Jean-Marc Borello (Groupe SOS) : « Si la rentabilité à court terme est le moteur de l’entreprise, celle-ci est condamnée »

Lorsque Jean-Marc Borello crée Groupe SOS, il y a 35 ans, c’est dans le but de venir en aide à ceux « dont personne ne voulait ». Aujourd’hui  l’entreprise, qui a bâti son activité autour de la lutte contre toutes les formes d’exclusion, emploie 17 000 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros. Preuve qu’engagement social et performance économique ne sont pas incompatibles. Pour son fondateur, ils seraient même devenus indissociables. Explications.

Lorsque Jean-Marc Borello crée Groupe SOS, il y a 35 ans, c’est dans le but de venir en aide à ceux « dont personne ne voulait ». Aujourd’hui l’entreprise, qui a bâti son activité autour de la lutte contre toutes les formes d’exclusion, emploie 17 000 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 850 millions d’euros. Preuve qu’engagement social et performance économique ne sont pas incompatibles. Pour son fondateur, ils seraient même devenus indissociables. Explications.

Décideurs. Lorsque vous avez créé Groupe SOS il y a trente-cinq ans, personne ne parlait économie sociale ; quelle était votre ambition ?

Jean-Marc Borello. À l’époque j’étais conseiller à la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie. On faisait de très longues réunions pour débattre du problème sans que rien de concret n’en découle. Je me suis dit un jour que le temps de l’administration n’était pas celui de la vie et j’ai décidé de quitter ces fonctions pour créer SOS Drogues International, un centre de soin pour toxicomanes. Lorsque le VIH est arrivé, nous avons créé un dispositif de prise en charge, puis nous avons cherché à répondre aux différentes problématiques liées à ces populations -hébergement, insertion… - en étendant les solutions à l’ensemble des personnes en situation d’exclusion. Le groupe s’est développé ainsi, sans stratégie particulière, en fonction de besoins identifiés au fil du temps.

Avec une activité fondée sur la solidarité, votre entreprise ne cesse de croître et votre chiffre d’affaires atteint aujourd’hui 850 millions de chiffre d’affaires. Le capitalisme peut donc être performant et conscient ?

Nous en sommes la preuve. Notre business model s’est bâti sur l’idée que, pour lutter efficacement contre les différentes formes d’exclusion, on ne pouvait dépendre des politiques publiques. Pour sécuriser notre activité nous avons donc décidé de proposer des services (hôpitaux, crèches, Ehpad, formation…) à tous, tout en les rendant accessibles aux exclus. Aujourd’hui nous sommes un acteur économique classique, avec des concurrents et, donc, une obligation de performance et d’innovation.  Nous ne sommes pas dans un univers de Bisounours ; simplement, n’ayant pas d’actionnaires et donc, pas de dividendes à verser, les gains réalisés nous permettent d’offrir des prestations gratuites à ceux qui en ont besoin.

Avez-vous l’impression que cette approche consciente et morale du capitalisme progresse chez les dirigeants d’entreprise ?

Il est certain que le secteur du non-profit connaît une forte croissance : de plus en plus de créateurs de start-up l’investissent parce qu’il est porteur de sens, que sa raison d’être est clairement identifiée et parce que beaucoup ont compris que l’entreprise, quelle que soit son secteur d’activité, se doit d’évoluer vers des pratiques socialement responsables. Celles qui s’y refuseront s’exposeront à des sanctions de la part de leurs clients – avec le risque d’appels à boycotts – mais aussi de leurs salariés – de plus en plus de talents étant en quête de sens à donner à leur activité professionnelle – et même de certains investisseurs, de plus en plus de fonds faisant de la raison d’être des entreprises un critère d’investissement. 

Vous voyez donc dans cette prise de conscience montante un levier de croissance ?

Un levier de croissance sans aucun doute – si la rentabilité à court terme est le moteur de l’entreprise, celle-ci est condamnée à long terme - mais aussi une chance de réconcilier les Français avec les entreprises en leur montrant que celles-ci n’ont pas pour seule mission de s’enrichir et d’enrichir leurs actionnaires. Les entreprises doivent s’interroger sur leur raison d’être, sur le sens de leur activité et sur l’impact de celle-ci. C’est devenu un impératif que de plus en plus de dirigeants comprennent.

Quel doit être le rôle du politique selon vous ?

Il doit être incitatif. La loi Pacte va rendre les choses possibles et non obligatoires, ce qui, selon moi, est la bonne formule. Le recours au name & shame m’apparaît en outre comme un bon levier pour amener les entreprises à agir puisqu’il a un impact direct sur leur réputation.

Propos recueillis par Caroline Castets

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership

Certaines personnes changent le monde quand d’autres vivent une vie tranquille, s’affairent « simplement » à manager les affaires courantes. Des personnalités plus affirmées révolutionnent leur secteur, leur environnement, leur pays. Qu’il s’agisse de Xavier Niel, Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Ghandi ou Nelson Mandela, quels sont les secrets du Leadership ?
Sommaire
Édito. Réforme des retraites, de la confiance en politique

Édito. Réforme des retraites, de la confiance en politique

La réforme des retraites est fondamentalement juste. Mais le gouvernement se heurte de plein fouet à une opinion publique qui ne croit plus en sa clas...

Pari tenu pour Boris Johnson

Pari tenu pour Boris Johnson

En provocant des élections législatives anticipées Boris Johnson jouait son poste et le Brexit. Réélu avec une large majorité, il a désormais les main...

Retraites : les grandes annonces du discours d'Edouard Philippe

Retraites : les grandes annonces du discours d'Edouard Philippe

Femmes, professions libérales, points, régimes spéciaux, calendrier, grèves : le premier ministre a officiellement dévoilé les grandes lignes de la ré...

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Le contenu de la réforme des retraites que le gouvernement dévoilera mercredi portera sans doute la marque de son architecte, Jean-Paul Delevoye. Cet...

Réforme des retraites, discuter pour mieux avancer ?

Réforme des retraites, discuter pour mieux avancer ?

Contrairement à certaines idées reçues, les grèves et le temps qui passe favorisent le gouvernement qui pourrait bien faire adopter l’essentiel de son...

Privatisation d’ADP, le cap du million de signatures est franchi

Privatisation d’ADP, le cap du million de signatures est franchi

Le 4 décembre, un million de citoyens ont signé en faveur d’un référendum d’initiative partagée relatif à la privatisation d’ADP. Mais beaucoup de che...

Féminicides : le discours sans la méthode

Féminicides : le discours sans la méthode

Face à la pression de l’actualité et des associations de défense, les pouvoirs publics multiplient les prises de parole et les effets d’annonce sur le...

P. Moreau-Defarges (politologue) : "Boris Johnson a fait un pari risqué, mais il n’avait pas le choix"

P. Moreau-Defarges (politologue) : "Boris Johnson a fait un pari risqué, mais il n’avait pas le choi...

À quelques jours des élections législatives anticipées organisées à la demande de Boris Johnson, Philippe Moreau-Defarges, politologue, chercheur et s...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message