Jean-Claude Juncker : l’heure de dire au revoir

Le 1er décembre, le président de la Commission européenne laissera son poste à Ursula von der Leyen. Dans un entretien accordé au Monde, il revient sur ses années passées à la tête de l’exécutif de l’UE.

Le 1er décembre, le président de la Commission européenne laissera son poste à Ursula von der Leyen. Dans un entretien accordé au Monde, il revient sur ses années passées à la tête de l’exécutif de l’UE.

C’est souvent le cas, lorsqu’un dirigeant politique s’apprête à quitter le pouvoir : il met de côté la langue de bois. Jean-Claude Juncker n’échappe pas à la règle. Le président de la Commission européenne, qui quittera son poste le 1er décembre, s’est longuement confié au Monde le vendredi 15 novembre.

Un rassemblement d’États nations

Dans cet entretien, l’ancien premier ministre luxembourgeois propose une refonte des institutions européennes avec, notamment, la fusion des fonctions de président du Conseil et de président de la Commission européenne. Il explique que l’actuel président du Conseil, le polonais Donald Tusk, qu’il qualifie d’ami, « convient lui-même qu’il exerce une fonction à temps partiel ».

S’il se félicite de la nomination d’Ursula von der Leyen, il estime que le système du « Spitzenkandidat » n’a pas été appliqué dans sa totalité puisque le Conseil « a outrepassé ses compétences en imposant à Ursula von der Leyen deux premiers vice-présidents : Margrethe Vestager et Frans Timmermans ». De la même manière, il déplore de manière implicite que certains États se soient opposés à la nomination de Manfred Weber, choix du PPE arrivé en tête aux élections européennes. Selon lui, cette interférence prouve bien que l’État nation « reste une référence, pas seulement géographique », et que, de ce fait, l’heure des États-Unis d’Europe n’est pas encore venue.

Combattre les populistes

Il estime également qu’avec le temps qui passe, la nécessité d’un Vieux-Continent uni risque d’être remise en cause. « Les jeunes de vingt ans ne connaîtront bientôt plus personne qui ait vécu la guerre et la mémoire s’estompe, les livres d’histoire ne suffiront pas pour convaincre de la nécessité de l’Europe ». De leur côté, les populistes combattant l’Europe unie montent en puissance et trouvent « une caisse de résonance », y compris « dans les familles politiques traditionnelles où l'on dit aujourd’hui des choses qu’on pensait ne plus pouvoir dire ». Pour éviter la propagation de ces idées, celui qui est encore, pour quelques jours, à la tête de la Commission, invite à « ne pas imiter les populistes » et à ne « jamais discuter avec l’extrême droite et les partis du rejet ».

Le combat contre les eurosceptiques est d’autant plus nécessaire que l’UE a l’obligation d’être une grande puissance et de « peser sur les affaires du monde ». Après avoir pointé la faiblesse démographique et territoriale de l’UE ainsi que le fait qu’elle « perde de la puissance », il insiste sur l’importance d’agir de manière unie : « Nous n’avons pas d’autres choix que d’unir nos efforts ».

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Retraites : les grandes annonces du discours d'Edouard Philippe

Retraites : les grandes annonces du discours d'Edouard Philippe

Femmes, professions libérales, points, régimes spéciaux, calendrier, grèves : le premier ministre a officiellement dévoilé les grandes lignes de la ré...

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Jean-Paul Delevoye : le discours et la méthode

Le contenu de la réforme des retraites que le gouvernement dévoilera mercredi portera sans doute la marque de son architecte, Jean-Paul Delevoye. Cet...

Réforme des retraites, discuter pour mieux avancer ?

Réforme des retraites, discuter pour mieux avancer ?

Contrairement à certaines idées reçues, les grèves et le temps qui passe favorisent le gouvernement qui pourrait bien faire adopter l’essentiel de son...

A. de Thuin (WIA): "Il existe une corrélation entre le nombres de femmes aux commandes et la bonne santé économique"

A. de Thuin (WIA): "Il existe une corrélation entre le nombres de femmes aux commandes et la bonne s...

Fondatrice du Women’s Forum, Aude de Thuin nous parle de sa nouvelle initiative Women in Africa (WIA) et des raisons qui l’ont poussée à entreprendre...

Privatisation d’ADP, le cap du million de signatures est franchi

Privatisation d’ADP, le cap du million de signatures est franchi

Le 4 décembre, un million de citoyens ont signé en faveur d’un référendum d’initiative partagée relatif à la privatisation d’ADP. Mais beaucoup de che...

Féminicides : le discours sans la méthode

Féminicides : le discours sans la méthode

Face à la pression de l’actualité et des associations de défense, les pouvoirs publics multiplient les prises de parole et les effets d’annonce sur le...

P. Moreau-Defarges (politologue) : "Boris Johnson a fait un pari risqué, mais il n’avait pas le choix"

P. Moreau-Defarges (politologue) : "Boris Johnson a fait un pari risqué, mais il n’avait pas le choi...

À quelques jours des élections législatives anticipées organisées à la demande de Boris Johnson, Philippe Moreau-Defarges, politologue, chercheur et s...

Élections législatives : le Brexit à quitte ou double

Élections législatives : le Brexit à quitte ou double

Après des mois de blocage parlementaire, Boris Johnson tente le tout pour le tout avec des élections législatives anticipées qui vont lui permettre d’...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message