Jean-Marc Delfieux (Tikehau IM) : « Au mieux, le marché du haut rendement est bien pricé »

Les obligations contingentes convertibles (Coco) émises par certaines banques européennes et les obligations à haut rendement notées B ont les faveurs du gérant de Tikehau Investment Management.
Jean-Marc Delfieux

Les obligations contingentes convertibles (Coco) émises par certaines banques européennes et les obligations à haut rendement notées B ont les faveurs du gérant de Tikehau Investment Management.

Décideurs. Les Coco bonds ont-elles toujours votre préférence ?

Jean-Marc Delfieux. Les subordonnées bancaires, communément appelées Coco bonds, nous semblent toujours être la classe d’actifs qui présente le plus de valeur dans l’univers de la dette en Europe. La qualité du bilan des établissements bancaires continue de s’améliorer. Ces derniers profitent également de l’assouplissement réglementaire qui est en train de se préparer. Les régulateurs leur ont notamment redonné des marges de manœuvres en ce qui concerne le besoin de capitalisation réglementaire. Sur le plan technique, un débat est en train de s’ouvrir à la Commission européenne sur le fait de donner la priorité au paiement des coupons des AT1 plutôt qu’au paiement des dividendes. Cela nous semble plus en ligne avec l’échelle chirographaire qui veut qu’un créancier même subordonné soit mieux traité qu’un actionnaire, en cas de difficulté. Enfin le positionnement des investisseurs est nettement plus constructif qu’à fin 2015, après la secousse de février cette année : nous ne voyons plus de vendeurs marginaux, mais au contraire des acheteurs qui reviennent progressivement sur cette classe d’actifs. Nous apprécions notamment, pour son caractère défensif, le titre Crédit Agricole 6.5 Perp./ call 2021 offrant rendement au call 2021 6.5%, et un rendement à perpétuité de 5.40%.

Les taux seront une nouvelle fois la clé de l’évolution des marchés au cours des prochains mois.

 

Le marché du high yield européen recèle-t-il encore un potentiel ?

Au mieux, le marché du haut rendement est bien pricé dans son ensemble. Pour certains segments de marché, il nous semble cher. Lorsque vous rapportez la prime de risque que vous offre une obligation high yield par rapport à son endettement, vous voyez que celle-ci diminue au fur et à mesure des mois et des trimestres. Dans certains cas, elle atteint même des niveaux proches de ses plus bas historiques. En d’autres termes, pour une même unité de risque, vous êtes donc, en moyenne, de moins en moins rémunéré. Ceci dit, il existe encore des émissions intéressantes, plutôt sur les émetteurs notés B.

 

Comment l’expliquez-vous ?

C’est la conséquence directe de la forte baisse des taux d’intérêt et de l’écrasement des primes de risque. Pour aller chercher du rendement, les investisseurs doivent donc descendre dans l’échelle de notation en passant de l’investment grade au high yield, ou souscrire à une émission obligataire de plus longue durée. Il y a eu un accroissement de la duration moyenne offerte aux investisseurs sur le marché primaire. Or, des interrogations subsistent sur la capacité mais aussi la volonté des Banque Centrales de faire perdurer les politiques monétaires accommodantes. Les taux seront donc une nouvelle fois la clé de l’évolution des marchés au cours des prochains mois.

Il n’y a pas d’évidence sur le fait que la valorisation rémunère justement le risque

 

Quelle est donc la stratégie à adopter pour gérer au mieux son portefeuille obligataire ?

Il n’y a pas d’évidence sur le fait que la valorisation rémunère justement le risque. Il convient de faire preuve d’une grande flexibilité, notamment sur le degré d’exposition générale. Les investisseurs qui se positionnent pleinement et sans discernement sur le marché obligataire, sur la seule idée que les Banques Centrales supporteront le marché, le font à leurs risques et périls. Les taux sans risque ont été, pendant des années, une bonne protection lorsque les actifs à risque traversaient une phase difficile. Cette relation inverse historique nous semble fragilisée dans ce contexte de taux négatifs. C’est pour cela que nous avons sur l’ensemble de nos fonds des montants de liquidités significatifs, celles-ci pouvant représenter jusqu’à 35 % des portefeuilles. Cette prudence s’inscrit non seulement dans une logique de préservation du capital face aux nombreuses incertitudes présentes sur les marchés, mais également et surtout, permet d’être positionné de façon opportuniste lorsque les primes de risques s’écarteront.

 

Et pour la partie investie ?

Nous ne sommes pas investis sur des obligations d’États et avons réduit la duration de nos portefeuilles. Nous voyons encore des opportunités ciblées sur le segment du high yield européen et les financières. S’agissant plus particulièrement des titres à haut rendement, nous évitons ceux notés BB car ils demeurent trop sensibles à la hausse des taux. Nous privilégions en conséquences les entreprises notées B avec une duration moyenne, comme Verallia ou Novafives.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Guillaume Dard (Montpensier Finance) : "Donald Trump s’impatiente devant les tergiversations chinoises"

Guillaume Dard (Montpensier Finance) : "Donald Trump s’impatiente devant les tergiversations chinois...

Le pause des banques centrales dans leur politique de resserrement monétaire et la poursuite des discussions sino-américaines peuvent-ils faire oublie...

V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"

V. Roussel : "Nous offrons à l'Etat une sécurité juridique"

En pleine deuxième vague de dévolution du patrimoine immobilier universitaire, Vincent Roussel, Notaire à Paris, fait un point sur la mission essentie...

F. Priest (Colas Rail) : "Faciliter l’accès à des solutions de mobilité durable est essentiel"

F. Priest (Colas Rail) : "Faciliter l’accès à des solutions de mobilité durable est essentiel"

Colas est une entreprise française de travaux publics, dont la filiale Colas Rail, s’est spécialisée dans les travaux ferroviaires. Construction de la...

F.Duval (Amazon France) : "Nous avons investi plus de deux milliards d’euros en France depuis 2010"

F.Duval (Amazon France) : "Nous avons investi plus de deux milliards d’euros en France depuis 2010"

Impôts, enjeux du numérique, stratégies… Nous avons rencontré Frédéric Duval, Country manager d'Amazon France, pour faire le point alors que la filial...

E. Cosserat (Perial) : "Les incertitudes liées au Brexit redistribuent les cartes"

E. Cosserat (Perial) : "Les incertitudes liées au Brexit redistribuent les cartes"

Avec une collecte de 2,085 Md€ au premier trimestre 2019, les SCPI ont le vent en poupe. Faut-il s'en inquiéter ? Comment les sociétés de gestion s'ad...

Bernard Arnault, l'homme qui vaut 100 milliards de dollars

Bernard Arnault, l'homme qui vaut 100 milliards de dollars

Le PDG de LVMH a commencé sa carrière à 25 ans dans l’entreprise familiale. 45 ans plus tard, le voilà à la tête de la plus grosse fortune d’Europe. C...

N. Hubert (Milleis Banque) : " L’humain doit être remis au cœur de la banque privée "

N. Hubert (Milleis Banque) : " L’humain doit être remis au cœur de la banque privée "

En mai 2018, Barclays France est devenu officiellement Milleis Banque avec à son capital le fonds d’investissement britannique spécialisé dans le sect...

P. Bataillard (Edenred) : "Un des enjeux du directeur financier c’est d’être un bon communiquant"

P. Bataillard (Edenred) : "Un des enjeux du directeur financier c’est d’être un bon communiquant"

Arrivé en pleine réorganisation de la direction du groupe Edenred, Patrick Bataillard est à la tête de la DAF du groupe depuis novembre 2015. Il nous...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message