Jean-Luc Petithuguenin (Paprec) : « Le profit est l’oxygène d’une société, mais ce n’est qu’un moyen, pas une fin »

Pour Jean-Luc Petithuguenin, à la tête de Paprec depuis 25 ans,
concilier quête du profit et prise en compte de l’intérêt général
n’a rien d’utopiste. La preuve : l’entreprise, qui prône une
« planète plus verte et une société plus fraternelle », recycle
11 millions de tonnes de déchets par an et génère un chiffre
d’affaires avoisinant les 2 milliards d’euros.

Pour Jean-Luc Petithuguenin, à la tête de Paprec depuis 25 ans, concilier quête du profit et prise en compte de l’intérêt général n’a rien d’utopiste. La preuve : l’entreprise, qui prône une « planète plus verte et une société plus fraternelle », recycle 11 millions de tonnes de déchets par an et génère un chiffre d’affaires avoisinant les 2 milliards d’euros.

Décideurs. Vous affirmez agir pour le bien commun avec Paprec. Pouvez-vous nous expliquer en quoi, concrètement ?

Jean-Luc Petithuguenin. En proposant à chacun de recycler ses déchets plutôt que de les enfouir, nous ne cherchons pas uniquement à gagner notre vie. Nous voulons œuvrer pour une planète plus verte et une société plus fraternelle. Certaines de nos actions ont un impact direct dans la vie des gens. Notre filière en Inde s’occupe par exemple des déchets rejetés en pleine nature afin de gérer correctement leur transformation. On change alors véritablement la vie des riverains qui, auparavant, s’intoxiquaient quotidiennement. Il y a là une dimension bien plus importante que la simple quête du profit.

Cela reste néanmoins l’objectif de toute entreprise…

Pour moi, le profit est l’oxygène d’une société. Sans lui, on ne peut pas se développer, mais ce n’est pas une fin, plutôt un moyen. La finalité pour une entreprise, c’est avant tout sa pérennité.

Une philosophie que vous partagez avec vos salariés ?

Bien sûr. Ils connaissent nos idées et ont envie de travailler pour une entreprise qui a du sens.

« Au départ, beaucoup pensaient qu’il était utopiste de vouloir faire de bonnes affaires avec des bons sentiments »

Quel regard les autres chefs d’entreprise portent-ils sur votre projet ?

Au départ, la plupart d’entre eux pensaient qu’il était utopiste de vouloir faire de bonnes affaires avec des bons sentiments. Le succès de mon groupe – dont le chiffre d’affaires s’élève à 2 milliards d’euros –, prouve que c’est possible. Ceux qui doutaient du projet sont aujourd’hui impressionnés et réalisent que donner du sens à son entreprise est une façon d’être performant. C’est ce que j’avais envie de démontrer.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes entrepreneurs qui peinent aujourd’hui à trouver cet équilibre entre quête de profit et prise en compte de l’intérêt général ?

La clé, à mon sens, c’est le temps. Il faut se demander si l’on veut investir pour les trois prochaines années afin de revendre son entreprise, ou si l’on investit sur trente ans pour la transmettre. Plus la démarche s’inscrit sur le temps long, plus elle tend à prendre en compte l’intérêt général. Les entrepreneurs les plus avides, on les rencontre généralement dans des schémas où l’argent tourne vite. Ceux qui veulent créer quelque chose de durable s’interrogent forcément: comment éviter de polluer? Comment rassurer le consommateur? En voulant « faire du fric » dans un délai trop court, impossible de prendre en compte certaines dimensions comme le bonheur des salariés et des fournisseurs ou encore la pollution de la planète. Le capitalisme amoral est, selon moi, limité dans le temps.

L’État doit-il prendre certaines mesures pour encourager, voire contraindre les entreprises à adopter des pratiques plus éthiques ?

Agir pour le bien commun est un choix. Cela ne peut pas devenir une contrainte. Je crois en revanche que, au titre du patrimoine commun, l’État doit prendre des mesures pour protéger l’ensemble des citoyens. Il peut, à ce titre, demander par exemple aux entreprises de moins polluer. Je crois toutefois que la plus belle récompense pour un chef d’entreprise ne s’inscrit pas sur le plan financier, mais se place plutôt sur le terrain de l’honorabilité. J’ai, en ce qui me concerne, été très heureux de recevoir la légion d’honneur pour mon programme de lutte contre les discriminations dans mon entreprise. Une récompense que je n’échangerais pas pour tout l’or du monde.

Propos recueillis par Capucine Coquand 

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin (Eurofins). Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Mirakl, la révolution du e-commerce

Mirakl, la révolution du e-commerce

Le spécialiste des logiciels de création de marketplaces est leader dans son secteur. Une réussite française que son cofondateur et CEO explique par u...

L'Europe accélère... trop tard ?

L'Europe accélère... trop tard ?

Malgré des tours de table de plus en plus ambitieux, l’écosystème technologique européen accuse un sérieux retard sur les géants américains et chinois...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte