Jean-Marc Borello : "Le macronisme peut être défini comme le courage de la nuance"

Alors qu’Emmanuel Macron vient de déclarer sa candidature, Jean-Marc Borello, l’un des premiers Marcheurs fait le bilan du quinquennat et esquisse des pistes pour le futur.

Alors qu’Emmanuel Macron vient de déclarer sa candidature, Jean-Marc Borello, l’un des premiers Marcheurs fait le bilan du quinquennat et esquisse des pistes pour le futur.

L'interview vidéo est un complément à l'entretien accordé par Jean-Marc Borello à Décideurs Magazine. Retrouvez la seconde partie de l'entretien consacrée à l'Europe sociale en cliquant sur le lien ci-contre

Décideurs. Pour sa seconde candidature, Emmanuel Macron continue à emprunter la voie du "en même temps". Est-ce la fin définitive du clivage droite gauche ?

Jean-Marc Borello. Il existe désormais plusieurs partis de gauche ou de droite qui ont, peu ou prou, la même force. Plutôt que du "en même temps", nous sommes plutôt dans une archipelisation de la politique française pour reprendre les termes de Jérôme Fourquet. Cependant, je réfute l’idée qu’Emmanuel Macron a fait exploser la droite et la gauche. En 2017, le PS a opté pour le candidat qui avait le moins de chances le jour de l’élection et, dès la fin de la primaire, son parti lui a tiré dans le dos. De son côté, la droite a choisi dès le départ un champion clivant. Et ce alors que l’affaire Penelope n’avait pas encore eu lieu. C’est un auto-sabordage ! D’une certaine manière, le PS et LR étaient déjà en état de mort annoncée : de moins en moins de militants, un manque d’idées nouvelles et une attitude gouvernée par la peur et l’absence de vision.

Quels sont selon-vous les principaux apports de LREM à la vie politique ?

L’arrivée d’élus LREM à l’Assemblée nationale ou la composition des derniers gouvernements a changé le visage de la classe politique. Elle est plus féminisée, plus jeune et moins professionnelle. Cela a permis de changer la manière dont se fait la politique qui est moins soumise à des contingences partisanes qui sont avant tout un carcan.

Le système était auto-bloqué, c’est terminé. Pour la première fois sous la Vème République des personnes issues de diverses sensibilités se sont réunies pour dire "nous ne sommes pas de la même crèmerie, mais nous allons construire quelque chose ensemble". Personnellement, je me suis ainsi mis à dialoguer et à travailler avec des personnes issues de chaque bord. Et ça marche grâce à une certaine forme de bienveillance ! Finalement, le macronisme peut-être défini comme le courage de la nuance.

Quels sont les principaux résultats de ce nouveau système ?

De nombreuses réformes que l’on peut qualifier de gauche ont été mises en place. Je songe notamment au reste à charge 0 pour les lunettes ou les prothèses dentaires ou encore le dédoublement des classes de CP dans les zones les plus défavorisés. Ajoutons que le budget de la Justice a augmenté de 33% sur le quinquennat et qu’aucun hébergement d’urgence n’a été fermé cette année. Cependant, l’impact de cette mesure mettra plusieurs années avant d’être ressenti. J’ajoute que malgré les attaques, le socle électoral du président de la République semble invarié voire supérieur par rapport à 2017.

Selon de nombreuses études d’opinion, l’abstention s’annonce élevée lors de la présidentielle. Comment y remédier ?

L’abstention est un phénomène que l’on a aussi retrouvé aux élections municipales et régionales et la situation sanitaire ne peut pas expliquer cela à elle seule. Il est difficile de proposer une recette miracle mais je crois beaucoup à la pédagogie, au fait de ne pas faire de bullshit, d’éviter l’arrogance. En fait, la meilleure chose à faire est de sillonner le territoire pour expliquer aux électeurs en quoi nos idées peuvent changer la vie des gens. Je ne crois en revanche pas au vote obligatoire. Mais, je pense qu’une réforme des institutions et l’instauration d’une dose de proportionnelle pourrait redonner du tonus à notre vie démocratique. Ce serait un sujet important pour le prochain quinquennat.

Propos recueillis par Pierre-Etienne Lorenceau

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Présidentielle 2022, l'heure du choix

Interviews, portraits, sondages, actu... Retrouvez l'essentiel de la campagne présidentielle dans ce dossier spécial. Un second est consacré à l'analyse des programmes.
Sommaire Présidentielle 2022 : l'étrange silence de Nicolas Sarkozy Yannick Jadot : les points importants de son programme EELV : Yannick Jadot contre "Démise Rousseau" Comment Éric Zemmour cherche à radicaliser les Français Candidats à la présidentielle, ils sont ignorés des sondages Dans les coulisses de la cellule riposte de Valérie Pécresse Valérie Pécresse, le programme d’une vie Devant le Medef, 6 candidats passent leur grand oral d'économie LR prépare déjà l'après Pécresse Présidentielle 2022, pour qui votent les femmes ?
L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

L’État compte reprendre le contrôle d’EDF à 100%

Durant son discours de politique générale, la première ministre a déclaré que l’État reprendrait le contrôle de la totalité du capital d’EDF.

Remaniement, la macronie serre les rangs

Remaniement, la macronie serre les rangs

Des responsables LR et PS qui ne se bousculent plus au portillon, des alliés à "fidéliser", des marcheurs de combat qui montent en grade ou effectuent...

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Christophe Béchu, la transition écologique comme Horizons

Le maire d’Angers, proche d’Édouard Philippe et numéro deux d’Horizons, remplace Amélie de Montchalin, battue aux élections législatives, au ministère...

Olivier Marleix, le gardien du temple LR

Olivier Marleix, le gardien du temple LR

Favori des pronostics, le député d’Eure-et-Loir est le nouveau président du groupe LR à l’Assemblée nationale. Ses missions ? Préserver l’unité de la...

Édito. Inélégance insoumise

Édito. Inélégance insoumise

Durant la présidentielle puis les législatives, Jean-Luc Mélenchon et ses partisans n’ont cessé de répéter la même antienne : il est nécessaire de red...

Assemblée nationale : à quoi sert un président de groupe ?

Assemblée nationale : à quoi sert un président de groupe ?

Aurore Bergé, Marine Le Pen, Mathilde Panot, Olivier Marleix, Boris Vallaud… Les présidents de groupe à l’Assemblée nationale remplissent une mission...

Ce détail qui devrait alarmer la gauche française

Ce détail qui devrait alarmer la gauche française

Si la gauche regagne de l’influence à l’Assemblée nationale, un examen de la carte électorale met en lumière une situation préoccupante : une concentr...

Djibouti, tour de contrôle des puissances étrangères

Djibouti, tour de contrôle des puissances étrangères

Enclavée entre l’Érythrée, l’Éthiopie et la Somalie, et regardant le Yémen dans les yeux, la république de Djibouti constitue, au-delà de son indiscut...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message