI représentent près de 80 % des levées. Il est donc normal que les montants s’envolent lorsque ceux-ci réalisent des closings. Cela traduit néanmoins une tendance positive qui devrait se confirmer en 2017. Les acteurs français du capital-investissement  réussissent à attirer de plus en plus de Limited Partners (LPs) étrangers, notamment des fonds de pensions canadiens francophones. Du côté des investissements, les montants et les volumes des opérations sont très encourageants. Et les chiffres ne reflètent pas l’entière réalité du marché puisque de nombreux fonds étrangers investissent dans les entreprises françaises.

À l’inverse, les fonds français se tournent-ils vers l’étranger pour investir ?

Oui, bien sûr. C’est même un élément clé de leur stratégie. La concurrence oblige ces acteurs à s’internationaliser. Le marché tricolore reste un marché étroit, surtout pour des fonds qui ont levé beaucoup d’argent. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux adoptent une stratégie d’investissement européenne. PAI, Ardian, Astorg ou encore Eurazeo et Wendel ont ainsi tous des bureaux dans un ou plusieurs pays européens.

Le marché américain a été longtemps considéré comme la chasse gardée des fonds locaux. La donne est-elle en train de changer ?

Oui, les acteurs européens et français n’hésitent plus à se tourner vers l’Amérique du Nord. C’est un marché plus profond que ce que l’on peut croire. Comme les fonds américains se concentrent sur les grands groupes ou les start-ups, la part du marché LBO sur les PME est plus faible aux Etats-Unis qu’en Europe. De plus, les sorties y sont plus simples, notamment les introductions en Bourse pour des raisons réglementaires. Une autre zone géographique privilégiée par les fonds français est l’Asie. Pour le moment, il ne s’agit pas d’investir directement dans une entreprise chinoise mais plutôt d’accompagner les entreprises sous portefeuille dans leur développement sur place. Wendel et Eurazeo ont par exemple ouvert des bureaux en Asie (Chine).

« Le private equity impliquera toujours des métiers locaux »

Que manque-t-il pour que les fonds français investissent en Asie ?

Les fonds ont du mal à recruter des locaux disposant à la fois de l’expertise technique, de l’expérience et du réseau pour sourcer les bonnes entreprises. Cela prendra donc du temps mais cela viendra. Le potentiel de ce marché est énorme.

Au vu de cette internationalisation, peut-on encore parler de marché français du private equity ?

Au niveau de l’investissement, le champ concurrentiel est clairement international. Il vaut mieux effectivement parler de marché européen. En revanche, les entreprises garderont toujours une perspective locale forte de par leur activité, leur culture et leur réglementation propre. C’est pourquoi le private equity impliquera toujours des métiers locaux.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché » Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Le fonds d’investissement Supernova Invest, spécialisé dans le secteur des entreprises en forte rupture technologique (deeptech), vient d’annoncer le...

J. Powell conserve son trône à la Fed

J. Powell conserve son trône à la Fed

Le 22 novembre dernier, le président américain Joe Biden reconduisait Jerome Powell à la présidence de la Fed. Grâce à cette manœuvre politique il pro...

Air France KLM, le cash évite le crash

Air France KLM, le cash évite le crash

Alors que l’arrivée de Benjamin Smith à la tête du groupe en 2018 donnait un nouveau souffle à la compagnie aérienne, celle-ci est touchée de plein fo...

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Fille du fondateur du distributeur de matériel électrique Sonepar, Marie-Christine Coisne-Roquette cultive le secret et l’ambition. Depuis qu’elle en...

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

Le groupe Pierre Fabre a procédé à un recentrage d’activité en 2020 et notamment la cession d’une partie de ses activités de sous-traitance industriel...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte