Jean-Louis Mentior (M5) : « La stratégie de croissance externe est de plus en plus visible »

Jean-Louis Mentior est responsable du classement INC 5000 qui existe en Europe depuis maintenant trois ans, ce qui fait de lui un excellent connaisseur non seulement des entreprises européennes de croissance mais aussi des stratégies mises en œuvre par celles-ci pour se développer. Il livre son analyse du palmarès 2019.

Jean-Louis Mentior est responsable du classement INC 5000 qui existe en Europe depuis maintenant trois ans, ce qui fait de lui un excellent connaisseur non seulement des entreprises européennes de croissance mais aussi des stratégies mises en œuvre par celles-ci pour se développer. Il livre son analyse du palmarès 2019.

DÉCIDEURS. Quelles sont les stratégies de croissance qui ressortent de ce classement ?

JEAN-LOUIS MENTIOR. La croissance ne nécessite plus forcément d’accumuler en interne toutes les compétences. Les nouveaux business models externalisent largement les activités qui n’ont pas une implication stratégique majeure pour l’entreprise. La croissance peut alors être plus rapide, sans avoir à prévoir des investissements matériels ou humains. Grâce aux acquisitions tout est disponible et directement mobilisable en externe.

Les entreprises en croissance réalisent de plus en plus d’acquisitions, et tout d’abord pour se développer à l’étranger. Les cibles sont alors des petits concurrents qui ont oublié de s’internationaliser et dont la technologie est complétée ou remplacée par celle de l’acquéreur. Quant à ce dernier, il met la main sur un personnel qualifié, des clients et des leads.

Autres objectifs possibles de ces acquisitions, une concentration d’entreprises concurrentes ou un élargissement de la gamme de produits avec des activités complémentaires.

Cette stratégie de croissance externe est de plus en plus visible cette année, par rapport aux années précédentes.

Comment expliquer que les entreprises se lancent à une telle chasse à la croissance ?

Le premier avantage est évident : une forte croissance augmente la valeur de l’entreprise. Celle-ci est souvent un multiple de l’Ebitda, et, toutes autres choses étant égales, une croissance plus soutenue va augmenter le niveau du multiple utilisé pour la valoriser.

Il y a même parfois une course à la croissance au cours de laquelle les entreprises en acquièrent d’autres à un faible multiple, permettant à l’acquéreur d’augmenter le sien. Une haute valeur de l’entreprise consolidée va aussi lui permettre d’obtenir à bon compte les capitaux permanents qu’elle utilisera pour booster sa croissance… Et le cercle vertueux est ainsi bouclé et consolidé.

Il ne faut cependant pas oublier le « facteur humain ». Il semble plus facile et il est certainement plus agréable de gérer une entreprise en croissance qu’une entreprise en difficulté : plus humain d’engager que de dégager, plus intéressant d’avoir à choisir parmi une pléthore d’opportunités que d’avoir à couper des branches d’activité.

L’effet d’expérience de l’entrepreneur à forte croissance est aussi très important, comme un soliste qui deviendrait chef d’orchestre. Bon nombre des recettes sont transmissibles et reproductibles.

Quelles sont les évolutions que vous voyez se dégager de ce classement ?

Nombre d’entreprises vont vivre une croissance exponentiellement forte, tandis que d’autres vont totalement perdre pied. Bien sûr, il est plus facile pour une entreprise de survivre si elle est située dans une région en forte croissance, si elle travaille dans un secteur porteur ou si elle occupe une position dominante avec de nombreux avantages comparatifs.

Mais il faut reconnaître qu’aujourd’hui le point de départ a des conséquences moindres que jadis : c’est la trajectoire qui domine largement. Les « licornes », ces start-up valorisées plus d’un milliard de dollars, en sont un parfait exemple. Bizarrement, elles sont rares dans nos classements de forte croissance, tant l’écart est grand entre leurs ambitions et leurs réalisations. Ces entreprises acceptent d’ailleurs rarement de publier leurs chiffres pour éviter que des ratios ne fassent peur aux investisseurs.

Existe-t-il un profil commun aux entreprises présentes dans ce classement ?

Ce palmarès est fondé sur les croissances réalisées à court terme (trois ans). Il permet de mettre en lumière les comportements des bons entrepreneurs, ceux dont les stratégies de commercialisation et de marketing portent leurs fruits, qui établissent des business models reproductibles, et développent une vraie capacité à concentrer leurs métiers et technologies afin de les déployer contre vents et marées.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Growth leaders 2019 : Les 1 000 leaders de la croissance France & Europe

Pour sa troisième édition, notre classement exclusif des 1000 entreprises de croissance en atteste : l’heure est à la fois au renouvellement et à la consolidation. Avec plus de 80 % de nouveaux entrants dans le palmarès français et 99 % dans sa version européenne, on assiste à l’émergence d’une nouvelle génération de success stories qui, pour la plupart, découlent d'une même stratégie : celle de l’ouverture à l’international et de la croissance externe. Décideurs s'est penché sur les entreprises et sur les hommes qui, derrière elles, portent la croissance en France et en Europe et construisent la réussite de demain.
Sommaire Se laisser surprendre par la croissance
Yan Hascoet, (Kapten) :  « Londres représente un marché supérieur au marché parisien »

Yan Hascoet, (Kapten) : « Londres représente un marché supérieur au marché parisien »

En pleine expansion européenne, Chauffeur Privé laisse tomber la cravate et change de nom pour Kapten. Le leader français des VTC, qui a construit son...

Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable »

Christophe Frespuech (OFI AM) : « Le groupe s’est engagé pour soutenir une finance responsable »

Ofi AM est une maison bien connue du paysage institutionnel français. Créée en 1971, la société de gestion compte près de 72 milliards d’euros d’encou...

G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes performances »

G. Dard (Monpensier Finance) : « La collégialité est une vertu importante pour obtenir de bonnes per...

Guillaume Dard, président de Montpensier Finance, a exercé presque tous les métiers de la finance. Précurseur de la multigestion, cet ancien élève de...

Aéroports de Paris : une privatisation qui fait débat

Aéroports de Paris : une privatisation qui fait débat

Au contraire de l’Assemblée nationale qui a voté pour la privatisation de l’exploitant des aéroports de Roissy, Orly et du Bourget, le Sénat s’y est o...

Primonial acquiert la totalité de La Financière de L'Echiquier

Primonial acquiert la totalité de La Financière de L'Echiquier

Déjà actionnaire de la Financière de l’Echiquier à hauteur de 40 %, le Groupe Primonial vient d’annoncer l’acquisition à 100 % de la société de gestio...

Société Générale : changement à la direction de la banque de détail en France

Société Générale : changement à la direction de la banque de détail en France

La Banque de Détail en France de la Société Générale sera désormais dirigée par Marie-Christine Ducholet.

Finaveo et CD Partenaires scellent leur union

Finaveo et CD Partenaires scellent leur union

Finaveo Partenaires et la Française ont annoncé être entrés en négociations exclusives pour le rachat de la plateforme de produits et de services à de...

Faut-il investir en Indonésie ?

Faut-il investir en Indonésie ?

État du pays, des risques, de l’environnement des affaires : des dirigeants de sociétés implantés dans le pays s’expriment dans une étude complète ill...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message