Jean-David Chamboredon (France Digitale) : « Aller là où les Américains ne sont pas »

Investisseur de la première heure dans Blablacar, Jean-David Chamboredon fait figure de référence dans le secteur du capital-risque. L’ancien porte-parole des « Pigeons » revient pour nous sur ce qui manque aux start-up françaises pour se transformer en licornes.

Investisseur de la première heure dans Blablacar, Jean-David Chamboredon fait figure de référence dans le secteur du capital-risque. L’ancien porte-parole des « Pigeons » revient pour nous sur ce qui manque aux start-up françaises pour se transformer en licornes.

Décideurs. Comment créer davantage de « licornes bleu-blanc-rouge » ?

Jean-David Chamboredon. Les entrepreneurs européens doivent apprendre à saisir les opportunités là où les start-up américaines ne se sont pas aventurées. Si l’on regarde Spotify et Blablacar, deux belles licornes européennes, elles ont réussi à prospérer car elles ont su saisir des marchés laissés vacants par les Américains. Dans le premier cas, ces derniers ont pensé qu’Apple était indétrônable avec iTunes et, dans le second, ils n’ont pas cru au covoiturage sur longue distance. Il est illusoire de croire que le prochain Google viendra d’Europe s’il n’y a pas d’opportunité à saisir. Les start-up américaines sont d’ailleurs « surfinancées » et disposent d’un marché local colossal pour valider leur modèle.

Quels sont les secteurs dans lesquels se nicheraient des opportunités ?

Dans le « B2C » (Business to Consumer), on sait que la rentabilité est plus difficile à atteindre et que la concurrence est très forte. C’est le cas des foodtech par exemple où les marges sont très faibles. Dans le « B2B » (Business to Business) en revanche, il existe des opportunités moins gourmandes en capital. Sur un secteur de niche, la France peut faire émerger un leader au moins européen, voire mondial. Ce n’est pas un hasard si Sigfox, Actility ou Scality, par exemple, les start-up françaises prétendant au titre de licornes, sont présentes sur ce segment.

Quel est selon vous l’ingrédient le plus important pour devenir une licorne ?

L’ambition. Dans le monde des start-up, tout va très vite. Il faut voir tout de suite les choses en grand et à l’international, puis… être capable de délivrer.

«L’ambition demeure l’ingrédient le plus important pour réussir»

Vous avez évoqué le « surfinancement » des start-up américaines, pensez-vous que le manque de moyens soit un frein pour les entreprises françaises ?

C’était encore vrai il y a quelques années. Mais aujourd’hui le marché français a rattrapé son retard. En matière de levées, nous devrions prendre cette année la première place européenne. Cela n’est donc plus une excuse valable. Pour comprendre les difficultés des start-up françaises à devenir mondiales, il faut surtout regarder la structure des marchés français et européen : le premier est trop petit et le second trop fragmenté. C’est pourquoi l’internationalisation est indispensable, le plus tôt étant toujours le mieux.

Les licornes ont vu leur valorisation s’envoler au cours de ces dernières années. Peut-on parler de bulle ?

Je ne le pense pas. Contrairement aux marchés boursiers, nous sommes des investisseurs de moyen-long terme. Ces valorisations reflètent un potentiel. Il appartient aux dirigeants des licornes de le démontrer. Tous n’y arriveront pas.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégies de croissance : les secrets de la licorne

Ces sociétés non cotées et valorisées à plus d’un milliard de dollar ne représentent qu’une infime part des start-up. Sur les 60 000 jeunes pousses américaines créées au cours des dix dernières années, seulement 0,1 % sont devenues des licornes. Quels sont les ingrédients pour réussir ?
Sommaire Les licornes : entre mythe et réalité Licornes : sous le soleil des fonds Maïlys Ferrere (Bpifrance) : « On recense déjà 37 levées de plus de quinze millions d'eruos » Les États-Unis : passage obligé vers le statut de licorne ? Benoît Fouilland (Criteo) : « Être une licorne, c’est une conséquence, pas un but » La plate-forme, l'outil indispensable pour devenir une licorne Quentin Sannié (Devialet) : « La France est un paradis pour entrepreneurs » Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice Quelles seront les futures licornes made in France ?
A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

A. de Braux (Cercle Montesquieu) : "Il ne s’agit pas d’aider que les grands groupes du CAC 40"

Amélie de Braux, co-responsable de la Factory du Cercle Montesquieu a pris part, aux côtés de la grande famille du droit, à la mise en place d’un nouv...

Oderis s’étend en région et ouvre un bureau à Bordeaux

Oderis s’étend en région et ouvre un bureau à Bordeaux

Dans la continuité de son implantation à Nantes, le cabinet de conseil financier et opérationnel Oderis poursuit son expansion géographique avec l’ouv...

Larry Page, programmé dès l'enfance

Larry Page, programmé dès l'enfance

L’Américain a marqué l’histoire de l’informatique et, grâce à Google, a grandement influencé nos vies. Retour sur le parcours hors norme d’un homme qu...

Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

Le spécialiste français de l’hydrogène, McPhy, lève 180 millions d'euros

Le spécialiste français de l’hydrogène, McPhy, lève 180 millions d'euros

Le groupe McPhy réalise, auprès de ses actionnaires historiques et de deux nouveaux entrants, Chart International Holdings et Technip Energies, un tou...

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amortisseur"

J. Le Louët (Fonds de Garantie des Victimes) : "Les obligations convertibles jouent un rôle d’amorti...

Exerçant des missions d'intérêt général, le fonds couvre des risques lourds et relativement longs et peut donc se permettre des pondérations en action...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte