Jean-François Ode (Aviva) : « Le télétravail génère de la monotonie que nous combattons »

La crise sanitaire et le confinement de l’ensemble de la population ont nécessité une généralisation du télétravail. Jean-François Ode, DRH d’Aviva France, détaille sa démarche pour sauvegarder l’activité de l’entreprise et s’adapter aux enjeux et aux opportunités.

La crise sanitaire et le confinement de l’ensemble de la population ont nécessité une généralisation du télétravail. Jean-François Ode, DRH d’Aviva France, détaille sa démarche pour sauvegarder l’activité de l’entreprise et s’adapter aux enjeux et aux opportunités.

Décideurs. Comment s'est passé le déploiement du télétravail pendant la crise sanitaire ? 

Jean-François Ode. Le télétravail, présent chez Aviva depuis 2009, a été renforcé lors de notre installation dans nos nouveaux locaux. À cette occasion, nous avons instauré deux jours de télétravail par semaine pour environ 40% de nos effectifs. Lorsque le confinement a été annoncé, nous n’avons eu besoin que de quinze jours pour finaliser le déploiement de la softphonie et appliquer le télétravail pour 98% de nos collaborateurs, et nous avons constaté n’avoir subi aucune perte d’activité. Parmi l’ensemble de nos 4 300 collaborateurs, seuls certains services non digitalisés sont présents dans les locaux. Deux à trois membres du comité exécutif sont également présents à tour de rôle pour accompagner les équipes.

Quels outils avez-vous mis en place pour assurer un respect de l'équilibre vie privée et vie professionnelle?

Nous avons proposé une diminution du temps de travail de 30 à 50% sans réduction de salaire pour les collaborateurs ayant la charge d’enfants ou de personnes en besoin d’assistance. Nous avons également accepté que les collaborateurs ayant posé des congés puissent les reporter. Par ailleurs, il est important de garder à l’esprit que le télétravail génère de la monotonie. Il faut la combattre en instaurant des rites comme un jour par semaine sans visioconférence ou des flash-infos sur l’évolution de la situation.

Les managers se voient confier un rôle déterminant dans le contexte. Comment les accompagner?

Le travail à distance nécessite de repenser la communication. C’est d’autant plus le cas pour les managers qui sont le lien entre les équipes. Il a été nécessaire de mettre à leur disposition un intranet sur lequel ils trouvent tous les e-learning et fiches pratiques nécessaire à leur formation. Nous avons lancé des ateliers pour les former à repérer les signes précurseurs du stress et identifier les ressources à mettre à disposition.  Nous organisons aussi des réunions virtuelles animées par deux coachs pour favoriser la transmission des bonnes pratiques. L’objectif est de faire changer les mentalités, de les habituer à lâcher prise et à manager à distance.

En période de confinement, quelles sont difficultés rencontrées par les DRH et comment y faire face ?

Habituellement, l’équipe RH diffuse les pratiques directement aux équipes alors qu’en période de confinement, les informations peuvent facilement être déformées. Le principe que nous avons posé est que seul l’écrit compte. C’est pour cela que nous avons mis en place une Foire Aux Questions (FAQ) sur les mises à jour de la situation, nos réponses sont systématiquement réfléchies et expliquées pour qu’elles puissent définir la ligne de conduite de l’entreprise.

Nous avons lancé des ateliers pour former les managers à repérer les signes précurseurs du stress et identifier les ressources à mettre à disposition

Qu’allez-vous conserver de ces réflexions et aménagements après le confinement ?

La situation de semi-confinement dans laquelle nous entrons accroît les risques psychosociaux. Le télétravail est maintenu et pour ceux qui sont présents 200 000 masques sont à dispositions, un seul bureau sur quatre est occupé, un cheminement est marqué au sol et le service de nettoyage est renforcé. Les horaires de travail sont élargis et divisés entre présentiel et distanciel pour faciliter l’accès au transport en commun. Cette crise nous fait réaliser que le télétravail est plus généralisable que ce que nous imaginions notamment pour le service de vente direct qui fonctionne à plein régime. Le regroupement de collaborateurs de différents sites sur une même mission s’est également avéré très efficace et pourrait trouver un écho auprès des salariés qui souhaiteraient quitter les grandes villes. Ce qui est sûr, c’est que l’ancien taux de 40% de télétravailleurs est amené à évoluer.

Propos recueillis par Raphaël Viot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Futur du travail: ce qui va changer

L’expérience du confinement marquera durablement les esprits et le monde de l’entreprise. Elle a bouleversé la vision traditionnelle du
Sommaire Comment la crise bouleverse les relations de travail Les contours des bureaux de demain se précisent Le bureau, élément-clé de l'empowerment au féminin ? B.Frankiel (Giphar) : "La crise fait de la fonction RH le moteur de l’accélération" Près de 7 cadres sur 10 prêts à partir vivre au vert
Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Consacrée au droit du travail et au droit de la protection sociale, la structure propose à ses clients une approche transversale et pluridisciplinaire...

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entrepri...

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bie...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir u...

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

Acteur majeur du e-commerce, Cdiscount est une entreprise en mouvement. Entretien sur fond de transformation et mobilité avec Nathalie Estrada, la d...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Marie Ekeland, cap sur 2050

Marie Ekeland, cap sur 2050

La cofondatrice de France Digitale et du fonds de capital-investissement Daphni lance 2050. Une nouvelle structure qui a pour mission de mettre l’arge...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte